Dars 10 Ramadhan 1436 – Agha Moledina

Nous entrons dans la deuxième partie du mois béni de Ramadhan qui est la partie du Pardon. Mais pour qu’Allah (swt) pardonne nos péchés, il faut les reconnaitre et les accepter avant tout. Et surtout, il faut avoir l’intention de ne plus les refaire. La plupart du temps, le fait de ne plus les refaire fait peur aux gens. Par exemple, une personne qui a l’habitude d’écouter de la musique aura du mal à s’arrêter certes, mais il faut demander de l’aide à Allah (swt), tout en gardant une bonne intention.

Les Massoumines ont dit que lorsque le croyant demande sincèrement pardon à Allah (swt), Il fait en sorte que l’ange qui écrit les mauvaises actions efface définitivement ce péché. Et Il ordonne à chaque partie du corps de ne plus être témoin de l’acte pour lequel le croyant à demandé pardon.

Le Saint Prophète (saw) a dit à Imam Ali (as) :

     Ô Ali, lorsque vous verrez que des gens se précipitent pour accomplir beaucoup d’actions pour avoir beaucoup de sawaab, de votre côté précipitez-vous pour accomplir de meilleures actions, qui reposent sur la sincérité et non sur la quantité.

Cela fait combien de fois que je vous dis que pendant le namaaz jamaat, vos mouvements doivent suivre celui qui dirige la prière, et ne doivent pas être plus rapides que lui contrairement à votre récitation. Cependant, pour que tout soit synchronisé et pour ne pas vous perdre, il est meilleur de commencer votre récitation en même temps que l’Imam, même si vous la terminez plus tôt.

Massael 735-736 – Ayatullah Sistani a dit : Celui qui accomplit la prière ne doit pas faire des actions qui bloquent sa prière. Faites attention. Ne soyez pas jaloux, ne médisez pas, ne mangez pas les choses haraam, ne négligez pas le zakaat et khoums et tenez-vous à l’écart de ce qui vous rend inconscient, car tout ceci vous éloigne des bienfaits de la prière.

Ayatullah Dast Ghayb a dit que le Jour du Jugement, le croyant sera présenté devant Allah (swt), et il dira :

     Ô Allah, voilà tout ce que j’ai fait comme bonne action !

     Très bien, Je les accepte tous.

     Puis-je aller au Paradis à présent ?

     Oui, tu peux y aller.

Il se précipitera vers le Paradis, mais à ce moment quelqu’un l’appellera :

     Oh toi ! Où vas-tu ? Tu te rappelle de ce que tu avais dit sur moi l’autre jour ? Tu ne peux plus rien me cacher aujourd’hui !

     Mais je n’ai rien à te donner en échange, je n’ai même pas d’argent …

     Je ne veux pas de ton argent. Tu as eu combien de sawaab pour avoir accompli certaines bonnes actions ?

     J’ai eu autant.

     C’est parfait ! Donnes-les moi et je te donne mes péchés en échange.

Le croyant n’avait jamais écouté de la musique avant, mais il a eu le péché de l’avoir fait. Ensuite, il se précipitera de nouveau vers le Paradis mais se fera arrêter par une autre personne :

     Mais où vas-tu mon frère ?! Ne te précipite pas ! Te rappelles-tu ? Tu ne voulais pas avoir de bonnes relations avec moi. Il est temps de rendre des comptes. Tu as tant jeûné ! Donne-moi les sawaabs de tes jeûnes et en échange je te donne certains de mes péchés.

Ainsi de suite, plusieurs personnes l’arrêteront et lui demanderont de donner ses sawaabs en échange du pardon.

Le Saint Prophète (saw) a demandé :

     Qui est la plus pauvre des personnes ?

Des gens ont dit :

     Celui qui n’a pas d’argent ?

     Non, lui il est juste pauvre.

     Alors … celui qui n’a aucun moyen de transport ?

     Non, lui aussi est juste pauvre.

     Celui qui ne travaille pas ? Qui n’a pas de maison ?

     Non, ces gens sont pauvres. Je parle des plus pauvres.

