MAJALISS DAMES DU 11 DECEMBRE 2010 JOURNEE DU 5 MOHARRAM (Mouliani Tahera Kassamali)

 » Caractéristiques du Mouttaqui selon Imam Ali A.S. :
Quand il lit le Saint-Coran, son cœur tremble, il est concentré, il médite sur ce qu’Allah swt lui dit. Quand un verset parle du paradis, il s’imagine dedans. Quand un ayat fait allusion à l’enfer, il a peur de s’y retrouver, il tremble de crainte.
Rappelons-nous la Sourate Al-Hasr (n° 59, L’exode), verset 21.
Allah swt explique que si ce Saint-Qouran n’avait pas été révélé à l’homme mais était révélé à une montagne, elle se serait fragmentée, elle se serait coupée en morceaux éparpillés car le Coran attendrit.

 » Le croyant doit ressentir le « khoushou » c’est-à-dire l’amour et le respect d’Allah swt d’un côté et la crainte et l’appréhension d’Allah swt de l’autre.

 » Dans le khoutbo n° 174 du Nahjoul Balagha, Imam Ali A.S. nous dit que le Saint-Coran va nous donner des nassihates[1] et que c’est un remède pour les maladies de l’âme.

 » Quand nous lisons le Saint-Coran, parfois Allah swt nous pose des questions. À ce moment-là, nous devrions Lui répondre. Par exemple, dans la Sourate Rahman, Allah swt nous demande :  » Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? « , nous devrions alors Lui répondre  » Nous ne négligeons aucune de tes bénédictions, stp ne nous compte pas parmi les négligents.  »

 » Dans le sermon n° 174 du Nahjoul Balagha, Imam Ali A.S. explique que lorsqu’une personne se lève après avoir lu le Saint-Coran, il doit avoir une chose de moins et il doit avoir une chose de plus. En effet, son hidayat[2] augmente tandis que son ignorance diminue.

 » Le Jour du Jugement, le Saint-Coran fera notre shafa’at, il viendra avec un beau visage pour nous aider et agir en notre faveur.

 » Quand nous nous sentons seul, quand nous avons l’impression que nous n’avons personne, nous devrions réciter le verset 40 de la Sourate Tawbah :  » Ne t’afflige pas, car Allah est avec nous « . C’est quand le Saint-Prophète saw était seul dans la grotte Tahwr qu’il récita ce verset.

 » Said bin Joubayr était shia à l’époque de Mouawiyah et vous vous souvenez combien Mouawiyah était cruel et détestait les shias. Cette anecdote est extraite du livre Despotic Rulers. Mouawiyah convoqua Said dans sa cour et voulut l’humilier en lui posant plein de questions. Il lui demanda notamment si Abou Bakr et Oumar sont au Paradis ou en Enfer. Said répondit intelligemment  » je ne suis pas encore allé, je ne peux pas vous répondre car je n’ai pas vu s’ils sont au Paradis ou en Enfer.  » Mouawiyah finit par faire tuer Said bin Joubayr car il ne supportait plus.


[1] Recommandations, invitations au Bien
[2] Connaissance reçue 

z

Orateur

j

Catégories

Date

21 mai 2020