Vidéo : Imam ar-Ridha (a)

 

Imam Ali al Ridha (a) – Le 8ème Imam

 

Générique de début : Ya Allah, prie sur Mouhammad et la famille de Mouhammad !

 

L’Imam Ali ibn Moussa est le 8ème successeur du Prophète (s) désigné par Dieu. Son père est l’Imam Moussa al Kadhim (a). Son titre le plus célèbre est Al Ridha, qui signifie Celui qui est satisfait – c’est-à-dire satisfait du décret d’Allah.

 

SA CONNAISSANCE DES LANGUES

 

Un compagnon de l’Imam (a) a dit : « L’Imam parlait aux gens dans leur propre langue. Je l’ai alors interrogé à ce propos et il a répondu :

« Je suis la preuve d’Allah sur Ses créatures : Allah ne désigne pas aux gens une preuve qui ne parle pas leur langue. » »

 

CALIFE

 

Haroun avait deux fils ; l’un était Mouhammad al-Amin et l’autre était Ma’moun.

Au départ, Mouhammad al-Amin était le calife. Ensuite, Ma’moun découvrit que Mouhammad al-Amin allait faire de son propre fils son successeur. Alors, par avidité, Ma’moun prit sa propre armée et attaqua la ville où se trouvait son frère et le tua.

Ma’moun devint alors le nouveau calife des Banou Abbas.

Quand Ma’moun retourna à Khourassan, il réalisa qu’il n’était pas apprécié par le peuple. Les gens le détestaient pour avoir tué son propre frère.

Ma’moun savait aussi que les gens de l’ensemble du monde musulman aimaient l’Imam Ali al-Ridha (a) parce qu’il était le descendant du Prophète (s) et aussi parce qu’il était reconnu pour son savoir et sa piété.

Ma’moun décida donc d’utiliser l’Imam ; il envoya des ordres à Médine pour forcer l’Imam à être emmené à Khourassan. Il déclara qu’il allait être son successeur.

De cette manière-là, Ma’moun réussit à tromper les gens et à les empêcher de se battre et de s’opposer à lui.

L’Imam (a) essaya autant qu’il pût de refuser mais à la fin, sa vie fut menacée s’il refusait.

L’Imam (a) était très triste de quitter Médine, la ville du Prophète (s). Il savait aussi qu’il n’allait plus jamais être autorisé à retourner à Médine.

L’Imam (a) arriva à Neyshabour où il fut accueilli par un grand nombre d’érudits et ils ont tous insisté pour qu’il leur fasse un discours et qu’il leur transmette des hadiths de ses ancêtres, qui leur seraient bénéfiques.

Et donc l’Imam (a) commença à dire :

« J’ai entendu mon père Moussa B. Ja’far dire

J’ai entendu mon père Ja’far B. Mouhammad dire

J’ai entendu mon père Mouhammad B. Ali dire

J’ai entendu mon père Ali B. Al Houssein dire

J’ai entendu mon père Ali B. Abi Talib dire

J’ai entendu le Prophète (s) dire

J’ai entendu (l’ange) Jibrail (a) dire

J’ai entendu Allah, Le Puissant et Glorieux, dire

LA ILAHA ILALLAH est mon fort ; celui qui entre dans Mon fort sera sauvé de mon châtiment. »

L’Imam (a) ajouta : « Mais avec certaines conditions, et je suis l’une de ces conditions. »

Ce qu’il a voulu dire est que son Imamat doit être accepté pour entrer dans le fort de sécurité d’Allah.

Des milliers d’érudits écrivirent ce hadith et parce qu’il avait été raconté par l’Imam ar-Ridha (a) et provenait tout droit d’Allah avec une chaîne parfaite de narrateurs les plus purs et les plus parfaits, ce hadith fut connu comme étant le « le hadith de la chaîne d’or ».

L’Imam arriva finalement à Tous et le calife Ma’moun fit semblant de l’accueillir très chaleureusement et commença à lui proposer de prendre la succession du califat.

L’Imam (a) refusa catégoriquement. Il savait que Ma’moun était un homme qui avait tué son propre frère juste pour devenir calife.

Il n’y avait aucune chance pour qu’il laisse réellement l’Imam devenir calife.

Ma’moun le força ensuite et dit que s’il n’acceptait pas, il le ferait exécuter.

L’Imam (a) accepta éventuellement cette situation mais uniquement sous certaines conditions, telles que :

 

  • Il ne désignera personne comme gouverneur
  • Il ne congédiera personne

Ma’moun accepta toutes les conditions car il pourrait utiliser le nom de l’Imam.

 

Plus tard dans la vie de l’Imam (a), il y eut la sécheresse à Khourassan.

Aucune pluie ne tombait du ciel et les gens commençaient à souffrir de la soif et de la faim étant donné qu’ils ne pouvaient plus cultiver et récolter.

En ce temps-là, l’Imam (a) était devenu très populaire et Ma’moun était inquiet que les gens respectent davantage l’Imam que lui.

Ma’moun décida de demander à l’Imam (a) de sortir en public et de prier pour la pluie.

Ma’moun était persuadé que la pluie ne viendrait pas à cause de la sécheresse mais il espérait que la réputation de l’Imam (a) soit détruite lorsque les gens verraient que la pluie ne vient pas.

Le jour suivant, tout le monde se réunit sous le ciel bleu et l’Imam (a) vint à son tour et fit une invocation spécifique.

Tout à coup, le ciel bleu sans nuages commença à changer d’apparence et les nuages commencèrent à apparaître. Ensuite, il commença à pleuvoir abondamment.

Et alors qu’il continuait à pleuvoir abondamment, tout le monde commença à parler de ce miracle, du fait que l’Imam (a) était spécial et à quel point il était connecté à Allah.

Tout cela bien sûr énerva profondément Ma’moun ; il espérait humilier l’Imam mais au contraire cela le rendit encore plus populaire.

Ma’moun était à présent très inquiet. Jour après jour, l’Imam devenait encore plus populaire qu’il ne l’était auparavant.

Il pensa dès lors à un nouveau plan.

Il invita des prêtres et des érudits de différentes confessions religieuses et leur demanda de débattre avec l’Imam (a) et de lui poser les questions les plus difficiles qu’ils pouvaient poser.

En faisant cela, Ma’moun espérait rabaisser l’image de l’Imam (a) aux yeux des gens.

Lorsque le débat commença, l’Imam (a) commença à réciter des passages de leurs Livres comme la Thora et l’Évangile.

Les érudits des autres confessions furent impressionnés par la connaissance qu’avait l’Imam (a) de leurs propres Livres.

Certains d’entre eux se convertirent à l’Islam et d’autres furent sous le charme et dirent « Nous ne savions pas que quelqu’un comme vous existait parmi les érudits musulmans ! »

Ma’moun ressentit de profonds regrets lorsque les débats furent terminés. Ma’moun décida à présent d’éliminer l’Imam (a) aussitôt que possible. Il ordonna que l’Imam (a) soit empoisonné.

Ma’moun prétendit être choqué et attristé par la mort de l’Imam (a). Il montra aux gens qu’il était endeuillé et s’occupa de l’enterrement.

Imam (a) est enterré dans un endroit appelé Mashad aujourd’hui. Un splendide sanctuaire et une mosquée sublime ont été construits au-dessus de la tombe de l’Imam Ali al-Ridha.

 

Générique de fin : Ya Allah prie sur Mouhammad et la famille de Mouhammad.

Mots-clés : Imam Ridha, Nishapour, Mashad, hadith, calife, tarikh, Islamic Lessons made easy

z

Orateur

Date

11 juillet 2020