Dars 17 Ramadhan 1436 – Agha Moledina

Les aalims ont dit de réciter le plus possible « Ya Hayyu, Ya Qayyum », « Ya man laa ilaaha illa anta » pour nous éloigner des tentations des péchés. Ils ont donné plusieurs méthodes et plusieurs récitations contre les péchés, cependant cela ne veut pas dire que nous devons passer nos journées à ne faire que ça, nous pouvons choisir le amaal qui nous convient.

Souvent, pour l’exaucement de nos vœux nous nous disons que les longs duas sont meilleurs que les petits, mais ce n’est pas vrai.

Un jour, Imam Ali (as) a vu un homme réciter un long dua sans être concentré, Imam (as) lui a dit :

     Ô mon frère, le même Dieu qui écoute ces longues invocations exauce également les petites invocations.

     Ô imam, quel dua me conseillez-vous alors ?

     Alhamdulillahi ‘ala kulle ne’mat, wa asalullaha min kulle khair, wa ‘aouzo billahi min kulli shar, wa astaghferullaha min kulle zamb.

Shaikh Zayn ud Deen a rêvé de Imam Sajjad (as):

     Ô Imam, tous les jours, je m’inquiète de mon sort dans l’au-delà et de la tombe. Quel amaal me conseillez-vous pour être rassuré, pour obtenir le pardon de mes péchés, pour avoir l’occasion de faire de bonnes actions ?

     O Shaikh, rendez obligatoire sur vous-même la récitation du Salawat.

Imam Sadiq (as) a dit que le Prophète (saw) a dit : « Envoyez les salawat sur moi, non pas silencieusement, mais à haute voix pour que l’hypocrisie quitte votre cœur. »

Le Prophète (saw) a également dit « Celui qui, par amour et passion, récite trois fois le salawat mérite qu’Allah (swt) pardonne ses péchés du jour et de la nuit. »

Les aalim ont dit que si nous lisons des duas enseignés par nos Imams, nous ne devons pas dire un mot en plus que ce qu’ils ont dit.

Sheikh Mohsin Qaraati a écrit dans son tasfir de la Sourat al Hujuraat qu’Imam Sadiq (as) a dit à un de ses Shias :

     Lisez le dua « Ya Muqalibal Qulub. »

Et l’homme a rajouté juste après le dua « Wal Absaar. »

En entendant cela, Imam (as) lui a dit :

     T’ai-je demandé de rajouté « Wal Absar » ? Non. Alors ne le rajoute pas.

Pourtant ce n’est pas une mauvaise chose, ce n’est pas un péché. Suivons ce que Imam a dit, il doit bien y avoir une raison.

L’homme a dit :

     Mais Allah (swt) ne sait-Il pas mieux ?

Imam (as) lui a répondu en récitant le verset 2 de la Sourate al Hujuraat :

     « Ô vous qui avez cru! N’élevez pas vos voix au-dessus de la voix du Prophète, et ne haussez pas le ton en lui parlant, comme vous le haussez les uns avec les autres, sinon vos œuvres deviendraient vaines sans que vous vous en rendiez compte. »

« Ya Muqalibal Qulub wal Absar » est un dua qui existe vraiment, mais dans ce cas là Imam n’a donné que la première partie.

Nous accomplissons différents amaals, mais nous ne reconnaissons pas la valeur de la plupart d’entre eux. Par exemple, au moment de réciter le fatiha pour les marhoumines nous terminons par « Soubhana rabbika rabbil ‘izzati ‘amma yasifouna wa salamoun ‘alal moursalina walhamdoulilahi rabbil ‘alamin » qui est un verset du Saint Qur’an, plus précisément le dernier verset de la Sourate al Safaat. Mais le verset ne contient pas « bi rahmatika ya arhama rahimin » !

Imam Baqir (as) a dit : « Celui qui veut avoir tous les mérites des bonnes actions qu’il a accomplies le Jour du Jugement, alors qu’il récite « Soubhana rabbika rabbil ‘izzati ‘amma yasifouna wa salamoun ‘alal moursalina walhamdoulilahi rabbil ‘alamin » quand il s’assied dans un Mehfil et qu’il se lève pour se déplacer. »

Lorsque le Prophète (saw) s’asseyait avec des gens, il récitait 25 fois le istaghfaar.

Lorsqu’on nous donne un dua à réciter un certain nombre de fois, il faut respecter ce nombre. C’est la même chose pour le tasbih de Bibi Fatima Zahra (ahs), si vous dépassez le nombre des zikr vous aurez le sawaab d’autres choses mais pas du tasbih.

A Tana, l’ambassadeur d’Iran m’a donné un très bon exemple d’Ayatullah Jawaad Amouli. Il a dit que si vous dites à quelqu’un : « Fais 25 pas et creuse pour trouver de l’or. Mais si cette personne fait 26 pas et si elle creuse, pensez-vous qu’elle trouvera de l’or sous ses pieds ? »

Pour nous éloigner des péchés, les aalims ont dit de réciter le Saint Qur’an. Lorsque nous le récitons, c’est pour avoir des sawaab, pour un marhoumine, etc. car c’est le Livre d’Allah (swt). Mais avant de réciter, faisons une intention et demandons à Allah (swt) de nous éloigner des péchés.

Les aalim ont dit que la Sourate al Juma enlève les murmures de Shaytan de notre cœur et nous conseillent de la réciter tous les jours, où même après le namaaz al Asr.

Question-Réponses :

v Pourquoi lorsque nous gagnons de l’argent, nous sommes heureux. Mais lorsqu’il s’agit d’aider quelqu’un avec cet argent, nous ne sommes pas heureux, notre cœur ne le veut pas. Quelle en est la raison ?

C’est parce que notre cœur est rempli d’amour pour ce bas monde. Lorsque nous recevons beaucoup, c’est comme si nous avons reçu peu mais même si nous donnons peu c’est comme si nous donnons beaucoup.

Ayatullah Dastghaib a dit que ce genre de comportement est la preuve d’une foi fragile.

Allah (swt) a dit que si nous Lui donnons un (euro par exemple), il nous donnera 70. Donc logiquement, cela devrait nous inciter à donner plus, mais même si c’est une promesse d’Allah (swt), nous n’y croyons pas. N’est-ce pas la preuve que notre foi est fragile ?

Allah (swt) donnera plus si nous donnons aux autres et en plus, notre argent restant ne se terminera jamais. Nous connaissons tous des gens qui ne cessent de faire des dons et qui restent riches. D’où vient cet argent à votre avis ? La solution se trouve en nous.

Imam Sadiq (as) a dit « Vous êtes le seul docteur de votre cœur. »

Des gens nous expliquerons, nous donnerons des ayats, des hadiths, mais nous sommes le seul qui pouvons changer notre cœur, nous devons regarder au fond de notre cœur et essayer de soigner les maux. Si au fond, nous ne voulons pas le faire, personne d’autre ne peut le faire à notre place.



z

Orateur

j

Catégories

Date

1 mai 2020