Dars 4 Ramadhan 1436 – Agha Moledina

Dans le livre Bihar al Anwar, Allama Majlissi a écrit que Imam Ja’far Sadiq (as) a dit :

« Pendant le mois de Ramadhan, mon grand père, Imam Zayn al Abedine (as), passait son temps a réciter le tasbih, le takbir et le Isteghfaar. Le soir, lorsqu’il rompait son jeûne, il disait à Allah (swt) : « Ô Allah, j’ai passé ma journée de telle sorte à ce que Tu sois satisfait de ce que j’ai accompli. » »

Le mois de Ramadhan est un professeur qui donne des cours à ses élèves. Comme un professeur de Akhlaq qui donne des cours à ses élèves sur la façon de vivre, le mois de Ramadhan nous donne des cours sur ce que nous devons faire ou pas faire, sur ce que nous devons dire ou pas dire.

Ayatullah Hussain Muzaaheri a dit que le mois de Ramadhan est le mois où nous devons réaliser l’importance des bienfaits d’Allah (swt). Par exemple, la nourriture et l’eau sont hallal, mais il est interdit d’en consommer juste pour que nous nous rendions compte à quel point ces ne’mats ont de l’importance et de réfléchir sur ce que nous aurions fait si Allah (swt) ne nous les avait pas donnés dans la vie de tous les jours. Nous devons remercier Allah (swt) pour tout ce qu’il nous a offert en pensant aux personnes qui restent affamés tout le reste de l’année.

Imam Ja’far Sadiq (as) avait cité les droits du croyant, le troisième droit est : il est du droit de ton ami que tu te préoccupes de son bonheur et tu ne dois pas être la raison de ses tristesses. Lorsqu’il te dit quelque chose accepte-le, car il est ton ami.

Nous trouvons les hadiths ci-dessous dans le Ousoul e Kaafi :

v Abu Hamza rapporte d’Imam Muhammad Baqir (as) : « Celui qui rend son frère musulman heureux m’aura rendu heureux et aura rendu Allah (swt) Heureux. »

v Imam Muhammad Baqir (as) a dit aussi que le Prophète Musa (as) parlait avec Allah (swt) et Allah (swt) a dit au Prophète :

     Ô Musa, il existe une catégorie de personnes pour laquelle l’entrée au Paradis leur sera rendu libre et ils y entreront comme des rois !

Le Prophète a demandé :

     Ô Allah, qui sont ces personnes et qu’auront-elles fait ?

     Ô Musa, ces gens auront rendu heureux leurs frères musulmans. Ils entreront au Paradis comme des héritiers.

v Imam Muhammad Baqir (as) a dit : « Un croyant vivait dans un pays qui était dirigé par un homme cruel. Le croyant était victime des violences de ce dirigeant et n’arrêtait pas d’avoir peur. Il a un jour décidé de partir dans une autre ville où résidaient des kaafir. En le voyant arriver, un Kaafir lui a offert son aide, une maison, de la nourriture, et le protégeait. Il était à son service. Le croyant était tellement heureux et au moment de mourir, Allah (swt) a dit au kaafir « Tu as rendu heureux un croyant et tu l’as aidé. Si le Paradis n’était pas interdit aux kaafir tu aurais eu ta place à cet endroit. Mais je donnerai l’ordre aux feux de l’enfer de ne pas te bruler ! »

Si un kaafir a droit à tout cela de la part d’Allah (swt), alors qu’en est-il du croyant, du shia e Ali (as), qui aide son frère musulman ?

v Imam Ja’far Sadiq (as) a dit : « Le croyant se lèvera de sa tombe par une personne qui lui ressemblera. La personne lui dira de se lever en lui tendant la main. Il sortira de la tombe et la personne dira au croyant :

     Pourquoi as-tu peur ? Ne tremble pas ! Je suis avec toi ! Ne t’inquiète pas !

Même sur le pont as Siraat, son « jumeau » l’aidera à passer sans difficulté et au moment de rentrer au Paradis, il lui dira :

     Tiens, nous voilà arrivé ! Nous nous retrouverons plus tard.

Et à ce moment, le croyant dira :

     Mais qui es tu ? je ne t’ai jamais vu avant!

     Je suis ce bonheur que tu as offert à ton frère musulman !

Dans le livre Hayaat al Qulub, Imam Raza (as) a dit : « Trois moments sont des moments terrifiants pour le croyant : lorsque, étant bébé, il sort du ventre de sa mère et découvre ce monde, lorsqu’il quitte ce monde et lorsqu’il se réveillera le Jour du Jugement. »

Lorsqu’une personne se lèvera de sa tombe, elle verra devant lui l’enfer et ses châtiments. Elle sera inquiète en essayant de se rappeler si elle avait eu le temps de demander pardon pour tel ou tel péché.

Le quatrième droit du croyant qu’a mentionné Imam Ja’far Sadiq (as) est le suivant : Deviens l’œil de ton frère musulman, sois comme un miroir pour lui !

Le miroir vous montre la réalité. Ne dites que la vérité devant lui et guidez-le. Restez à ses côtés peu importe les situations, mais lorsqu’il fait une erreur, dites le lui.

Allama Hussain Baqsh a écrit « Lorsque l’amitié de deux personnes repose sur le verset « …. S’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance » alors, quand l’ange de la mort vient enlever l’âme d’un des deux amis, il lui dit:

     Il est temps pour toi de quitter ce monde. Te rappelles-tu de ce jour où tu allais commettre ce péché ? Si tu l’avais fais voilà comment j’aurais retiré ton âme de ton corps et voilà les insectes qui seraient venus dans ta tombe. Est-ce que tu te rappelles comment ton ami avait réagi à ce moment ?

     Oui ! C’est grâce à mon ami, il m’a dit que je ne devrais pas faire ce genre de choses…

     Tu as vu comment ton ami t’a aidé ? Si à ce moment il ne t’avait pas guidé voilà comment aurait été ta situation.

      Ô Allah, tu m’as donné un ami formidable ! Grâce à lui les châtiments de la tombe ne m’affecteront pas. S’il Te plait,  récompense mon ami pour ce qu’il a fait pour moi, guide-le sur le droit chemin, fais qu’il ait une mort similaire à la mienne!

Lorsque les deux amis se rencontreront dans l’au-delà, et lorsqu’ils apprendront la bonne nouvelle annonçant leur entrée au Paradis, ils se prendront dans les bras.

Cependant, quand l’ange de la mort vient enlever l’âme de celui qui a commis plein de péchés, il lui rappelle ses mauvaises actions et lui parle de son ami en disant :

     Si tu n’avais pas fais ça, tu serais rentré au Paradis. Mais tu n’es pas le seul à être responsable, il y a ton ami aussi. S’il t’avait empêché de commettre ces mauvaises actions, tu ne serais pas ici.

Et il commencera à subir les châtiments en disant :

     Ô Allah, celui que je considérais comme mon ami et mon frère m’a trahi aujourd’hui ! Ne le guide jamais ! Fais lui subir ce que j’ai subis et qu’il me suive jusqu’en enfer !

Et lorsque ces deux amis se rencontreront dans l’au-delà, ils se frapperont dessus et l’un accusera l’autre.

z

Orateur

j

Catégories

Date

1 avril 2020