Compte rendu séminaire enseignants de l’Océan Indien: 31/01/2010

SÉMINAIRE DES ENSEIGNANTS À TANANARIVE

ORGANISÉ PAR LE CONSEIL RÉGIONAL DE L’OCÉAN INDIEN

SÉANCE DU 31 JANVIER 2010

SHEICK SHAHNAWAZ

COMMENT GÉRER ET CONTRÔLER SA CLASSE

I. Introduction

•         La gestion de la classe consiste au fait d’organiser une classe avec souplesse de telle sorte que les élèves en tirent un maximum de profit.

•         La gestion de classe est importante car l’enseignement est composé de deux points : les talents (pédagogique, disciplinaire etc.) et le contenu (du cours) basé sur le Savoir de l’enseignant.

•         Si nous ne pouvons pas contrôler notre classe, les élèves ne retiendront pas ce que nous leur dirons.

•         Les élèves nous jugent depuis le début. S’ils se font une mauvaise image de nous, s’ils nous catégorisent comme « mauvais profs », nous sommes perdants d’avance car nous allons avoir beaucoup de mal à changer cette image. La première impression, le premier cours est très important. Le nom, la réputation comptent. Par exemple, certains cheicks sont réputés et même s’ils vont faire un majaliss devant les gens sans avoir préparé, ils vont être appréciés – pas à cause du majaliss récité mais à cause du nom et de la réputation qu’ils ont.

•         Il n’y a pas de règles définis concernant la gestion de la classe…c’est simplement entre vos élèves et vous.

II. Les différents styles de gestion de classe

Nous vous présentons ici quelques styles de gestion. C’est à vous de créer votre propre style en prenant des éléments qui vous semblent intéressants dans chacun des styles. C’est à vous de concocter la façon dont vous allez gérer votre classe.

1 – Autoritaire (STRICT)

–      Limites fermes et contrôle sur les élèves

–      Position assise et style qui restent en général inchangés

–      Les élèves n’ont pas le droit d’interrompre

–      Les instructions ne sont pas suivies de questions

–      Si un élève désobéit, il est sanctionné par une retenue ou il est envoyé au Bureau

2 – Laissez – Faire (POPULAIRE)

–      « Faites comme bon vous semble »

–      Moins de contrôle de la part du professeur

–      L’enseignant accepte les interruptions et ne veut pas blesser les sentiments de l’étudiant

–      Le professeur est plus inquiet concernant les émotions que le contenu du cours

3 – Indifférent (TYPIQUE)

–      Le professeur utilise les mêmes styles depuis des années…que cela fonctionne ou pas

–      Ne se prépare pas pour la classe…Cela n’en vaut pas la peine

–      Communique davantage avec le conseil d’administration qu’avec les élèves

–      Accepte l’autodidactique[1] plus que tout

III. Expression (la façon de s’adresser à la classe), le comportement et la discipline

A) Intervention

•         Il y a toujours une personne qui se comportera mal

•         Corriger le problème, pas l’élève

B) Conséquences / Punitions

•         Doit être lié au problème

•         Doit être connu de l’élève (il est important d’avoir un code de conduite, un règlement avec les sanctions qui seront de rigueur dans chaque situation)

•         Ne doit pas être du travail supplémentaire

Par exemple, ne pas demander à l’élève perturbateur de recopier le chapitre 5 alors que nous sommes en train d’étudier le chapitre 4

•         Prévenez vos élèves avant de vous en servir mais ne faites pas des menaces en l’air (de simples menaces que vous n’allez pas mettre en pratique)

C) A ne pas faire!

•         Ne donnez pas de punitions physiques

•         N’humiliez pas l’enfant devant les autres ; ne pas le harceler ; ne pas l’insulter ; ne pas dire du mal de lui

•         Ne pas rejeter notre colère sur un élève

•         Disciplinez, corrigez un enfant de telle sorte que cela développe son potentiel (ses atouts) et non pas de telle sorte que cela freine son potentiel.

D) Une stratégie qui va faire réagir systématiquement l’enfant indiscipliné

1.        La discipline invisible

Le langage du corps (body language) est souvent plus efficace que les paroles. Les gestuelles, les regards font partie de l’expression. Par exemple, quand les grandes sociétés organisent des interviews de candidats qui veulent travailler pour eux, ils se servent du langage du corps pour juger leurs futurs employés (leur façon d’ouvrir la porte, de s’asseoir etc.) Le langage du corps est une science en soi.

–      Dire le nom de l’enfant

–      Regarder brièvement l’enfant

–      Lever les sourcils

–      S’approcher de l’élève

Quand le langage du corps n’a pas d’effet sur l’enfant perturbateur, passer à l’étape suivante (2)[2].

2.        Squaring Off (frayeur)

Le professeur devient plus strict, plus autoritaire.

–      Pause momentanée

–      Se tourner vers l’enfant

–      Intensifier le contact visuel

–      Dire “Est-ce que je peux continuer stp ?”

–      Toujours conclure par un « merci »

Nous devons montrer à notre élève que nous le respectons. Nous devons toujours rester polis (« svp », « merci »). Si nous respectons nos élèves, ils nous respecteront aussi.

[1] Se former soi-même, apprendre par soi-même
[2] Et ainsi de suite.

Suite le 01/02/2010

Notes prises par une Kaniz-e-Fatéma