Majaliss 25 Ramadhan 1436 – Agha Moledina

Sheikh Abbas Qumi et Ayatullah Datsghaib ont écrit qu’Imam Sadiq (as) a envoyé une lettre à un de ses shias et lui a dit :

     Si tu veux mourir dans une bonne condition, que tu meurs parmi ceux qui ont fait du bien, que ton âme te soit retiré au moment où tu fais la meilleure des actions, alors donne de la valeur aux droits d’Allah (swt) et ne profite pas de Sa miséricorde et de Son indulgence.

Le fait qu’il ne nous punisse pas directement ne veut pas dire qu’Il nous a pardonné nos péchés.  N’abusez pas des Bénédictions qu’Allah (swt) a mises à votre disposition pour lui désobéir. (ex : l’argent qu’il nous a donné)

Il y a tant de personnes qui sont âgées et qui regrettent les péchés qu’elles ont commis. Elles veulent accomplir les namaaz qaza mais ne peuvent pas en raison de leur problème de santé. Le temps passe très vite et comment pouvons-nous utiliser ce temps pour Lui désobéir ?

Imam Sadiq (as) a dit : « Celui qui nous aime et qui fait nos éloges mérite d’être regardé avec respect et amour. »

Imam Musa al Kazim (as) a dit que si seulement les gens connaissaient la valeur du Momine aux yeux d’Allah (swt), ils auraient baissé leur tête par respect devant eux. Lorsque le momine se lèvera de sa tombe, Allah (swt) acceptera sa foi et ses actions.

Al Mo’min est un des noms d’Allah (swt) et il veut dire celui qui tient ses promesses. Nous devons tenir notre promesse de servir Allah (swt).

Nous pouvons trouver dans le Usul e Kaafi  qu’à l’époque du Prophète Joshua, il existait quatre amis. Parmi ces amis, trois étaient riches et un était pauvre. Un jour, les trois amis riches se sont retrouvés et le pauvre ami est venu les voir. Le serviteur a ouvert la porte et l’ami a demandé :

     Est-ce que ton maître et les autres amis sont à l’intérieur ?

     Non, il n’y a personne ici.

Le serviteur lui a parlé sans même lui donner de l’importance car il était pauvre. L’ami est parti. Le serviteur est allé voir son maître et lui a dit :

     Votre pauvre ami est venu. Je lui ai dit qu’il n’y avait personne ici et il est parti.

La première chose à faire aurait été de faire des reproches à son serviteur, ensuite de rappeler son ami et lui demander pardon. Cependant, il n’a rien fait de tout cela.

Le deuxième jour, le pauvre ami est revenu, les trois amis sortaient justement et ont accepté qu’il vienne avec eux. Ces amis n’ont même pas cherché à s’excuser et ont fait comme s’il ne s’était rien passé.

À un moment, un nuage est apparu sur leur tête et le pauvre ami s’est séparé d’eux. Les autres ont pensé qu’il allait pleuvoir et se sont mis à courir. L’ange Jibrail a fait appel aux anges qui donnent des châtiments : « Brulez ces trois personnes ! » et un feu est sorti du nuage et les a brûlés.

Le pauvre ami a vu cette scène et a commencé à avoir peur. Il n’a pas supporté de voir ses amis dans cet état. Il est directement allé voir le Prophète et a dit :

     Ô Prophète d’Allah, j’étais avec mes trois autres amis et voilà ce qui s’est passé et j’ai échappé à cet incident !

Le Prophète d’Allah (swt) lui a dit :

     Hier, tu es allé chez eux. Comme tu es quelqu’un de simple et de pauvre, ils ne t’ont pas ouvert la porte et ne t’ont pas donné de l’importance. C’est une punition pour eux.
     Ô Prophète d’Allah ! Je leur pardonne ! Éloignez les châtiments d’eux s’il vous plait, ce sont mes amis !
     Non, c’est trop tard. Si tu leur avais demandé pardon avant le châtiment, ils auraient pu être épargnés mais à présent, seul Allah (swt) a décidé de leur sort.

Sheikh Hussain Ansaarian raconte qu’Imam Sadiq (as) a dit à des personnes qui sont venues le voir :

     N’avez-vous pas honte ? Vous nous humiliez, nous, les Ahlulbayt ?

Quelqu’un a ensuite demandé :

     Comment cela ?
     Lorsque tu venais me voir, un croyant t’attendait, tu pouvais l’aider mais tu ne l’as pas fait.
     Oui … j’ai fait une erreur.
     En l’humiliant de la sorte, tu m’as aussi humilié.

z

Orateur

j

Catégories

Date

8 mai 2020