Majaliss de Cheick Moucktar Abbas – 13 Safar 1434, 26 décembre 2012

Nous avons de la chance d’avoir une religion aisée, facile à pratiquer.

Si nous allons considérer la religion comme compliquée, notre vie sera remplie de difficultés. Mais si nous considérons la religion comme facile, les problèmes dans notre vie seront résolus. Nous en trouverons des solutions facilement.

Le verset que j’ai lu en début de ce majaliss est le verset 286 de la Sourate Baqara[1]. Il s’agit du doua de notre St-Prophète saw au Mehraj.

Allah swt emmène Son Prophète à un endroit où personne d’autre n’est allé. L’animal sur lequel est le Prophète est spécial, celui qui l’accompagne est spécial, le Prophète lui-même est spécial.

Quand le Prophète quitte Makka, le monde lui est présenté[2]. Quand nous récitons « Rabbanâ âtinâ fi d-dunyâ[3]… », Allah swt nous enseigne que nous devons demander aussi bien pour ce monde que pour l’au-delà. De même, Allah swt montre à son Prophète aussi bien le monde que l’au-delà.

Islam est le nom de la vie bénie du Prophète. Ce que nous faisons dans l’islam est de suivre la sounnah du Prophète.

À un moment, quand le Prophète arrive au Masjid-e-Shajara, Allah l’appelle et il répond : « Labbayk allahoumma labbayk[4] ». Nous suivons encore cette sounnate aujourd’hui quand nous mettons notre ehram au masjid-e-Shajara et que nous prononçons la même parole.

Le Prophète visite le Paradis et l’enfer. Il voit les personnes heureuses du Paradis et les malheureux de l’enfer.

Pourquoi le Prophète est-il allé au mehraj ? Il y est allé pour nous.

Quand le Prophète revient du Mehraj, il revient avec 25 cadeaux pour nous.

Dans les hadiths sur le mehraj, on utilise un langage métaphorique.

Au niveau de la frontière, la ligne que personne ne peut traverser (cf majaliss d’hier), il y a un signe : il y a un jujubier à cet endroit.

Une fois que notre St-Prophète a traversé cette frontière, il a trouvé 7 sortes de rideaux sur sa route[5]. Chaque rideau se lève et le Prophète récite le takbir (Allaho Akbar) à chaque fois. C’est pour cela que dans le namaz, il y a 7 takbirs. Après le niyyat[6], il est recommandé de réciter le takbir 6 fois avant le takbiratoul ehram (cela fait donc 7 takbirs en tout). C’est à ce moment qu’Allah swt demande au Prophète ses vœux.

Nous allons maintenant parler des cadeaux qu’Allah swt a donnés à Son Bien-Aimé Prophète. Nous allons donc comparer ce qui se pratiquait dans les communautés d’avant et quels changements Allah swt propose à Rassoulallah en faveur de sa communauté.

Chez les peuples d’avant, il y avait un châtiment même pour les péchés commis par erreur. Mouhammad saw demande à ce que cette règle ne soit plus appliquée à sa communauté. Le St-Prophète saw dit : « Si les gens de ma Oummah sont ignorants et commettent un péché, ne leur donne pas de châtiment. S’ils commettent des péchés par erreur ou oubli, ne les châtie pas ! »

Les prophètes d’avant ont instauré des règles (kayda-e-haraj). Haraj signifie un « noukssan », une perte telle que l’homme ne peut pas supporter.

Prenons le cas d’un étudiant qui doit passer un examen à l’université. Il doit se rendre au hajj et le jour de son départ pour le hajj, a lieu un examen très important. Regardez dans le code de pratiques pour les musulmans en Occident…si l’étudiant pense que c’est une grande perte pour lui, pour sa vie, si l’étudiant pense que sa vie sera gâchée s’il rate cet examen important, alors Ayatoullah Sistani dit : que cet étudiant ne parte pas pour le hajj.

Cette religion est facile !

Le Prophète continue : « Ô Allah, ne laisse pas un fardeau tel que les gens de ma communauté ne puissent pas le porter… » De quel fardeau parle-t-on ici ? Avant, le namaz était de 50 rakats. Notre Prophète pense à ces musulmans qui habiteront à Paris, à Londres, dont la vie sera très chargée et qui ne pourront pas accomplir ces 50 rakats. Mouhammad saw demande une réduction pour nous.

Avant, le namaz était à accomplir au masjid[7]. Le Prophète demande que cela soit également changé. Allah swt dit : toute la terre est un masjid pour vous. Allah swt nous autorise à accomplir ces 5 namazs là où nous voulons, il n’est pas nécessaire de les faire au masjid.

La terre a été faite « pure » (tahir) pour l’homme. Avant, le seul élément qui pouvait rendre pak[8] était l’eau.

Pour la communauté de Mouhammad saw, le tayammoum a été instauré.