Il s’agit de celui qui a fait tant de bonnes actions dans ce bas monde, mais dans l’au-delà à cause de certains droits (Haqqun Nass) il n’obtiendra aucun sawaab.

Il y a des choses invisibles et visibles. Lutter contre les choses invisibles est plus dur. Le Prophète a dit à Imam Ali (as) d’effectuer des actions pures, sincères et uniquement pour Allah (swt). Ce n’est pas quelque chose de facile ! L’être humain ne doit compter sur personne et il ne doit pas avoir espoir en quelqu’un d’autre. Après avoir effectué l’action, il faut savoir la garder jusqu’à la tombe.

Shaytan fera tout pour que ces personnes ne puissent pas sauvegarder toutes les bonnes actions jusqu’à son dernier souffle. Shaytan a peur de celui qui récite « Laa hawla wala quwata illa billa » et il souffre en entendant ces paroles. Mais malgré cette récitation, pourquoi Shaytan arrive t-il à nous piéger ?

Lorsqu’Allah (swt) lui a dit de s’en aller, Shaytan a dit :

« Par Ta puissance! dit [Satan]. Je les séduirai assurément tous, sauf Tes serviteurs élus parmi eux » [Sourate al Saad, versets 82-83]

Il a dit qu’il allait séduire tout le monde, sauf ceux qui sont sincères.

Imam Ali (as) a dit que le but de chaque action est la sincérité. Imam a aussi dit : « La très bonne nouvelle appartient à ceux qui sacrifient leur savoir, leur amour, leurs actions, leurs paroles, leurs silences etc. uniquement pour Allah (swt). »

Agha Mustafa Zamaani Majdaani raconte qu’un jour, un compagnon est sorti faire le djihaad. En sortant, il a vu que quelqu’un vendait des sortes de bols que les gens accrochaient au cou des chevaux pour qu’ils puissent manger en galopant.

Vu le prix, le compagnon a décidé d’en acheter et ensuite de revendre sur le champ de bataille étant donné que plusieurs personnes seront présents à cet endroit.

Le soir, il a rêvé de deux anges qui discutaient entre eux :

     Fais la liste de ceux qui vont faire le Djihaad.

     Écris le nom de cette personne.

     Non, il avait l’intention de le faire pour montrer au monde.

     Et cette personne ?

     Non plus. Il n’était pas sincère, il est venu pour son propre intérêt.

     Et lui ?

     Non, il est juste venu observer la scène.

Ainsi de suite jusqu’à ce que le compagnon entende son nom.

     Et cet homme ?

     Oui, mais écris aussi qu’en chemin, il a acheté des sortes de bols pour pouvoir faire du commerce.

Le compagnon s’est mis à pleurer :

     Mais que dites-vous ? Mes intentions sont sincères ! J’ai juste acheté un seul bol. N’écrivez pas ce genre de choses, ayez pitié de moi…

L’ange dit alors au deuxième ange :

     Bon écris alors que cet homme, lorsqu’il est sorti, a acheté un bol pour ensuite en avoir des bénéfices. Allah (swt) jugera le reste !

Les gens sincères, auront toujours peur des éloges, même s’ils méritent ces éloges. Pourquoi ? Car jusqu’à maintenant ils auront tout fait sincèrement et ils auront peur que leurs intentions changent. Ils ont peur que tout ce qu’ils font tombent dans l’eau !

Imam Ali (as) a dit : « Lorsque vous faites les éloges d’une personne sincère, celle-ci pleure au fond d’elle-même. Elle dit : « Ô Allah (swt), cette personne ne connait pas mes défauts alors que je commets tant de péchés… à ses yeux, je suis quelqu’un de bien, alors ne change jamais la vision qu’il a de moi. » »

Imam Ali (as) a aussi dit que quand une personne fait vos éloges, c’est comme si elle vous égorgeait de votre vivant.

Pourquoi Imam insiste tant là-dessus ? Tout simplement, car écouter ses propres éloges et contrôler sa sincérité est très difficile. Les gens sincères sont très inquiets pour cela car ils veulent atteindre la véritable piété !

