Seminaire des parents animé par Sheick Moudjtaba octobre 2010

SHEICK MOUDJTABA, 24 OCTOBRE 2010

  

·        Sheick Moudjtaba demande d’abord aux parents pourquoi ils sont là, quelles sont leurs préoccupations.

·        Il introduit ensuite le sujet en expliquant que ce dont nous allons parler concerne les parents du monde entier.

·        Selon Sheick Moudjtaba, ce sont nous qui avons créé le fossé entre générations.

·        Notre sentiment aujourd’hui, notre souhait est qu’il y ait de l’amour entre nos enfants et nous. De plus, nous avons envie que nos enfants nous respectent.

·        72% des parents européens se plaignent de ne pas avoir suffisamment de temps avec leurs enfants.

·        Sheick Moudjtaba partage avec nous ses expériences et nous donne des exemples pratiques. Il nous raconte par exemple sa rencontre avec des jeunes prisonniers qui lui ont expliqué qu’ils n’ont pas eu l’amour dont ils avaient besoin avec leurs parents.

·        Pourquoi nos jeunes dévient-ils du bon chemin ? Pourquoi avons-nous du mal à dialoguer avec eux ? Selon Sheick Moudjtaba, nous sommes la raison de ces problèmes.

·        Les jeunes sont parfois violents et agressifs car ils ont des problèmes. Les adolescents sont perdus par le divorce ou la séparation de leurs parents. Ils perdent leurs repères.

·        Les jeunes ont envie que leurs parents leur consacrent du temps. Il y avait une fois à Manchester un médecin professionnel et très éduqué. Son salaire horaire était de 500£. Un jour, son fils décida de vendre ses objets personnels et d’économiser son argent de poche et quand il réussit à rassembler 500£, il alla voir son père et lui dit qu’il avait besoin de lui. Il demanda à son père une heure de son temps en contrepartie de la somme d’argent.

·        4 choses sont essentielles. Elles peuvent rendre un enfant exceptionnel ou mauvais.

·        La première de ces choses est l’éducation des parents[1]. Je veux que mon enfant m’écoute. Mais moi, suis-je prêt(e) à l’écouter ? Est-ce que je lui accorde du temps ? Nous devons devenir des modèles, des exemples pour nos enfants. Par exemple, si nous demandons à nos enfants de dormir de bonne heure et que nous regardons nos séries préférées devant la télévision, nous ne sommes pas crédibles.

·        Un des grands défauts que nous avons est que nous ne faisons pas confiance en nos enfants.

·        Nous blâmons tout le temps nos enfants.

·        Comment contrôler nos enfants ? Il ne faut surtout pas faire usage de la force. Il faut contrôler son enfant en lui faisant confiance. L’enfant a besoin que nous faisions ses éloges. Si nous nous comportons comme un monstre, ils vont nous obéir juste parce qu’ils ont peur de nous.

·        Comment faire de notre maison un paradis ?

·        Il y avait une femme écossaise qui était toxicomane. Un jour, elle se trouva dans une telle situation qu’elle n’avait pas un sou pour acheter de la drogue. Elle décida alors de vendre sa fille de 17 ans. Pourquoi utilisait-elle la drogue ? Parce qu’elle n’avait pas la paix d’esprit, la tranquillité.

·        Sheick Moudjtaba nous confie que son fils prépare tous ses power points (pour les séminaires, pour les cours à l’université etc.) et choisit toutes ses tenues.

·        Imam Ali A.S. a laissé un testament à ses enfants alors qu’ils n’en avaient pas besoin. Il laissa un testament pour éviter que le fossé entre générations demeure.

·        Les enfants ne sont parfois pas concentrés dans les cours au Madressa et à l’école car ils n’ont pas la paix chez eux.

·        Si nous n’honorons pas nos enfants, ils vont aller chercher l’honneur et les louanges ailleurs (auprès des autres, auprès de mauvais amis etc.)

·        Sheick nous demande ensuite si nous avons des questions.

·        Un parent demande ce que nous devrions faire si notre enfant rompe la confiance que nous lui avons accordée. Sheick répond que nous devrions nous asseoir tranquillement avec notre enfant et lui parler gentiment en l’attirant émotionnellement. Nous devrions lui demande « Mon chéri / Ma chérie, y a-t-il eu un manque dans mon amour ? »

·        Sheick nous conseille de positiver en toutes circonstances, nous devrions penser que notre enfant utilise dans le bon sens / sur la bonne voie / en bien les choses que nous lui donnons.

·        Comment positiver ? En oubliant le passé et en pensant au présent. Ce n’est pas la peine de faire de grands plans pour le futur.

Imam Khomeini disait : « Quand vous êtes en roukou, profitez de ce moment, appréciez votre roukou et ne vous préoccupez pas, ne vous inquiétez pas du sadjda qui va suivre. »

Imam Khomeini était quelqu’un qui était concentré sur le présent, pas le passé, pas le futur.

·        Sheick nous propose ensuite une activité. Il nous dit : « Fermez tous les yeux et réfléchissez « Quel problème ai-je en ce moment ? » Dites en vous : « Je n’ai aucun problème en ce moment », « Il n’y a rien qui me préoccupe en ce moment »…ouvrez maintenant les yeux…Vous n’avez en effet aucun problème, tout va bien… »

·        Chaque année, 20% des jeunes en Europe sont touchés par la dépression. Pourquoi ? À cause de leurs pensées négatives.

·        Il est de notre devoir de donner espoir à nos jeunes.

·        Parmi les 4 choses essentielles qui peuvent rendre un enfant exceptionnel ou mauvais, il y a :

–        Les professeurs, les enseignants

–        L’environnement, la communauté, la société (bureau, maison, extérieur…)

Prenons l’exemple du fils de Yazid, Mouawiyah. Pourquoi devint-il un mohib-e-Ahle Bayt ? Parce que sa nourrice était une mohib-e-Ahle Bayt. Quand il grandit, Mouawiyah dit à son père : « Je ne veux pas ce pouvoir acquis par l’intermédiaire du sang d’Imam Houssein ! »

Parfois, mari et femme se querellent mais ne se rendent pas compte de l’effet que ça a sur les enfants.

 

Notes prises par une Kaniz-e-Fatéma

[1] Tarbiyyat