Sermon durant la Prière du Jour de l’Aïd al Fitr à la Mosquée AKSIJ de Mamoudzou – Mayotte

 »Qad Aflahà man’ Ta-zakka, wa Zakarasma Rabbihi fa Swallà »
(Heureux celui qui se purifie, rappelle le Nom de son Seigneur et pratique la Prière)

 Sourate Le Très Haut, 87, Versets 14/15 –


Eid de la Fin de Ramadhan Karim, Eid des Musulmans, Eid du Messager d’Allah (swt), Eid de tous les Prophètes, Eid de la Descendance Pure et Infaillible de Mouhammad (saww), Eid du Saint Qour’an, une joyeuse et heureuse fête de l’Eid ul Fitr, comblée de Bénédictions Divines, à vous tous ici présents et à vos familles, à tous les respectables Croyants et Croyantes, ceux et celles qui ont jeûné durant ce Mois Béni, aux gens du Saint Qour’an, aux adorateurs d’Allah, à toute la Communauté Musulmane de la planète, aux éminents savants et érudits religieux  »Oulamaé Kiram, » aux illustres docteurs de la Chariah  »Marajaé Izaam, » à Son Excellence le Représentant de l’Imam du Temps et  »Marjaé Taqlid, » Ayatollah Sayyad Ali al Hussaini as Sistani (qu’Allah lui accorde longue vie) et, en particulier, à l’Imam Houjjat, le Maître de l’Epoque, Al Mahdi le Sauveur (qu’Allah accélère sa réapparition et le garde dans une santé parfaite) !

Toutes les louanges appartiennent à Allah (swt) que nous remercions pour Sa Miséricorde et Sa Grâce infinies, le courage, la vie et la santé qu’Il nous a accordés pour terminer Son Mois agréablement, animés de la merveilleuse ferveur pour récolter aujourd’hui les récompenses et le pardon Divin.

La coutume veut que les enfants se dirigent chez leurs parents, les  »Bouzourgh, » les grands de la famille, pour souhaiter un Eïd Moubarak. Le  »Bouzourgh » ou le Leader de l’univers est notre Imam du Temps. Nous ne pouvons pas le joindre physiquement, mais nous pouvons être de tout cœur avec lui, par l’esprit et la pensée, avec l’espoir de célébrer cet évènement, l’Eïd réel, en sa compagnie, lors de sa réapparition.

Un sentiment de profonde angoisse et de douleur brise nos cœurs en cette heureuse occasion que ne peuvent célébrer de nombreuses familles à cause de la brutalité des conflits et agressions que traversent leurs pays et de la perte des vies innocentes. Qu’Allah couvre la terre de la sécurité et de la paix !

Nous venons de faire retentir et le répèterons encore, d’une seule voix, les  »Takbirs » ou les Louanges spécifiques de ce jour glorieux, qui ne doivent pas demeurer au stade de l’unique récitation, mais qui doivent résonner dans l’âme, au plus profond du cœur, pour témoigner la Grandeur, la Majesté, la Puissance d’Allah, Le Créateur, Qui est présent en tout endroit et en toute occasion dans la vie de l’homme.

Eïd al Fitr figure parmi les jours les plus glorieux de l’Islam, c’est un don, c’est une gratification de la part de notre Dieu, Le Seigneur des mondes. Allah (swt) a établi quatre Eid pour les croyants : Eid al Fitr, Eid al Az’hà, Eïd al Ghadir et Eïd al Jumm’ah qui est considéré comme le Pèlerinage, le Hajj des pauvres, Eïd al Fokraha, ce titre lui étant attribué par le Prophète (saww) qui déclare que  » le jour de fête des gens les moins aisés de ma Communauté est Jumm’ah. »

Ce jour béni porte le nom d’Eïd al Iftaar, tandis que Eïd al Az’hà est appelé Eïd al Isaar, la Fête du Sacrifice ; l’appellation d’Eïd al Wilayaat est donnée à Eïd al Ghadir, c’est-à dire la Fête d’allégeance à l’Imam Ali (as) comme Maître nommé par Allah, et Eïd al Ita’ate à Eïd al Jumm’ah, la Fête de la Soumission à Allah.