Sheikh Hussain Ansarian a écrit que le Prophète Moussa (as), lorsqu’il a fui Pharaon, avait très faim et a demandé à  Allah (swt) de faire quelque chose pour lui. À ce moment, il a vu les filles du Prophète Shuayb (as) et est allé les aider. Le Prophète Shuayb (as), après avoir entendu qu’un homme a aidé ses filles, leur a demandé d’appeler cet homme chez lui. Tout d’abord, le Prophète Shuayb a mis de la nourriture devant le Prophète Moussa (as). En voyant la nourriture, le Prophète Moussa (as) a dit :

     Je demande la protection d’Allah pour cette nourriture.

     N’avez-vous pas faim ?

     Si, mais je ne veux pas que cette nourriture soit une récompense de votre part pour l’aide que j’ai offerte à vos filles.

     Ne vous inquiétez pas. C’est notre habitude de donner à manger aux personnes qui nous rendent visite.

Nous nous demandons souvent, nous donnons tant de sadaqa, mais pourquoi rencontrons-nous malgré tout des problèmes ? La réponse est simple. Tout dépend de notre intention.

Ayatullah Dast Ghayb raconte :

Parmi les Bani Israel, il y avait un jour trois amis qui sont sortis ensemble, il pleuvait beaucoup et il y avait beaucoup de tonnerre et ils se sont réfugiés dans une grotte. Après un petit moment, il y a eu un éboulis et un rocher est tombé à l’entrée de la grotte. Ils ont commencé à s’inquiéter car il n’y avait pas d’autre sortie et personne ne savait qu’ils se trouvaient ici. Ils ont décidé de réfléchir : Qu’avons-nous fais sincèrement dans notre vie ? Demandons à Allah (swt) de nous sauver de cette difficulté en mentionnant cette action.

Le premier ami a dit :

     Ô Allah, un jour j’ai invité mes parents chez moi et j’ai cuisiné de délicieux plats. Je leur ai dit que ce n’était pas grand chose, comparé à ce que eux, ont fait pour moi. Ils étaient très heureux. Le soir, lorsque mon père est allé se coucher, j’ai décidé d’aller le voir pour discuter avec lui, mais j’ai vu qu’il s’était déjà endormi. Je n’ai pas voulu le réveiller et je me suis assis près de sa tête jusqu’au matin. Ô Allah, si tu as aimé et accepté cette action, sauve-nous!

À ce moment, le rocher s’est déplacé un tout petit peu.

Le deuxième ami a dit :

     Ô Allah, j’avais employé des personnes qui étaient venus en retard un jour. Au moment de donner leur salaire, un employé s’est énervé et a jeté l’argent devant et est parti.  J’ai pris l’argent et je l’ai gardé. Il n’est plus revenu chercher son argent et j’ai acheté une vache qui a eu des petits. Plusieurs années plus tard, un vieil et pauvre homme est venu me voir et m’a demandé si je me rappelais de lui. Je lui ai répondu non et il m’a dit qu’il était cet employé qui avait jeté son argent et qu’aujourd’hui, il était devenu très pauvre. Il m’a demandé de lui donner l’argent qu’il n’avait pas pris auparavant. À ce moment, je lui ai donné son argent et tout le troupeau. Ô Allah, accepte cette action et sauve-nous!

Le rocher s’est encore un peu déplacé.

Le troisième ami s’est exprimé :

     Ô Allah, la famine s’était installée dans le pays. Une jeune fille m’avait demandé de l’aide. En voyant sa beauté je lui ai dis que j’allais l’aider uniquement si elle acceptait ma demande. Elle était désespérée et n’avait aucune autre solution. Juste avant de faire le mauvais acte j’ai pensé à Toi et je T’ai demandé pardon. J’ai donné à la jeune fille ce qu’elle voulait sans rien demander en échange. Ô Allah, si cette action t’a plu, sauve-nous de cette difficulté.

Finalement, le rocher s’est complètement déplacé et les trois amis ont pu sortir de la grotte.

Dans la vie, si nous sommes sincères, Allah (swt) viendra toujours nous aider et nous ne serons jamais éloignés de Sa Bénédiction.

z

Orateur

j

Catégories

Date

10 avril 2020