Dars de Cheick Imran – 28 Juin 2015 – Ramadhan 1436

Dans le dars précédent, nous avons expliqué la raison pour laquelle nous avons choisi ce sujet et nous avons parlé de la modération et du juste milieu.

L’Islam est venu avec un programme, avec des règles à suivre. Si nous respectons ces règles, nous aurons le succès dans ce monde et dans l’au-delà. Contrairement à d’autres personnes, nous croyons en une vie dans l’au-delà. La vie n’a pas de limite.

Prenons un exemple. Allah swt n’a ni début, ni fin. Dieu est Éternel.

Par contre, l’Homme a un début mais n’a pas de fin. Un jour, Allah swt nous a créés. Par contre, notre vie ne s’arrêtera pas. Allah swt dit qu’Il nous a créés pour l’éternité ; Il ne nous a pas créé pour une fin en soi. La vie de ce monde se poursuivra par celle de l’au-delà. La mort n’est pas une fin. La mort est un pont qui nous permet de passer d’un monde à un autre.

L’Islam nous invite à réussir notre vie dans ce monde ainsi que celle de l’au-delà.

Aujourd’hui, nous vivons à l’ère des nouvelles technologies. Les choses sont facilitées. Mais, de l’autre côté, de nouveaux problèmes apparaissent. De nouvelles maladies voient le jour. De nos jours, les soucis et le stress atteignent un tel degré que la dépression est une maladie en pleine progression.

Les psychologues et les scientifiques sont occupés à faire des recherches sur la dépression. Les chercheurs consacrent des milliers d’heures pour comprendre comment réussir sa vie. Après avoir consacré autant de temps à ce sujet de recherche, ils arrivent à une conclusion que le Saint-Qouran et les hadiths ont montrée 1400 ans plus tôt. Ce qui est dommage, c’est que lorsque nous voyons ces informations dans un magazine ou sur un site internet, nous y faisons pleine confiance. Mais nous ne réalisons pas que la même chose est mentionnée dans le Saint-Qouran, dans le Nahjoul Balagha et dans les hadiths d’Imam Jafar as-Sadiq A.S.

Il y a deux groupes de personnes :

         Celles qui ont une vie réussie et qui sont conscientes qu’elles ont réussi leurs vies
         Celles qui ont des difficultés, qui n’ont pas réussi leurs vies

Pourquoi cela ? Les chercheurs ont montré que les personnes dont le centre de contrôle provient de l’intérieur ont réussi tandis que les personnes dont le centre de contrôle vient de l’extérieur échouent leurs vies. Cela veut dire que ceux qui se contrôlent de l’intérieur ont du succès. Si la vie est un animal que l’on monte (savaari), prenons le contrôle de cet animal (en ayant le « lagham » entre nos mains). Si cette vie est un véhicule, j’en suis le chauffeur.

Pourtant, beaucoup de personnes ne contrôlent pas leurs vies. Leurs vies sont complètement contrôlées de l’extérieur. Ce sont les autres qui conduisent leurs vies.

Prenons un exemple, vous êtes dans un bus. Tout d’un coup, un bandit vous pousse et vous insulte. Comment allons-nous réagir ? Nous allons le pousser également et lui donner encore plus d’insultes. Si nous réagissons de cette façon, le centre de notre contrôle n’est pas en nous mais il repose sur les autres. Nous ne contrôlons pas nos émotions. Si je me mets en colère parce que ce bandit me bouscule, cela veut dire que je lui ai donné le volant de mes émotions. Je ne contrôle plus la situation.

Sommes-nous prêts à confier les clés de notre voiture à un bandit ou un ivrogne ? Non, jamais !

La télécommande de notre vie doit être entre nos mains et non pas celles des autres !

Si c’est quelqu’un d’autre qui contrôle mes émotions, cela veut dire que je ne suis pas libre mais je suis l’esclave de cette personne. C’est elle qui guide ma vie.

Les gens pensent qu’ils sont libres ! Mais ce n’est pas le cas.

Certains d’entre nous ont des habitudes. J’ai moi-même l’habitude de boire du thé, que je sois en voyage ou invité chez quelqu’un. Si je n’ai pas mon thé, je me sens mal, je commence à avoir mal à la tête. Cela veut dire que je suis esclave de mon thé !

D’autres ont l’habitude de fumer ou d’autres habitudes. Qu’Allah swt nous aide à abandonner nos mauvaises habitudes en ce mois béni ! Amine !

Regardons Salman. Il a atteint un tel rang que notre Prophète saw a déclaré : « Salman fait partie de nos Ahloul Bayt ! »

Un jour, Salman est à la mosquée. Un jeune vient le voir et l’insulte en ces termes : « Ô Salman, est-ce que tes cheveux sont meilleurs ou ceux des chats et des chiens ? »

Salman est un homme libre, ce n’est pas un esclave ! La télécommande de ses émotions est entre ses mains. Salman répond à ce jeune, très calmement : « Mon fils, sache que le Jour du Jugement, je devrai rendre des comptes. Si mes péchés sont plus nombreux que mes bonnes actions, alors les poils des animaux sont meilleurs que mes cheveux ! Mais si après les comptes, mes bonnes actions sont supérieures à mes péchés, alors mes cheveux sont meilleurs que les poils des chiens et des chats ! »

Nous devons être comme Salman ! Nous devons être tels que la personne en face de nous regrette ses paroles et ses actes ! C’est cela la liberté !

Parfois, nous avons l’opportunité de faire de bonnes actions mais nous nous disons : « Si je fais cela, que vont penser les autres ? » Cela montre que ce sont les autres qui contrôlent notre vie.

Dans le Doua-e-Arafat, Imam Houssain A.S. déclare : « Ô Allah, si je viens à connaître que Ta Satisfaction se cache derrière une action et que les gens n’aiment pas cette action, ô Allah, je ferai cette action. Peu importe si le monde entier est mécontent, mais je Te contenterai ! »

z

Orateur

j

Catégories

Date

1 mai 2020