Shia 974 (Chiite Réunion) - La Bibliothèque - Tehziboul Islam ou Code de la vie Musulmane - Shia 974" Chiite à l'Ile de la Réunion

Aller au contenu

Menu principal :

Shia 974 ( Chiite à l'Ile de la Réunion )
La Bibliothèque

 

"TEHZIBOUL ISLAM" OU " CODE DE LA VIE MUSULMANE."

 

Par Allamâ Mouhammad Bâqir Al Majliçi Aalallahou Maqâmahou

Traduit par Moulla Nissarhoussen RAJPAR

 

Chapitres 3

Les manières de manger et de boire

 

 

I. - Les ustensiles permis et non permis pour la vaisselle et pour d’autres fonctions.

 

Manger et Boire dans des ustensiles en or ou en argent n’est pas autorisé, de même que leur usage à d’autres fonctions que celles qui viennent d’être citées est matière à controverse ; cependant la préférence veut qu’on ne s’en serve pas. Il vaut mieux les éviter aussi pour des fins décoratives et ornementales.

Certains affirment que les ustensiles en or et en argent rendent la nourriture Haraam ou illicite, même si celle-ci est, par la suite, transférée dans un autre ustensile ; rien ne prouve l’authenticité de cette affirmation, néanmoins il vaut mieux les éviter. Pour un groupe d’érudits ou de savants Musulmans, l’usage, pour le Woudhou, des ustensiles en or ou en argent n’est pas permis. (Ayatoullah Sistani : «Par précaution obligatoire, le récipient contenant l’eau pour le Wouzou ne doit pas être en or ou en argent. » -Note du traducteur.)

Le flacon de khôl (Sourmadanî) ou de parfum, l’encensoir ou la cassolette, le chandelier, les lampes, les lanternes ou lampions (ouverts de deux côtés, suspendus dans les mausolées saintes), l’étui du Qur’an ou des livres de Prières et des Invocations, cadre d’un miroir ou d’un tableau, la canne et la plume, l’usage de tous ces objets, en or ou en argent, est sujet à controverse, mais il est recommandé, par précaution, de les éviter. Pour moi (Allamà Majliçi), cette non permissivité n’est pas prouvée. Il faut s’abstenir de mettre à la bouche le bout du tuyau de la pipe du narguilé fabriqué en or. Manger et boire dans des ustensiles recouverts d’or est détestable ou Makrouh. Si leur usage est nécessaire, il vaut mieux ne pas les toucher de ses lèvres.

Les ustensiles non poreux, en verre ou en cuivre, par exemple, ayant contenu du vin ou de l’alcool, peuvent être purifiés (Tàhir) par le lavage, à condition que l’impureté n’y est pas adhérée. De même, les ustensiles en porcelaine brute de chine, non poreux, qui n’absorbent pas le vin ou l’alcool, peuvent être purifiés. Mais les ustensiles, en terre glaise ou en argile, fabriqués par les potiers, doivent être trempés et lavés dans une grande quantité d’eau (Abé Kaçir), pour être purifiés, une fois qu’ils sont devenus Najîs ou impurs (par le vin), à condition qu’ils doivent être plongés dans de l’eau aussi longtemps possible que l’eau puisse pénétrer dans tous les pores et l’impureté en soit entièrement disparue. Toutefois, l’usage de tels ustensiles reste à éviter.

H° le Messager d’Allah (saw) déclare : « Celui qui, dans ce monde, mangera ou boira dans des ustensiles en or ou en argent, ne pourra pas jouir de tels matériels dans l’au-delà, bien qu’il soit au Paradis. »

Dans un autre Hadith, il est rapporté de Oumrou Bin Abil Mouqdam, qu’une personne apporta de l’eau à boire pour l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) dans une coupe ornée d’un morceau d’argent. Je vis que l’Imam (a.s) en détacha ce morceau.