Eïd veut dire, bien sûr, fête, festivité, festival, mais ce mot tire son origine de A’OÛ’DH qui a le sens de retourner, rentrer, revenir. Eïd al Fitr est, donc, la Fête de retour, la Fête de la rentrée.

S’il y a une nuit ou un jour qui peuvent se comparer à Laylatoul Qadr par ses mérites, ce sont la nuit et la journée d’Eïd al Fitr. Celui qui se sent malheureux d’avoir manqué à accomplir correctement les Adorations, les Prières et Invocations durant le Mois Béni de Ramadhan et à implorer le Pardon de son Seigneur, il ne doit pas se désespérer, Allah lui accorde encore une dernière chance en cette ultime période.

Ce mot est cité une seule fois dans le Saint Qour’an, à la Sourate 5 et au Verset 114, dans lequel Allah annonce à propos de l’histoire de H° Issà le Prophète et ses Apôtres :  » Jésus, fils de Maryam, dit : Ô Allah, notre Seigneur ! Fais-nous descendre du ciel une nourriture céleste qui sera une fête (un jour d’Eïd) pour nous . . .  »

Eïd nous rappelle la Fête de la Victoire, le jour de la moisson des lauriers, le temps de remporter les palmes, l’instant où l’on chante des chants de joie et de victoire. C’est la joie née par le triomphe du courage qui a pu vaincre son propre ego, durant le Mois de Ramadhan, le Nafs Ammara qui incite à commettre le mal ; c’est le plaisir de l’âme obtenu pour avoir su dompter ses passions, maîtriser ses pulsions, vaincre ses indignes ambitions, accomplir de nobles actions, suivies de bonnes intentions, mais sans nulle prétention.

N’oubliez pas qu’un œuf qui se casse par une force venant de l’extérieur détruit une vie car il termine son destin dans la poêle en devenant une omelette baveuse, tandis qu’un œuf qui se casse de l’intérieur donne une nouvelle vie sous la forme d’un poussin. Les grandes choses naissent toujours de l’intérieur. C’est pourquoi, il faut cultiver son intérieur où demeure le pouvoir réel et le Mois Béni de Ramadhan développe justement ce pouvoir pour triompher de la chair et du démon.

Le Zakat al Fitr ou l’Aumône individuelle obligatoire de la rupture du jeûne, s’agissant d’une modique somme que nous devons acquitter avant la Prière de l’Aïd et destinée aux personnes nécessiteuses de la Communauté pour unir ces dernières avec nous d’une étroite concorde, pour fêter en masse cet évènement heureux de la Fin du Ramadhan qui nous a appris à partager sa nourriture avec son prochain, en même temps que ses peines et douleurs, à faire couler le fleuve de la bonté, à dilater les cœurs par la charité, à émouvoir les entrailles de la fraternité. Il est le signe du jeûne accepté.

Je terminerai ce Khoutbah sur les paroles de notre Maître, le Commandeur des Croyants, Imam Ali (as) qui disait :  » Est Eïd le jour où vous n’avez commis aucun péché. »

Prions Allah d’être Indulgent envers nos pères et mères, tous les Croyants et Croyantes qui nous ont précédé dans la tombe et qu’Il leur accorde une demeure agréable dans le Paradis, qu’Il pardonne nos péchés, qu’Il soit satisfait de nous, qu’Il guide nos pas dans Sa Voie Droite, qu’il exauce nos vœux, qu’Il améliore nos situations ainsi que celles de nos enfants, qu’Il fortifie notre Foi, qu’Il remplisse nos cœurs du savoir et de la connaissance, qu’Il nous bénéficie de revivre les moments passionnants de Ses Mois Sacrés dans les années à venir, qu’Il nous donne une fin heureuse dans ce monde et qu’Il nous accueille dans Sa Miséricorde après la mort, qu’Il accélère la réapparition de notre Imam en le gardant dans une santé parfaite (Ilahi Âmine) !

WA ALAYKUM SALAAM WA RAHAMATULLAHI WA BARAKATOUHOU !

Source: Mulla Nissar

z

Orateur

j

Catégories

Date

1 juin 2020