COMPTE-RENDU DU MAJALISS DE SHEICK MOUDJTABA LUNDI 17 JANVIER 2011 / NUIT DU 13 SAFAR 1432

Vous pouvez lire les compte-rendus des majaliss précédents en cliquant sur  ce lien .

· Tant qu’on n’aura pas le « Hidayat » des Ahlul Bayt A.S., Shaytan pourra facilement s’accaparer de nous. Comme dit dans le précédent majaliss, la chose qu’on doit le plus préserver est notre « iman », notre foi.

· Fouzayl ibné Ayaaz était un étudiant très connu qui avait atteint le niveau du Muttaqi.

Il avait un tel niveau que tant qu’il n’était pas présent à un cours, le professeur ne commençait pas son enseignement. Un jour alors qu’il était agonisant, son professeur, s’inquiétant de ne pas voir son étudiant favori se précipita chez lui pour voir ce qui n’allait pas et vit qu’il était mourant. Le professeur, voulant l’aider lui dit de réciter l’attestation de foi (qalmo) avec lui mais l’élève refusa à la surprise de tous.

[Sont très chanceux ceux qui, sur leur lit de mort peuvent réciter ce qalmo. C’est pour ça qu’il est recommandé de le réciter tout au long de notre vie pour 3 principales raisons :
1- Nos péchés sont pardonnés.
2- Les portes de l’au-delà qui étaient fermés pour nous s’ouvrent.
3- Notre âme s’y habitue et lors de notre mort elle se mettra à le réciter toute seule sans avoir besoin de quelqu’un qui nous fasse répéter.]

Le professeur lui même étonné lui proposa alors de réciter autre chose comme une sourate du Qur’an mais l’élève répondit non à chaque fois et dit au professeur de sortir de sa maison. Ce que ce dernier fit a contre cœur. À peine était-il sorti qu’on annonça la mort de Fouzayl. Le professeur qui était très malheureux vit Fouzayl dans un de ses rêves et vit qu’il était en train de souffrir énormément dans sa tombe ! [D’ou la nécessite du Doah é Adila lors de l’agonie]. Il lui demanda ce qui se passait pour qu’un homme aussi pieux soit torturé. Fouzayl répondit qu’il avait 3 défauts dans ce bas monde qui lui ont values toutes ces peines :
1- Il était très envieux (hassad)
2- Il colportait les ragots, et cela créait des malentendus [fassad][1]
3- Il ne pouvait pas dormir sans avoir auparavant bu ne serait-ce qu’une gorgée d’alcool.

Comme quoi, de simples mauvaises habitudes peuvent détruire toute une vie d’Ibadat.

· Si par exemple je vous donne quelque chose en tant qu’amanat, et qu’un an après je vous le réclame, vous devez me le rendre, et vice-versa. De la même manière, il est très recommandé de formuler dans sa tête ce doah (quelque soit la langue), qui consiste à regrouper votre foi en l’Oussoul-é-Din et le Fourou-é-Din dans votre tête et de se dire : « O Allah ! Je te confie ceci en tant que amanat et stp redonne-le moi à mon dernier instant quand j’en aurai grand besoin. »

· Shah Abdoul Azim était un descendant de notre deuxième Imam. C’était un homme âgé, savant et très pieux qui vivait à l’époque de notre 11ème Imam. Un jour il alla voir Imam, et lui fit le compte de son Oussoul-é-Din et Fourou-é-Din. Imam lui dit que tout cela était parfait. Il dit à l’Imam qu’il lui confiait tout cela et qu’il le prenait comme témoin afin que ce dernier atteste le Jour du Jugement que Shah Abdoul Azim était sur le droit chemin. Bien sûr, de telles prières doivent être sincères et accompagnées d’actions.

· Un des sujets que nous aborderons principalement est : La pensée !

Notre mode de penser influe et définit notre vie, nos pensées sont donc très importantes.

Plus nos pensées seront spirituelles (rouhani) plus nous avancerons dans tous les domaines.

Il y a un hadith qui dit que l’amour d’Imam Ali A.S. est la foi.

Notre problème, c’est qu’on pense que « Je suis un mohib-e-Ali, alors quoique je fasse, namaz ou pas, j’irais au paradis !

Mais dans le Saint Qur’an, plusieurs ayats[2] disent « Ya ayyuhal-lazina amanou … » « O vous qui croyez, accomplissez la prière, jeûnez etc.

Donc ces « croyants » ce sont ceux qui aiment Imam Ali A.S. Il ne suffit donc pas de se proclamer mohib-e-Imam, il faut aussi suivre ce qui nous est prescrit dans le Coran.

Aussi, on trouve dans certains versets « Ô vous les croyants, préservez-vous du feu de l’enfer ». Pourquoi s’adresse-t-on ici aux croyants alors qu’il est question du feu de l’enfer, pourquoi ne dit-on pas « Ô vous les mécréants » ?

C’est parce qu’il y a deux stades :
1 – La certitude (yaqin)
2 – Le risque (khatro)

Donc pour ceux qui ne croient pas, le feu de l’enfer est une certitude.

Mais pour nous, c’est un risque. Donc de la même façon qu’on se prépare pour l’hiver grâce a des vêtements chauds, on doit se préparer a se préserver de ce feu par de bonnes actions dès maintenant. Attention ! Il y a un danger ! Prenez la guidance des Ahloul Bayt A.S. pour vous protéger contre ce danger !

· Dans un tribunal, lorsque deux partis s’affrontent par exemple pour une maison, l’un clamera « cette maison m’appartient » alors que l’autre dira « non elle ne t’appartient pas ».

On ne demandera rien à celui qui dit que la maison n’appartient pas à l’autre, mais on demandera des preuves à celui qui se proclame propriétaire de la maison.

De la même façon, nous clamons détenir le « Tawhid, Adalat … ». Mais le Jour du Jugement Allah nous en demandera les preuves. Le Kafir n’aura pas à emmener de preuves vu qu’il est celui qui réfute. Alors nous devons faire en sorte de garder nos preuves prêtes, à savoir nos prières, nos jeûnes, notre azadari…

[Lorsqu’une terre est aride, on peut y mettre une graine mais elle ne poussera pas tant qu’on n’y mettra pas d’eau.

Notre cœur est pareil à cette terre, elle détient comme graine le « Hidayat », et ce sont nos larmes versés sur le martyr de notre Imam qui détiennent le rôle de l’eau.]


[1] Il disait l’histoire de x à y, il créait la haine entre les gens
[2] Versets 

z

Orateur

j

Catégories

Date

21 mai 2020