MAJALISS DAMES DU 12 DECEMBRE 2010 JOURNÉE DU 6 MOHARRAM (Mouliani Tahera Kassamali)


 » Le Prophète Younouss A.S. demandait à Allah swt d’envoyer Son châtiment sur son peuple. En effet, il en avait marre d’eux car malgré ses efforts, ils refusaient de croire en un Dieu unique. Allah swt demanda à Nabi Younouss de préparer de beaux vases bien décorés et de les ramener. Prophète Younouss A.S. fabriqua des vases en terre cuite, les fit sécher au soleil, les peignit et les décora. Quand ils étaient fin prêts, il les présenta à Allah swt. Allah swt dit à Son prophète de jeter les vases. Prophète Younouss A.S. n’avait pas envie de jeter ces objets qu’il avait confectionnés pendant trois jours. Allah swt expliqua à Nabi Younouss qu’il s’est attaché à ces vases sans âme et lui dit d’imaginer combien Il doit aimer ses créatures, les Hommes.

 » Le Nahjoul Balagha est en 3 parties : les sermons[1], les lettres et les hadiths[2].

 » Celui qui a compilé le Nahjoul Balagha, Sayed Sharif al-Razi est né en l’an 300 de l’Hégire[3]. C’était un élève de Cheick Moufid. Sa mère s’appelait Fatema et était une femme très pieuse. Elle suggéra à Cheick Moufid d’écrire un livre sur le Fiqh pour les femmes, ce qu’il fit[4].

 » Ces prochains jours, nous étudierons la lettre n° 31 qui est le testament[5] d’Imam Ali A.S. et qui est plein de sagesse et de recommandations pour nous. Imam Ali A.S. a écrit cette lettre à Imam Hassan et Imam Houssain A.S. après la guerre de Siffin. Imam A.S. explique pourquoi il écrit ce testament[6] :

1. Je t’écris ce testament, Ô Hassan, parce que j’ai l’impression que tu es une partie de moi[7]. Je t’aime beaucoup[8].

 » Certaines personnes demandent quels douas du Saint-Coran ils devraient réciter. Un des douas intéressant se trouve dans les versets 37-38 de la Sourate Ali Imran (n° 3) :  » Ô mon Seigneur, donne-moi, venant de Toi, une excellente descendance. Car Tu es Celui qui entend bien la prière.  »
Ces versets parlent du moment où Nabi Zakariyya A.S. a vu des fruits frais près de Bibi Maryam ahs et lui demanda d’où provenaient ces fruits. Quand Bibi Maryam ahs répondit qu’ils venaient de la part d’Allah swt, Prophète Zakariyya fit ce doua. Les commentateurs expliquent qu’il est arrivé la même chose à Sayyida Fatima ahs. Un jour, alors qu’il y avait une période de famine à Médine, le Saint-Prophète saw vint chez sa fille Fatima Zahra ahs et vit qu’il y avait près d’elle une corbeille d’excellents fruits frais. Quand il lui demanda d’où ils venaient, elle répondit par ce verset du Saint-Coran[9] :  » Cela me vient de Dieu. Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter.  »
Un second doua qui est très beau se trouve dans les versets 72-74 de la Sourate Al-Fourqan (n° 25, Le discernement) :  » Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux.  »

2. Ô Hassan, je me permets de te conseiller car je suis vieux alors que tu es encore jeune[10]. Tu n’as pas l’expérience. Sers-toi de ma longue expérience[11].

3. Sache que le cœur d’un enfant est comme une terre vierge qui accueille ce qu’on y cultive[12].
Nous continuerons notre discussion sur le testament d’Imam Ali A.S. demain inshallah.

[1] Khoutbas
[2] Il y a plus de 400 hadiths.
[3] Il y a plus de 1100 ans.
[4] Ansariyan Publications (Iran) a publié une série de petits livres en anglais sur les grands oulamas – dont un sur Sharif al-Razi que je vous recommande de lire.
[5] Wassiyate
[6] Les enfants et les jeunes ne comprennent souvent pas pourquoi leurs parents leur disent de faire ci et ça et leur interdisent des choses. Ils ont ici des explications fournies par Imam Ali A.S. leur montrant pourquoi leurs parents se préoccupent autant d’eux.
[7]  » …je me retrouve partiellement en toi, ou bien mieux je me vois tout en toi au point que si quelque chose te touche je me sens personnellement touché et que si la mort t’atteint je la sentirai m’atteindre. Je me préoccupe de ce qui peut t’arriver comme une affaire personnelle.  » (Article 5 de la lettre d’Imam Ali A.S. à son fils Hassan A.S., Nahjoul Balagha –La voie de l’éloquence, traduit par Sayyid Attia abul Naga, Ansariyan Publications, Iran, 1989, page 659)
[8] Les parents éprouvent beaucoup d’amour pour leurs enfants et veulent qu’ils deviennent des gens biens. Une des fiertés d’un homme ou d’une femme quand il ou elle quitte ce monde est de laisser derrière lui/elle des enfants digne.
[9] Elle fit la même réponse que Bibi Maryam ahs au Prophète Zakariyya A.S.
[10] » … j’ai voulu par là m’empresser de te prémunir […] afin de te faire profiter de mon expérience, autrement tu seras comme un coursier sauvage.  » (Nahjoul Balagha, article 12, page 663)
[11] Imam Ali A.S., bien qu’il soit massoume, montre ici qu’un parent souhaite que son fils ou sa fille apprenne de son expérience, qu’il ou elle ne fait pas les mêmes erreurs que lui.
[12]  » L’esprit du jeune homme est comme une terre vierge qui accepte toute semence.  » (Nahjoul Balagha, article 12, page 663) 

z

Orateur

j

Catégories

Date

21 mai 2020