Majalis de Mouliani Soukaina Merchant, 10 Safar 1438

Pour comprendre l’Islam originel, il est nécessaire d’avoir le ma’refat d’Allah swt. Celui qui a l’amour envers les Ahloul Bayt as dans son cœur réussira mieux à obéir aux règles de l’Islam.

Si nous commettons une erreur et que notre cœur ne nous dit pas que ce que nous avons fait est mauvais, cela veut dire que nous n’avons pas un marefat suffisant envers Allah swt et que notre amour envers les Ahloul Bayt as est encore insuffisant.

Nous n’avons même pas compris le marefat du nom de Sayyida Fatima ahs. Ce nom a de grands bienfaits.

Il y avait un grand savant qui vivait à Karbala. Il s’appelait Ayatoullah Kashmiri. Il raconte : « Une nuit, alors que je me reposais, quelqu’un a frappé à ma porte en pleine nuit. L’homme me dit qu’il a besoin que je lui dise le nom d’Imam Moussa as. Il explique qu’il était en voyage. Il ne retrouve plus sa clé. C’est pour cela qu’il se rappelle qu’on lui a dit que si on prononce le nom de la maman de Janabé Moussa sur un cadenas, il va s’ouvrir de lui-même. »

Ayatoullah Kashmiri demande à cet homme de l’emmener jusqu’à chez lui. Il récite quelque chose et le cadenas s’ouvre ! Ayatoullah Kashmiri, qui était un sayed, explique : « Quand vous m’avez dit que le nom de la maman de Hazrat Moussa est si grandiose, je me suis dit que le nom même de ma grand-mère Sayyida Fatima ahs a un statut encore plus élevé. »

Si les portes de votre subsistance sont fermées, si les portes de votre destin sont fermées, demandez à Allah swt par l’intercession de Sayyida Fatima ahs.

Un jour, une fillette est venue me voir et m’a demandé de lui apprendre un majalis. Elle était très motivée de réciter un majalis-e-Houssain. J’ai décidé de lui enseigner cette anecdote concernant le miracle du nom de Sayyida Fatima ahs. La fillette était si émue et émerveillée par le miracle du nom de Sayyida Fatima ahs qu’elle me dit : « Moi aussi, si jamais je ne trouve plus la clé de la maison, je me servirai du nom de Sayyida Fatima ahs pour que le cadenas s’ouvre de lui-même ! » Nos enfants ont pleinement confiance aux Ahloul Bayt as. Malheureusement, nous les adultes, manquons de confiance.

Il y a quelques années, dans l’aéroport de l’Iran, un kafélo (une caravane) attend pour se rendre à Karbala. L’avion a du emporter plus de membres de l’équipage qu’habituellement. Quand ils ont décidé de prendre 2 membres d’équipage, ils ont décidé de renvoyer 2 passagers. Tout le monde est à bord. Seul un couple de vieux est à l’arrière. Quand ils avancent, on leur dit qu’il n’y a plus de place dans l’avion. Ces deux personnes sont très frustrées. Ils vont dans la salle de prière, accomplissent leur prière et implorent Allah swt et les Ahloul Bayt as.

Quand l’avion arrive à Najaf, tout à coup, le pilote ne voit plus rien. Le poste de contrôle est étonné car un avion vient juste d’atterrir sans aucun problème. Le pilote est obligé de repartir en Iran. Une fois arrivés en Iran, l’avion n’a plus besoin de ces deux membres de l’équipage et les passagers demandent à ce qu’on rappelle le couple de vieux. La vieille dame explique : « Nous étions tellement déçus que nous avons décidé de prier et d’implorer Allah swt et demander aux Ahloul Bayt as d’avoir pitié de nous. Nous n’avions même plus envie de rentrer chez nous. Nous sommes restés à l’aéroport. Nous étions si fatigués et si tristes que nous avons fini par nous endormir. La vieille dame raconte : « Durant mon sommeil, j’ai entendu dans mon rêve une vois me dire : « Levez-vous ! L’on vous cherche ! » A peine mes yeux se sont-ils ouverts que j’ai entendu une annonce dans l’aéroport nous disant qu’on nous cherchait. »

Voici ce qui arrive quand nous avons pleine confiance aux Ahloul Bayt as ! Voici ce qui arrive quand nous implorons nos Ahloul Bayt as de tout cœur !

