Majaliss de frère Shazane Mohamed Abdoulaly: SAYYIDA ZAINAB AHS

Sourate 42, verset 23 :
Dis : « Je ne vous en demande aucun salaire si ce n’est l’affection eu égard à [nos liens] de parenté. »

Allah (swt) nous ordonne par le biais de ce verset l’amour des Ahloul Beyt (as).

Nous devons discuter à propos de leurs vies, prendre conscience de leur importance et apprendre de leurs vies pour ensuite appliquer dans la notre.

Certaines personnes dans ce monde accomplissent le Bien, mais l’esprit de l’homme est tel que nous les oublions. Mais les personnes qui font une action ou qui font un sacrifice accepté par Allah swt ne seront jamais oubliées.

Beaucoup de femmes ont apporté un sacrifice. On les a oubliées après quelques temps. Mais l’histoire n’a jamais vu de femmes comme Zaynab bint Ali (ahs).

Zaynab (ahs) était exceptionnelle de par ses actes et sa connaissance. Si vous et moi sommes impressionnés cela ne veut rien dire, parce que nous n’avons pas vraiment de critères concernant le formidable, le parfait, mais lorsque des Imams et le Saint Prophète (saw) sont impressionnés et admirent quelqu’un, alors la question de l’importance de Sayyada Zainab (ahs) ne se pose même pas.

Zaynab veut dire la beauté de son père.

Réfléchissons un instant : les Prophètes furent envoyés sur Terre pour parfaire l’humanité, pour parfaire l’Homme. Alors pourquoi Allah swt n’a-t-Il pas envoyé de Prophète après Hazrat Mohammad ? La réponse est simple : c’est parce qu’après le Prophète, un homme est né dans la Maison d’Allah à Makka le 13 Rajab et cet homme était Amiroul Mominin Ali (as)! Il incarnait la perfection! Et cet homme dit : « Cette fille est ma beauté! » Alors pouvons-nous douter de l’importance de Sayyada Zainab (sa)?

Bibi Zaynab n’est pas seulement respectée par les momins.

Une femme sunnite d’Égypte nommée Aicha écrivit un livre en 1950 nommé Batlatou Karbala. Sa famille était très attachée aux Ahloul Beyt (as).

Elle dit : « Mon père avait l’habitude d’écrire des vers de poésie et de les réciter au mausolée de Bibi Zaynab au Caire.

Un jour où il avait des demandes et des vœux, je le vis écrire des vers et aller vers le mausolée de Bibi Zaynab.

Dans ce poème il dit : « Ô Famille du Prophète! Votre Amour est une obligation pour nous! Si nous ne vous aimons pas, c’est comme si nous n’aimons pas Allah swt! » Il dit : « Ya Zainab! Fazlouha aleyna amim! Ô Zaynab! Ta miséricorde, ta bonté est toujours présente sur nous où que nous soyons! Ô Zainab! Accorde nous ta protection et la guérison!

Il dit : « J’étais en train de réciter mon poème et je sortis du mausolée au bout d’une heure et demie environ. À la sortie, je vis mes besoins et mes demandes exaucés. »

Zaynab veut dire la beauté du père.

Si Zaynab est la beauté du père, elle est aussi sa force.

Imam Ali (as) utilisait sa force par l’épée, Zaynab utilise la force par la langue face à Ibn Zyad et Yazid.

Si elle est la beauté de son père, elle a aussi sa patience.

Imam Ali (as) vit la succession arrachée, la terre de Fadak volée, ses droits bafoués, on l’emmena attaché mais pendant 25 ans Ali (as) fit preuve de patience.

Zaynab, quant à elle, vit sa famille massacrée, elle fut attachée, dévoilée, et emmenée à Koufah puis à Sham mais Zaynab fit preuve de patience. Et sa patience aujourd’hui a sauvé l’humanité car le sacrifice de l’Imam Hussein (as) a sauvé l’humanité et le sacrifice de l’Imam fut sauvé par Zaynab (ahs).

