SAYED ZARGHAM RIZVI 8 Moharram 1436, samedi 1er novembre 2014

« As salamu alayka ayyuhal abd as saleh »

Allah (swt) dit dans la sourate 21, verset 105 du Saint Qur’an,  « Et Nous avons certes écrit dans le Zabûr, après l’avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs. » En lisant ce verset, nous pensons directement à cette partie de la Ziyarat-e-Waretha, qui précise que Hazrat Abbas fait partie de ces héritiers « As salaamu alayka ayyuhal abd as Saleh. » Allah (swt) fera de Abbas (as) l’héritier de cette terre.

Si nous demandons à Hazrat Abbas s’il est bien l’héritier, il dira « Non, les véritables héritiers sont mes maîtres. »

Mais alors, quel sera son rôle ? « Ils seront les véritables héritiers sur terre, le pouvoir sera entre leur mains et c’est mon étendard qui sera levé. »

Nous voyons que chaque pays possède un drapeau, mais lorsque la famille du Prophète saw arrivera au pouvoir, seul le drapeau de Hazrat Abu al Fadhl Abbas (as) sera levé.

Aujourd’hui nous commémorons le martyr de cette personne pour qui Sayyeda Fatema Zahra (ahs) a prié. Avant de mourir, elle avait demandé à Imam Ali (as) de se remarier. Ainsi, après son décès, l’Imam alla voir Janabé Aqeel, qui était le frère d’Imam. Celui-ci lui demanda de lui présenter une famille. Mais Ali (as) n’avait pas besoin de se renseigner auprès de son frère Aqeel, même l’épée d’Ali A.S. connait qui est musulman et qui est kaafir[1] ! Il a fait cela tout simplement pour que nous puissions voir qu’il a fait le nécessaire.

Fatema-e-Bani Qilabiya est connue sous le nom de Umm al Baneen (La mère des fils). C’est bien pour cela qu’après la tragédie de Karbala, lorsqu’une personne l’a appelé par ce titre, elle dit « Ne m’appelez plus Umm al Baneen. Je n’ai plus de fils, je ne suis la mère de personne à présent. »

Imam Ali (as) s’est alors marié avec Umm al Baneen.

Imam Hussain (as) est né le 3 Shabaan et Hazrat Abbas (as) est né le 4 Shabaan. Il est important de savoir qu’ils avaient 23ans de différence. Même en voyant cette date, nous remarquons que Hazrat Abbas (as) n’a jamais abandonné Imam Hussain A.S.

Le nom Abbas n’est pas un nom ordinaire, ce nom est plein de courage, plein de respect. Il n’est pas simple de donner ce prénom à quelqu’un, car cela désigne un individu qui n’a peur de personne et l’Imam Ali (as) lui a attribué ce nom.

Un jour, alors que Hazrat Abbas (as) était encore petit, Imam Ali (as) le prit dans ses bras et se mit à embrasser ses bras. En voyant cela, Umm al Baneen demanda : « Ô Sayyid as Sardaar,  pourquoi embrassez-vous les bras de Abbas en pleurant ? Que se passe t-il ? » L’Imam Ali (as) lui répondit : « Ô Umm al Baneen, un jour arrivera où les bras de votre fils Abbas seront coupés ! » Umm al Baneen commença à s’inquiéter et demanda : « Mais pourquoi ? » Imam A.S. lui expliqua : « À Karbala, votre fils Abbas se sacrifiera pour Hussain. » Janab e Umm al Baneen se prosterna après avoir entendu la réponse de Imam Ali (as) et remercia Allah swt. Imam Ali (as) dit ensuite : « Ô Umm al Baneen, Allah swt n’abandonnera pas votre fils ainsi, Il lui donnera des ailes qui lui permettront de voler au Paradis, en compagnie des anges. »

Hazrat Abbas (as) grandit, et un jour il était assis face à Imam Ali (as). L’Imam lui dit : « Ô Abbas, dis un. » Hazrat Abbas dit : « Un ». Imam Ali lui dit à nouveau : « Ô Abbas, à présent dis « deux ». » Hazrat Abbas resta silencieux. L’Imam lui demanda la raison de son silence et celui-ci répondit : « Ô Père, j’ai honte de prononcer ce chiffre, alors que cette même bouche a prononcé l’Unicité d’Allah swt ! » En entendant cela, l’Imam embrassa le front de son fils et dit : « Ta réponse est correcte, tu as répondu ainsi car tu es mon fils. »

Lors de la bataille de Siffine, Hazrat Abbas (as) avait soit 12 ans ou soit 13 ans. Mais attention, nous parlons ici d’une personne de 12 ans ou 13 ans des Bani Hashim et non pas des enfants de nos jours. Imam Ali (as) possédait des vêtements et une armure qu’il donna à Hazrat Abbas A.S. Ces vêtements lui allaient bien malgré son jeune âge. En voyant son fils, l’Imam A.S. lui dit : « Ô mon fils, je mets un voile sur ton visage pour éviter que quelqu’un te regarde d’un mauvais œil.  Tu ressembles parfaitement à moi quand j’étais plus jeune ! » C’est l’Imam Ali (as) qui a enseigné à Hazrat Abbas comment se battre. L’Imam A.S. autorisa son fils à aller sur le champ de bataille alors que les ennemis étaient prêts à tuer celui qui allait se présenter devant eux.