Avant, quand notre vêtement devenait najis, soit il fallait le jeter, soit couper la partie najis. Allah swt a changé cette règle pour nous : il suffit de plonger le vêtement dans l’eau pour le purifier.

Notre St-Prophète saw obtient aussi le Pardon d’Allah pour sa communauté. Avant, si on commettait un péché, il fallait demander pardon pendant 100 ans. La condition de ce pardon était en plus d’abandonner un bienfait d’Allah swt. Par exemple, après avoir demandé pardon pendant 100 ans pour un péché que j’avais commis, je décidais de ne plus jamais manger de viande de mouton de toute ma vie.

Imaginez, si nous étions la oummat d’Ibrahim A.S., de Moussa A.S. ou d’Issa A.S., comment aurions-nous fait ? Et nous disons que notre religion est compliquée !

Le terme « vakfir » signifie couvrir, mettre un rideau dessus. Nous demandons à Allah swt de mettre un tissu sur nos péchés, de les effacer. Les anges qui se trouvent à nos épaules sont là juste 24 heures. Ensuite, ils changent et d’autres anges viennent à leurs places. Pourquoi ? Parce qu’Allah swt ne veut pas qu’un ange sache les vies entières de Ses créatures ! Allah veut cacher les péchés des hommes. Allah swt cache les péchés de Ses créatures.

Avant, si quelqu’un dormait et commettait une erreur, c’était considéré comme un péché. Imaginez que vous dormez et que quelqu’un passe par là et que vous lui donnez un coup de pied par exemple ou imaginez que vous cassez un vase d’une grande valeur situé à côté de votre lit…

Allah swt dit : « Si les gens de ta communauté auront des doutes[9] puis comprendront leurs erreurs, Je les pardonnerai. »

Avant, si quelqu’un changeait de religion puis se rendait compte de son erreur, il devait refaire tous ces actes wadjibs[10]. Pour nous, Allah swt offre un changement : si un musulman change de religion puis devient de nouveau musulman, il ne doit pas recommencer tous ces ibadats[11] du passé.

Avant, quand quelqu’un commettait un péché, cela était affiché devant sa maison. Les gens passaient par là et voyaient tous ces péchés. Mouhammad saw demande à Allah swt de changer cela.

Avant, quand les gens commettaient des péchés, ça s’affichait sur leurs fronts. Aujourd’hui, si c’était encore le cas, il n’y aurait plus de place sur nos fronts pour écrire tout ce que nous commettons ! De la même façon, notre St-Prophète saw supplie Allah swt de supprimer cela.

Avant, quand quelque chose attirait l’homme et que l’homme décidait tout de suite de répondre à cet appel, la simple intention de pécher était considérée comme un péché. Pour les musulmans, Allah swt dit que si l’homme décide de commettre un péché, Il ne compte pas cela comme un péché, contrairement aux peuples d’avant. Par contre, si l’homme décide de faire un bon acte, Allah swt se dépêche de donner le sawab même s’il ne fait pas cette chose en fin de compte. Allah swt dit : « Si l’homme commet un péché, j’écrirai un péché mais s’il fait une bonne chose, j’écrirai 10 bienfaits. »

Allah swt dit : « Pour le hidayate[12], J’ai créé Ali A.S. et Je l’ai fait Imam. Je donne à votre oummat un Imam comme Ali A.S. »

Notre St-Prophète saw demande pour lui un secoureur pour sa mission…Allah swt lui donne Ali A.S. pour l’aider. Ali A.S. est celui que le Prophète d’Allah a demandé comme aide, comme main droite.

Si Ali peut aider le Rahmatoulil Alamine, comment ne peut-il pas nous aider ?

Ali A.S. aide la prophétie, le rissalat, il n’aide pas son cousin. Cela veut dire que tant que la prophétie sera là, Ali A.S. sera au service du rissalat. Or, le rissalat sera là encore et toujours, le rissalat est éternel. Ali A.S. dit : « Si je ne serai plus là, c’est Houssain A.S. qui aidera la prophétie. C’est Zainab Ahs qui sauvera votre religion. Ce sont mes descendants qui sauveront votre rissalat. »

 

[1] Cf compte-rendu du majaliss du 25 décembre
[2] Pour plus de détails sur le Mehraj, voir madressa rubrique tarikh_6_en_power_points(leçon 8)
[3] Doua que nous récitons souvent au qounout
[4] « Me voici Seigneur, Me voici »
[5] S’agit-il de rideaux physiques ou spirituels ? Nous n’en savons pas plus.
[6] Intention
[7] Mosquée
[8] purifier
[9] Vassvasso, plein de questions que nous nous posons sur nos actes, sur les Ahloul Bayt etc.
[10] Obligatoires
[11] Actes d’adoration : prière, jeûne etc.
[12] Afin de vous guider 

z

Orateur

j

Catégories

Date

18 mai 2020