Notre Saint Prophète Mouhammad (s) disait : « Ma joie se trouve dans la prière. »
Quand l’heure de la prière approchait, le Prophète (s) n’était pas dans un état normal. Il était inquiet. Il était comme une personne affamée à l’approche de l’heure du dîner. 🥘 Mais le Prophète (s) disait que la différence entre un affamé/assoiffé et lui était qu’une personne affamée n’a plus faim après avoir mangé. Il accomplissait ses prières mais une fois que ses prières étaient faites, il était toujours assoiffé. À l’heure de la prière, il disait à Bilal : « Ô Bilal, apportez-nous du réconfort ! » Et quel était ce réconfort ? L’appel à la prière, l’adhan ! 📢 C’est comme quand vous dites : « Svp, emmenez la nourriture 🌮 🥗 ! » quand vous avez très faim.

Notre Prophète (s) se rappelait constamment Allah (swt). Et pourtant, ses sentiments pendant la salah ou avant et après la salah étaient différents. Donc même s’il ressentait toujours qu’il était en présence d’Allah (swt), la salah était quelque chose de différent pour lui. C’était unique !
Qui peut avoir cette compréhension de la salah ? Les personnes qui sont humbles. Les personnes qui n’ont pas d’arrogance. Ce sont ces gens qui peuvent avoir ce soutien, cette aide de la salah.

Puis, Allah (swt) continue : « [ceux qui sont humbles] ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après leur résurrection) » . Si vous oubliez que vous allez mourir et que vous allez retourner à votre Seigneur, vous ne pourrez pas être humble. Un hadith dit que s’il n’y avait pas la mort, la pauvreté et la maladie, les gens n’auraient pas adoré Allah (swt). C’est grâce à ces choses que nous comprenons nos limites. Autrement, nous aurions pensé que nous n’avons pas besoin d’Allah (swt), même si tout montre que nous avons besoin de Lui. Beaucoup de gens disent : « Nous devenons religieux, nous nous tournons vers Dieu car nous voyons des gens mourir autour de nous, nous voyons des personnes tomber malade ou parce que nous voyons la pauvreté ; donc, nous comprenons que nous sommes limités. »

Avoir la salah et le jeûne devrait nous faire ressentir que nous sommes très forts 💪. Nous vivons dans une société dans laquelle nous avons vraiment besoin d’aide parce que les gens n’apprécient pas forcément notre foi. Nous nous sentons parfois bien seuls. Nous avons besoin de soutien et une source de soutien est notre salah si nous savons vraiment comment aborder la salah. Un autre moyen est le jeûne.

Imam Sadiq (a) dit : « À chaque fois que vous êtes chagriné, vous êtes triste, 😥 vous avez un problème, faites votre woudhou, allez à la mosquée 🕌 et accomplissez votre prière, puis demandez à Allah (swt) de vous aider car Allah (swt) a dit : « Wasta`īnoū Biş-Şabri Waş-Şalāah ».

Imam Sadiq (a) dit dans al-Kafi : « À chaque fois qu’Imam Ali (a) était inquiet, il accomplissait la prière et récitait ce verset. »

Dans un autre hadith, Imam Sadiq (a) dit : « La patience est le jeûne. Quand vous faites face à une grande difficulté, vous devriez jeûner. »
Ainsi, la salah et le jeûne sont deux sources de pouvoir qu’Allah (swt) nous a données. 🎁🎁

Nous trouvons un autre hadith d’Imam Kadhim (a) en commentaire à ce verset. Il dit que la patience signifie ici jeûner. Quand une personne rencontre une difficulté, elle devrait jeûner. Notre 7ème Imam (a) définit le terme « Khāshi » en disant que c’est celui qui, lorsqu’il accomplit sa prière est très humble et cette humilité se manifeste physiquement en lui même si elle est basée à l’intérieur de lui. « Koudhou » est utilisé pour le corps tandis que « khoushou » est employé pour le cœur…mais lorsque vous avez cette humilité dans le cœur ❤️, cela se voit dans le corps.

Ainsi, quand vous accomplissez la prière, vous ne devriez pas la réciter tel un patron qui donne des ordres à ses employés. Vous devez avoir l’humilité car vous êtes face à Allah (swt).

Et quels meilleurs exemples que notre Prophète (s) et Imam Ali (a) ? Lorsque nos A’immah (a) accomplissaient la prière, leur état était différent. La couleur de leur peau changeait et ils tremblaient car ils étaient conscients d’être en présence du Tout Puissant. Imaginez que le Prophète (s) n’avait pas peur devant des milliers de soldats mais quand il accomplissait ses prières, il tremblait. Pourquoi ? Par crainte ? Non, par amour !

Dans al-Kafi, vol. 2, p. 83, nous trouvons un beau hadith de notre Prophète (s) qui dit : « Les meilleures personnes sont celles qui aiment l’ibadah. Et elles traitent l’ibadah comme leur bien-aimé. Elles aiment l’ibadah de tout leur cœur. Et elles embrassent l’ibadah avec leur corps. » (Le terme ishq est très rarement utilisé dans le Qour’an ou les hadiths mais c’est une exception ici. Et nous voyons ici que le corps ainsi que le cœur sont impliqués et soumis.)

À suivre inshaAllah ! 🌈

Source : https://youtu.be/fj9Pc_pe29c
Traduit par l’équipe Shia974 ✨