MAJALISS DAMES DU 9 DECEMBRE 2010 JOURNEE DU 3 MOHARRAM (Mouliani Tahera Kassamali)

 » Notre discussion d’hier portait sur les Ahloul Akhérat, ceux qui vivent dans ce monde mais dont le cœur et l’esprit vivent dans l’au-delà.
 » Nous devons toujours méditer, faire notre examen intérieur, faire un bilan de notre être, du rang[1] que nous avons atteint.
 » Nous sommes en train d’étudier le sermon n° 87 du Nahjoul Balagha et nous avions vu 3 caractéristiques des élus d’Allah swt hier. Parlons de 3 autres caractéristiques aujourd’hui.

1. Il rapproche ce qui est loin. Même si les autres pensent que c’est très loin, que c’est dans l’avenir, pour l’élu d’Allah swt, c’est bientôt, c’est demain.
 » De quoi s’agit-il ? Il s’agit de notre mort. Beaucoup disent  » Profitons de la vie car la mort est encore bien loin « . Plus on vieillit, plus on est avide de cette vie, on a l’impression qu’il reste encore beaucoup d’années devant nous.
 » Les occidentaux disent  » Ne pensez pas à la mort, soyez positifs, ne soyez pas négatifs !  »
 » Les oulémas nous donnent l’exemple de deux jumeaux qui sont dans le ventre de leur mère. On leur annonce que c’est bientôt l’heure de sortir. Un frère dit à l’autre :  » je ne veux pas sortir car je suis bien ici, ce monde est très confortable « . Il appréhende la nouvelle vie qui l’attend. Mais quand il nait et qu’il se retrouve dans les bras de sa maman et voit les bénédictions d’Allah swt, il confie à son frère que ce monde est excellent et n’a rien à voir avec le monde étroit dans lequel ils étaient avant[2]. Les oulamas[3] disent que c’est pareil entre ce monde et l’au-delà. Il n’y a pas de mots pour expliquer à une personne vivant dans ce monde comment est l’au-delà car il ne peut pas comprendre de la même façon que le bébé dans le ventre de sa mère ne peut pas comprendre.
 » Dans la bataille de Siffin, Imam Ali A.S. attendait, il ne voulait pas commencer la guerre car pour la première fois dans l’Islam, les musulmans se battaient contre d’autres musulmans[4]. On lui demanda :  » Pourquoi ne commencez-vous pas la guerre ? On raconte que vous avez peur de la mort, les gens disent que vous doutez, que vous pensez que Mouawiyah est bon, c’est pour cela que vous ne vous battez pas[5]. Imam Ali A.S. répondit : Vous savez comme Ali aime la mort ? J’aime la mort plus qu’un bébé n’aime le lait de sa maman.  »
 » Le Khoutba-e-Gharrar du Nahjoul Balagha (n° 81) est un sermon extraordinaire. Quand Imam Ali A.S. faisait ce sermon devant les gens, les gens pleuraient en l’écoutant.
 » Le khoutba-e-Shakshaqiyya (n° 3) du Nahjoul Balagha est également très émouvant. Shakshaqiyya veut dire l’éternuement du chameau. Imam Ali A.S. a dit que ce sermon était un cri du cœur. Pendant qu’Imam Ali A.S. faisait se sermon, quelqu’un est venu apporter une lettre à Imam et le khoutba a pris fin. Ibne Abbas, qui était resté sur sa faim, supplia Imam A.S. de continuer mais Imam dit que ce qu’il disait est sorti de son cœur mais que l’interruption a mis fin à cet état dans lequel Imam A.S. était.
 » Revenons au sermon n° 81 dans lequel Imam Ali A.S. parle du Jour du Jugement et de la mort. Imam Ali A.S. explique quelle sera notre condition le Jour du Jugement. Au Mehshar, tous nos désirs seront éteints, nous transpirerons, notre corps tremblera et nous entendrons dans nos oreilles une voix annonçant qui ira au Paradis et qui ira en Enfer.
 » Cf le doua-e-Abou Hamza Thoumali dans lequel nous parlons à Allah swt et nous rappelons combien notre tombe sera étroite.
 » Il est recommandé de réciter la Sourate Waqi’a (n° 56, L’événement) après le namaz-e-Asr car c’est un rappel de la mort.

2. La seconde caractéristique de l’élu d’Allah swt que nous évoquerons aujourd’hui est le fait qu’il rend facile ce qui est difficile.
Par exemple, il est difficile de se lever pour le namaz-e-Shab, il n’est pas aisé de jeûner quand il fait chaud, ce n’est pas facile de laisser tous ses travaux pour aller aider un moemine.
Nous ne devons pas trop nous chouchouter. Nous ne devons pas penser que nous ne pourrons pas supporter ceci et cela.
Imam Ali A.S. veut dire par là qu’étant donné que le moemine est motivé, les choses sont faciles pour lui.
Durant son califat, Imam Ali A.S. travaillait dur. Un de ses compagnons l’accompagna toute la journée et vit comme Imam était occupé à différentes tâches. Quand la nuit tomba, ils étaient tous les deux très fatigués. Imam A.S. lui proposa de rester dormir chez lui. À peine le compagnon commença-t-il à dormir qu’il vit Imam Ali A.S. marchant en tenant les murs de la maison. Le compagnon était surpris de voir combien Imam était fatigué mais était quand même debout. Il lui demanda :  » Vous êtes épuisé, vous n’arrivez même pas à vous tenir debout. Vous devriez dormir.  » Imam lui répondit qu’il se préparait pour le namaz-e-shab.

3. La 3ème caractéristique est que quand il regarde quelque chose, il se rappelle Allah.
Nous avons 2 paires d’yeux, une sur notre visage et une dans notre cœur. Prenons l’exemple d’une rose. En regardant la rose, une femme peut l’imaginer dans un vase dans sa maison. Un jeune marié peut penser l’offrir à sa bienaimée[6]. Un philosophe pourrait se dire que toute chose a un côté positif, un avantage et que chaque chose a un avantage et un inconvénient car la fleur est tellement belle mais elle possède des épines qui peuvent blesser.
Nous avons donc des représentations différentes de chaque chose.
L’élu d’Allah swt se rappelle Allah swt en tout temps et quoiqu’il regarde. Ses yeux voient un objet mais son cœur voit Allah swt.
Dans le Saint-Coran, Allah swt dit que ceux qui sont aveugles dans leurs cœurs[7] resteront aveugles dans l’au-delà.

 

[1] Degré de Iman (foi)
[2] Le ventre de leur maman
[3] Erudits, savants religieux
[4] Le camp d’Imam Ali A.S. contre le camp de Mouawiyah
[5] Les ennemis d’Imam Ali A.S. répandaient de fausses rumeurs à son sujet
[6] Il se dit :  » Si j’emmène cette rose pour ma femme, elle sera contente !  »
[7] C’est-à-dire ceux qui ne croient pas en Allah swt.

z

Orateur

j

Catégories

Date

21 mai 2020