Il ressort des Traditions authentiques cette déclaration de l’Imam Ar Ridha (a.s) :

« Ne mangez pas dans des ustensiles en argile ou en terre glaise venus d’Egypte. »

Bhâzi’e Ibn Oumar raconte que je rendis visite à l’Imam Mouhammad At Taqi (a.s) et le vis en train de prendre le repas dans une assiette de couleur noire, au milieu de laquelle était gravée, en jaune, la Sourate Al Ikhlaç (Qoul Hou Wallahou Ahad).

 

 

II. - Le Savoureux

La permissivité de manger, les méfaits de l’avidité et la désapprobation de la gourmandise

 

Il appert des Hadiths formulés par les Ahl oul Bayt (a.s) qu’il est Moustahab (recommandé) de manger des repas savoureux, de les offrir aux autres, de les préparer avec soin, et de les servir avec toutes les formalités et les règles de civilité. Il n’est pas correct de s’interdire de tels repas ou les rendre Haraam pour soi, à condition qu’ils proviennent d’une source Halaal (licite) et qu’on n’en mange pas à l’excès afin qu’ils ne deviennent pas une entrave à l’accomplissement des Prières quotidiennes ou d’autres Adorations Divines.

Il ne faut pas vivre pour manger, tels des animaux. Le but réel de manger et de boire doit signifier l’acquisition de la force et de la résistance nécessaires pour accomplir l’Adoration d’Allah. Il faut, cependant, noter que les dépenses ne doivent pas être aussi considérables qu’elles soient traduites comme prodigalité, car Allah n’aime pas ceux qui gaspillent.

Des Hadiths authentiques, il ressort que l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) servait aux gens de bonnes galettes (les Rôtlis), du flan succulent (Firnî) et des délicieux gâteaux ou Halwà et déclarait : « Lorsqu’ Allah est Généreux avec nous, de même nous offrons, généreusement, à manger aux autres, mais lorsque les ressources deviennent maigres, nous pratiquons l’économie. »

Dans un autre Hadith authentique, Imam Ja’afar Sadiq (a.s) affirme :

« Le Jour du Jugement, Allah ne demandera pas de compte à un Croyant sur trois choses :

34.   sur la nourriture qu’il a mangée,

35.   sur les habits qu’il a portés,

36.   et sur la femme obéissante qui a satisfait ses désirs et l’a protégé du péché ou du Haraam.

Abou Khalid Kabouli relate qu’une fois, je rendis visite à l’Imam

Mouhammad Baqir (a.s). A cet instant, l’Imam (a.s) commanda le petit déjeuner pour lui et m’invita à y prendre part. C’était tellement délicieux que je n’avais jamais mangé de semblable auparavant. Lorsque l’Imam (a.s) me demanda comment ai-je trouvé la nourriture, je lui répondis : « Que je me sacrifie ! Je n’ai jamais mangé un mets aussi délicieux. Toutefois, je me rappelle de ce Verset du Qur’an :

SOUMMÂ LATOUS ALOUNNÂ YAWMA IZ’INE A’NINE NA-IIM

(Puis, assurément, vous serez interrogés, ce jour-là, sur les Bienfaits - sur les Faveurs)

37.  Sourate At Takaçur, n°102 ; Verset 8 -

38.   Dans ce Verset, lui répondis l’Imam (a.s), le mot “ Niamàh “ (traduit par Bienfaits) ne signifie pas « nourriture, » mais il se réfère à la Religion Shia et au Wilayat - à l’amour - pour les Ahl oul Bayt. Chacun de vous sera, très certainement, interrogé sur ces deux points le Jour du Jugement. »

Selon un Hadith du Saint Prophète (saw) : « Manger à l’excès produit des taches blanches sur le corps. »

D’après un Hadith de l’Imam Jaafar Sadiq (a.s) : « Allah prendra pour Son ennemi celui qui aura ces trois habitudes :