Et pour comprendre le marefat des Ahloul Bayt as, le meilleur exemple est le moment d’Arbaïne. Ceux d’entre vous qui sont allés faire le ziarate d’Imam Houssain as lors de l’Arbaïne et surtout ceux qui ont fait la marche de Najaf à Karbala ont expérimenté cet esprit de solidarité et d’entraide au nom d’Imam Houssain as.

Un groupe d’enfants fait la marche de Najaf à Karbala. Partout où ces enfants s’arrêtent, il y a un homme qui est là devant eux. L’homme explique : « Je ne suis pas riche, je n’ai pas d’argent pour servir les zavvar-e-Houssain. Mais Allah swt m’a donné la santé. C’est pour cela que partout où vous allez, je vous devance pour vous faire de l’ombre. Je ne peux pas faire grand-chose pour les zavvars d’Imam Houssain as mais je peux quand même vous protéger du soleil. »

Un jour, un zavvar-e-Houssain veut accomplir son namaz. Il sonne à la porte d’une maison. Mais comme il n’a pas de réponse, il sonne à la porte de la maison voisine. Mais les 2 portes s’ouvrent en même temps et le zavvar est confus. Il ne sait plus chez qui partir. Les 2 voisins commencent à se disputer. Chacun veut que le zavvar-e-Houssain vienne chez lui. Tout à coup, un voisin dit quelque chose à l’oreille de l’autre. La dispute s’arrête et un voisin accepte que le zavvar aille chez l’autre. Le zavvar est étonné ! « Que s’est-il passé ? » demande-t-il. Il y a quelques instants, les 2 voisins se disputaient et il a suffi d’un échange pour mettre fin à la dispute. L’homme qui accueille le zavvar explique : « Nous avions des querelles. Nous ne nous entendions pas. Il y a quelques temps, il a tué un des membres de ma famille. Mais je viens de lui dire que j’étais prêt à lui pardonner s’il me laissait l’honneur et le privilège de vous avoir chez moi ! » Regardez comme ces gens se rendent compte de la valeur du zavvar-e-Houssain as ! Cet homme est prêt à pardonner le meurtre d’un des siens en contrepartie du service d’un zavvar-e-Houssain as !

Dans le Bab-e-Saghir, il y a un mausolée du nom de Sakina binte Houssain. Il y a un autre mausolée près du Darbar-e-Yazid du nom de Rouqayyah. Il s’agit de Bibi Sakina ahs que nous connaissons. Cet endroit correspond à la prison dans laquelle Bibi Sakina ahs a été enterrée.

Le califat des Omeyyades a duré jusque 132 A.H.

Il y a différents rivayates selon lesquels Imam Houssain as avait une, deux, trois ou quatre filles. L’accès aux maisons des Ahloul Bayt as était très restreint. C’est pour cela que les rivayates ne sont pas claires et nous avons plusieurs versions.

Sayed Ibrahim Dameshqi avait 4 filles. Sa fille aînée vient voir son père et lui dit : « Dans la nuit, j’ai vu Bibi Sakina ahs en rêve. Elle m’a dit de vous demander d’arranger sa tombe car elle est remplie d’eau. » Etant donné qu’il est interdit de déterrer les Ahloul Bayt as, Sayed Ibrahim a ignoré cette anecdote.

La nuit suivante, une autre des filles de Sayed Ibrahim voit le même rêve et elle en parle à son père. Mais Sayed Ibrahim ne fait rien. La 3ème nuit, c’est au tour d’une autre de ses filles de voir Bibi Sakina ahs dans son rêve. La 4ème nuit, Sayed Ibrahim voit Bibi Sakina ahs en rêve. Elle lui demande de s’occuper des réparations de sa tombe qui est inondée. Elle lui demande de faire attention à ce qu’aucun na-mehram ne touche à son corps.

Selon les historiens, il y avait des ruisseaux qui coulaient dans ces petites ruelles que nous voyons aujourd’hui. Et c’est cette eau qui a causé l’inondation de la tombe de Bibi Sakina ahs.

z

Orateur

j

Catégories

Date

5 janvier 2020