Un homme d’un âge vénérable qui passait joyeusement  son admirable automne vint rendre visite au Saint Prophète de l’Islam, mais l’assistance n’y prêta aucune attention et mit du temps pour lui céder la voie. Ce geste déplut  au Messager d’Allah et rompit le charme de celui qui était venu dans ce monde pour parfaire la moralité, il s’adressa à l’assemblée présente :

‘’ Ne fait pas partie de ma Communauté, celui qui ne se montre pas doux et bienveillant envers nos petits et qui ne respecte pas nos grands.’’


L’Islam, en instituant les droits de l’homme, de l’enfant, de la femme, de l’orphelin, du voisin, du Croyant, du serviteur, du dirigeant, de l’enseignant, de l’élève, des époux, bref, . .de toutes les catégories de gens, n’a pas oublié les droits des parents et des personnes âgées qui vivent le soir de leur vie, qui subissent l’outrage du temps, qui traversent l’hiver de leur siècle.


Ces personnes marquées par leurs vieux jours et la magnificence de la blancheur de leurs cheveux, forment l’océan de la sagesse, le puits de la noble expérience, le trésor inépuisable de bons conseils, elles connaissent les rubriques et ne sont pas tombées de la dernière pluie !


Les cheveux blancs ou grisonnants ne veulent pas tout simplement dire que l’être humain porte le poids des années, mais aussi et surtout une quantité  de sagesse, fruit d’une longue et pénible marche, parfois sur des épines, ces cicatrices si douces à sentir font, aujourd’hui, la beauté de leur âme.


La vie pourrait, au fil du temps, mettre de légères rides sur leur visage ou ternir la peau, mais elle ne pourra pas faire vieillir leur cœur.


‘’ A la force et à la vigueur du jeune homme, je préfère la dignité et l’expérience du vieillard,’’ déclare le Saint Prophète  et Messager de l’Islam.


‘’ La blancheur des cheveux est la lumière de Dieu et respecter une personne âgée c’est respecter Dieu,’’ formule-t-il en un autre endroit.


‘’ Ceux qui honorent et respectent les vieillards, pour leur âge et leurs cheveux blancs, seront, par Dieu, sauvés du grand effroi du Jugement Dernier,’’ dit encore Hadhrat Mohammad, le Saint Envoyé de Dieu.


Article: Mulla Nissar