39.  Celui qui dort durant la journée sans avoir veillé la nuit ;

40.  Celui qui rit sans aucun sens ;

41.  Celui qui mange encore après s’être rassasié.

En se référant au Hadith de H° Amiroul Moaménine (a.s), le Prince des Croyants, une fois, le Prophète Jésus ou Issà (a.s) arriva dans une ville où un homme et une femme criaient fort en se disputant l’un et l’autre. Lorsqu’il en demanda la cause, l’homme lui répondit :

« Cette dame est mon épouse, elle est pieuse, de bon caractère et sans défauts, mais je ne l’aime plus et désire me séparer d’elle. »

42.  Quelle en est la raison profonde ? Lui questionna le Prophète Issà (a.s).

43.  Elle n’est pas vieille, dit-il, mais son visage a perdu la fraîcheur.

44.  Veux-tu retrouver la fraîcheur de ton visage ? Demanda le Prophète Isà (a.s) à la dame.

45.  Pourquoi pas ? Répondit-elle.

46.  Au moment des repas, ne mange pas à l’excès, lui conseilla l’Envoyé d’Allah. Cela altère le teint du visage à cause de la non stimulation par le foie, » lui expliqua-t-il.

Lorsque la femme suivit les conseils du Prophète Issà (a.s), elle parut jeune et retrouva l’amour de son mari.

Le Messager d’Allah (saw) déclare : « La lèpre et les taches blanches sur la peau sont provoquées par cinq habitudes :

47.  Utiliser le « Nourah » ou la crème dépilatoire les mercredi et vendredi ;

48.  Accomplir le Wouzou ou le Ghous’l avec de l’eau chauffée au soleil ;

49.  Manger en état de l’Impureté ou de Janabah ;

50.  Entretenir des rapports sexuels avec une femme en état de Hayz ou de menstrues (règles mensuelles) ;

51.  Manger encore à ventre plein.

L’Imam Jaafar Sadiq (a.s) formule : « L’homme est obligé de manger autant de nourriture qu’elle puisse lui donner de la vitalité. Cependant, il doit réserver une partie de son estomac pour la nourriture, une autre partie pour l’eau et une dernière partie pour la respiration. Ne vous engraissez pas comme l’agneau du sacrifice. Celui qui mangera à plein ventre sera désobéissant et querelleur, » ajouta-t-il.

« A l’exception d’une brusque fièvre, toutes les maladies et douleurs sont occasionnées par les excès de table, » affirme l’Imam (a.s) en un autre endroit.

Encore selon un Hadith du sixième Imam (a.s), « Tant que cette Communauté (du Saint Prophète) n’adoptera pas le mode de vie des nations et des cultures étrangères, surtout dans ses manières de manger et de s’habiller, elle vivra dans la paix et la miséricorde ; mais dès qu’elle suivra les traditions et cultures étrangères, elle sera rabaissée et humiliée. »

 

 

III. - Les heures de repas et les bonnes manières

 

Il est Sounnah ou recommandé de manger tôt le matin, de ne rien manger durant la journée et prendre le second repas, le soir, après la Prière ou le Namaz de Ishà. Manger par petites bouchées et mâcher bien la nourriture. Ne fixer personne de ses regards en mangeant et ne pas prendre une nourriture très chaude. Ne pas souffler sur une nourriture chaude pour l’attiédir, mais la laisser refroidir avant de la manger. Ne pas couper le « Rotlî » ou le pain avec un couteau et ne pas vider entièrement les os. Tenir le morceau, au moins, par ses trois doigts et, lorsque plus d’une personne mangent dans un même plat, que chacun garde sa propre portion, ne pas toucher de sa main celle d’un autre, terminer entièrement sa portion sans rien laisser dans le plat, et lécher ses doigts. Il est Makrouh ou détestable de manger ou de boire en état de Janabah (l’impureté sexuelle) ; toutefois, cette rigidité disparaît lorsque la personne accomplit le Wouzou ou bien lave ses mains, se gargarise et rince le nez ou, tout simplement, se lave les mains et la bouche et se gargarise.