Ibn-e-Sha’sa faisait partie de l’armée de Muawiya. Celui-ci était connu pour sa force qui équivalait à 1000 personnes, tellement il était fort et costaud. Muawiya lui dit : « Vois-tu ce jeune garçon s’approcher avec un voile sur son visage ? Il ne t’arrive pas à la cheville ! Va l’achever ! » En voyant cela, Ibn-e-Sha’sa dit : « J’ai honte de me battre face à ce jeune garçon. J’ai 7 fils, j’envoie un de mes fils qui l’achèvera de suite. » Ibn e Sha’sa a envoyé son premier fils et Hazrat Abbas (as) le tua. Ainsi de suite, Hazrat Abbas acheva les sept fils d’Ibn-e-Sha’sa. Ibn e Sha’sa fut choqué et fou de rage. Il prit l’épée et se précipita en direction de Hazrat Abbas. Nous pouvons lire dans l’Histoire que Hazrat Abbas s’est battu avec une force remarquable  avec lui, avant de l’achever.

Hazrat Abbas retourna aux côtés de son père. Imam Ali (as) avait le sourire aux lèvres en voyant la victoire de son fils. Il souleva le voile et embrassa son front en disant : « Ô Abbas, à présent je n’ai aucun doute. Tu te bats exactement comme moi ! »

À Karbala, Yazid avait bloqué l’accès à l’eau et son père Muawiyah, en a fait de même à Siffine, pour qu’Imam Ali (as) ne puisse pas avoir accès à l’eau.

Un des titres attribués à Hazrat Abbas (as) est Abu al Fadhl, qui veut dire « Le père de Fadhl » car Fadhl était son fils. Mais il porte aussi ce titre car Fadhl vient du mot Fadhilat, qui  signifie « éloge ». Donc, cela veut dire « Le père des éloges ».

Lorsque Sayyeda Fatema Zahra (ahs) était chez elle, elle s’occupait de la cuisine, de la maison, récitait le Saint Qur’an etc… et à chaque fois que les yeux d’Imam Hussain A.S. s’ouvraient, Allah swt envoyait  l’ange Djibrail pour bercer l’Imam. Le chef des anges venait bercer Imam Hussain (as) !

Pourquoi Hazrat Abbas porte-t-il le titre de Abu al Fadhl Abbas ? Tout simplement, car lorsqu’il était bébé ce ne sont pas les anges qui sont venus le bercer, mais Imam Hussain A.S. en personne !

Un Aalim[2] avait l’impression d’avoir trop étudié à Najaf et se sentait fier. En étant fier il disait « Abbas était très courageux, je le sais. Mais concernant son ilm[3], je ne peux dire quoi que ce soit. Je ne sais pas s’il avait le ilm ou pas. » En disant cela, il est descendu du Mimbar, est allé chez lui et s’est endormi. En rêve, il vit Hazrat Abbas A.S. qui lui dit « Que pensez-vous du Ilm de Abbas ? » Il dit : « Je ne peux m’exprimer là-dessus. Par contre, je sais à quel point vous êtes courageux ! » Hazrat Abbas dit : « Je suis le fils de Ali (as) ! »

Un jour, Imam Ali an Naqi (as)  était assis chez lui en compagnie de certains croyants quand un Homme venant de l’Inde est entré. Près d’Imam A.S., se trouvait Abu Hashim. Imam appela l’Indien  et discuta un bon moment en Hindi avec lui, et celui-ci s’en alla. Abu Hashim demanda : « Ô Imam, qui est cet Homme ? » Imam A.S. dit : « Il vient de l’Inde. » Le compagnon demanda : « Mais en quelle langue avez-vous parlé ? » Imam répondit : « J’ai parlé en hindi. » Le compagnon s’étonna : « Ô Imam, vous parlez hindi ? » Imam A.S. lui répondit : « Mais voyons, je parle toutes les langues. » Abu Hashim demanda alors : « Ô Imam, puis-je apprendre des langues également ? » Imam A.S. acquiesça et lui demanda de prendre une pierre et de la lui donner. Abu Hashim donna à Imam A.S.  une pierre qu’il a trouvée près de lui, Imam prit la pierre et déposa sa salive dessus et demanda à l’homme d’y poser sa langue. Après avoir posé sa langue, l’homme, surpris, se rendit compte qu’il avait appris toutes les langues et pouvait même tenir une conversation !