Le Saint Prophète dit : « Zayyinou majalissikoum bi zikri Ali ibn Abi Talib » c’est-à-dire « Donnez de la beauté à vos réunions par le zikr de Ali! »

Et Zaynab est la beauté de Ali! C’est-à-dire que si aujourd’hui, le nom de Ali est présent, le nom des Ahloul Beyt est présent! La beauté du Coran est présent c’est grâce à Dame Zaynab!

Un jour, un homme vint voir Bibi Hakima Khatoun et lui demanda : « Le 11ème Imam (as) a été assassiné. Qui est notre Imam maintenant ? »

Elle répondit : « C’est le 12ème Imam (elle utilisa son nom).

Il demanda : « Où est-il ? » Elle lui répondit : « Il est en Ghaybat. »

Il demanda alors : S’il est en Ghaybat, comment allons-nous lui parler ? Comment allons-nous lui exposer nos problèmes pour avoir une résolution ? »

Bibi Hakima répondit : « Pour le moment, C’est Janabé Soulail, la grand-mère (dadi) du 12ème Imam qui fait le « pont » (wassila) entre vous et l’Imam.

Il répondit alors : « Nous ne voulons pas un Imam qui a fait de sa grand-mère un wassilo! »

Bibi Hakima répondit : « Oukhtou dia fi hazal Amr Hussein (as) wa houa awsa ila oukhti Zaynab (sa) »

Si Imam a choisi sa grand mère comme wassila, il a suivi l’Imam Hussein (as) qui avait choisi Zaynab (sa) entre le peuple et lui après son décès.

C’est-à-dire que Zaynab (ahs) n’est pas seulement une pieuse, une femme, mais elle est aussi la successeur (wassi) de l’Imam (as).

Mais alors pourquoi si le 4ème Imam était vivant, Imam Al Hussein (as)  a t-il choisi Zaynab comme successeur ?

Parce que si aujourd’hui le message de Hussein (as) a été transmis au monde entier, si le sacrifice de Hussein (as) est toujours d’actualité c’est grâce à Bibi Zaynab (ahs).

Ayatollah Nouri écrit dans son livre Dar us Salam :

Mohammad Baqir Sultanabadi avaient les yeux abimés. Il voyait de moins en moins. Les médecins lui dirent qu’il n’y avait plus de solution pour ses yeux et qu’il allait perdre la vue. Il avait aussi des douleurs aux yeux. Les médecins lui ont alors mis un bandage sur les yeux.

Un ami vint voir le alim et lui dit : « Nous allons à Karbala. » Agha dit : « Emmenez-moi avec vous! Je veux voir le Docteur Hussein ibn Ali (as)! »

Le kaaflo (la caravane) dit au alim de rester chez lui car le voyage est long et dangereux pour sa santé. Mais il insista.

Arrivé à mi chemin, son état de santé se dégrada. Le kaaflo décida de renvoyer aga chez lui. Mais l’un des voyageurs dit à Agha: « Ne rentrez pas chez vous! La où vous allez, ce n’est pas seulement un tabibé rouh (docteur de l’âme), mais la terre de sa tombe elle même est khaké shifa (terre de guérison). J’avais un problème de cœur mais quand je suis allé à Karbala j’ai eu la guérison. Venez, je vous emmène. »

Il ne restait que 2 jours de trajet avant d’arriver dans la ville. À midi, le kaaflo déjeuna et puis fit une sieste.

Il vit un rêve : Une femme en Niqab vint le voir. Il cria : « Qui est cette femme ? » Il entendit une réponse : « C’est Zaynab bint Ali (as). »

Cette femme mit sa main dans son tsadar et le passa sur les yeux de Mohammad Baqir Sultanabadi.

Agha se réveilla, pleura mais ne sentit aucune douleur au niveau de ses yeux. Les gens du kaafla ont retiré le bandage et virent qu’il n y’avait plus rien sur ses yeux et Agha avait retrouvé la vue.

ABDOULALY Shazane Mohamed

z

Orateur

j

Catégories

Date

26 mai 2020