Mais alors, qu’en est-il de Hazrat Abbas qui a grandi aux côté d’Ameerul Mo’menine ?

Après avoir fait ce rêve, le aalim en question cessa de douter du ilm de Hazrat Abbas.

Hazrat a aussi d’autres titres tels que « Abu al Qirba », le père de la gourde, « Bab ul Hawaeej » la porte des désirs (Imam Musa al Kadhim porte également ce titre) et « bab ul Hussain » la porte de Hussain.

Le Prophète saw a dit « Je suis la cité du savoir et Ali en est la porte. Celui qui veut entrer dans la cité, doit passer par la porte. » Si l’ange est venu voir le Prophète 36 fois, à chaque fois il est passé par Ali qui est la porte !

Ainsi, il en est de même pour Hussain, il faut passer par Abbas pour arriver jusqu’à lui.

Le Prophète Adam A.S. avait deux fils Habeel et Qabeel. En voyant les mérites d’un frère le deuxième tua son frère, même s’ils partageaient le même sang.

Alors qu’il existe deux autres frères qui ont le même père, mais des mères différentes : Fatema Zahra ahs et Ummul Baneen.

Une personne a fait un Mannat en disant que si son vœu se réalisait, il allait réciter un Adhan dans le haram d’Imam Hussain et un autre Adhaan dans le haram de Hazrat Abbas A.S. ; son vœu s’est exaucé. Il est alors allé réciter un adhan dans chaque haram.

Le soir, la personne fit un rêve et vit Hazrat Abbas qui lui dit « Pourquoi as-tu fais ça ? Pourquoi as-tu donné un adhan dans le haram de Hussain (as) et un autre dans mon haram ? Ne sais-tu pas qui est Hussain pour moi ? » L’homme répondit : « Hussain (as) est votre frère, ô Hazrat Abbas ! » Hazrat Abbas répliqua : « Non, c’est mon maître ! Récite deux fois l’adhan chez mon Maître et ensuite tu viens réciter une fois le adhan chez moi ! »

Voilà la différence entre les fils du Prophète Adam et les fils de Bibi Fatema ahs et Hazrat Ummul Baneen, qui même après son décès considérait son frère comme son Maître.

Sheikh Hassan a raconté une histoire : Il y avait un homme qui ne pouvait pas marcher mais celui-ci voulait absolument assister au majaliss-e-Hussain. Cet homme s’appelait Mukhlith. Il a demandé à plusieurs personnes de l’aider à aller au majaliss, mais les gens s’étonnaient et lui disaient « Mais comment allez-vous faire ? » Il insistait beaucoup, et finalement il s’est rendu au masjid. Lorsque la 8ème nuit s’est approchée, il a demandé aux gens de l’aider pour qu’il puisse s’assoir près du mimbar. Ce soir là, les gens pleuraient beaucoup en pensant à Hazrat Abbas A.S. et tout le monde avait la tête baissé. Soudain, une personne remarqua que l’homme en question n’était plus au même endroit. Lors du Matam ils remarquèrent tous que l’homme se mit debout et faisait le matam de Abbas A.S. comme tout le monde.

Plusieurs personnes lui ont demandé ce qui s’était passé, et il a raconté :

J’étais assis et je pleurais en écoutant le majaliss et j’ai appelé Hazrat Abbas en lui demandant de ne pas refuser mon vœu car c’est bien lui le Bab ul Hawaeej. Personne ne me regardait quand soudain, je me suis fais mal aux yeux et ma tête a tapé contre le mimbar et je me suis endormi. À ce moment, j’ai eu une vision où j’ai vu un homme venir avec un cheval, son visage était lumineux. Il me dit : « Que fais-tu assis ? Pourquoi tu ne te lèves pas ? Tout le monde fait le mataam, lève toi ! » Je lui dis : « Mais je ne peux pas me lever… mes jambes sont paralysées ! » Il insista : « Lève-toi ! » Finalement je lui dis : « Très bien je vais me lever, mais aidez-moi, donnez moi votre main pour que je puisse me lever. » La personne me répondit : « Mais que dis-tu ? Ne vois-tu pas mon corps ? Ne vois-tu pas que je n’ai pas de mains ? » Je lui ai demandé : « Mais comment pourrais-je me lever ? » La personne me dit : « Tiens la selle de mon cheval et lève-toi. » En tenant la selle du cheval, j’ai remarqué que j’arrivais à me lever, j’ai marché !

[1] Mécréant
[2] Savant religieux
[3] Connaissance

z

Orateur

j

Catégories

Date

13 mai 2020