Il est spécifié dans un Hadith qu’il est fort probable que si quelqu’un néglige les recommandations précitées et mange en état de Janabah, voit des taches blanches apparaître sur son corps.

Selon un Hadith digne de confiance, le neveu de Shahab vint chez l’Imam Ja’far As Sadiq (a.s) et se plaignit du mal du ventre, de la lourdeur de l’estomac et des intestins.

« Mange seulement le matin et le soir et retiens-en dans la journée, lui répondit l’Imam (a.s), car Allah, en faisant l’éloge des repas du Paradis, déclare :

LAHOUM RIZKOUHOUM FIIHÂ BOUKRATAN WA A’SHIYYAÂ

(Ils auront leur Riz’q - leur nourriture - matin et soir. Sourate n°19 ; Verset : 62)

D’après un autre Hadith, l’homme se vieillit en s’abstenant du repas du soir et les personnes âgées doivent manger, même peu, avant de se coucher, ainsi, ils auront un meilleur sommeil, leur haleine sera d’une odeur agréable et leurs caractères et comportements seront améliorés.

Hazarat Imam Jaafar As Sadiq (a.s) dit qu’il n’est pas convenable de quitter sa demeure, le matin, sans avoir préalablement mangé, c'est-à-dire, avec un estomac vide, car sortir après avoir mangé fait accroître son respect aux yeux des autres.

Il est rapporté que le Prince des Croyants, l’Imam Ali (a.s), mangeait avec tous ses doigts et disait que les Anges envoient des bénédictions sur celui qui vide son assiette de tous ses doigts qu’il léchera ensuite et prient pour l’accroissement de ses subsistances, de même que de nombreuses récompenses seront portées sur le Registre de ses Œuvres.

Un Hadith de l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) révèle qu’il s’asseyait sur les deux genoux, tel un homme ordinaire et prenait la bouchée avec ses trois doigts. Il ne mangeait jamais avec, seulement, deux doigts comme les orgueilleux et les vaniteux.

D’après l’Imam Ali (a.s), si quelqu’un souhaite que la nourriture ne lui fasse pas du mal, il ne doit pas manger tant que les intestins ne soient pas dégagés et qu’il n’ait pas trop faim. Avant de manger, il doit réciter BISMILLAH, bien mâcher l’aliment et en retirer sa main avant que la faim soit entièrement apaisée (avant qu’il soit rassasié).

Selon un Hadith authentique de l’Imam Ali Ibn Al Houssain (a.s), on ne doit pas nettoyer ou vider entièrement l’os car les Jinn y ont, aussi, leur part, et, si vous le ferez, ils prendront des objets encore plus précieux de vos maisons.

Selon un Hadith authentique de l’Imam Hasan (a.s), douze points essentiels se rapportant au repas doivent être observés par chaque Musulman : quatre sont Wajib (obligatoires), les quatre autres Sounnah (recommandés) et les quatre derniers des Manières.

Les Obligations sont :

- Avant tout, connaître son “Pourvoyeur“ de nourriture ;

- Connaître aussi que toute chose vient d’Allah et être satisfait de ce qu’Il donne ;

52. Réciter Bismillah ;

53. Remercier Allah.

Les Recommandations sont :

54. Laver ses mains ;

55. S’asseoir en s’appuyant sur le côté gauche ;

56. Manger avec trois doigts au minimum ;

57. Lécher ses doigts.

Les Manières :

58. Ne manger que ce qui se trouve devant soi ;

59. Prendre des petites bouchées ;

60. Bien les mâcher ;

61. En mangeant, ne regardez pas les autres en face.

 

 

IV.- Les Bienséances lors du repas

 

Il est Sounnah – recommandé – de manger avec la main droite et de s’asseoir sur ses genoux. On ne doit pas prendre le repas tandis qu’on est allongé. Il est Makrouh - détestable - de manger dans la position accroupie pendant qu’on est assis et mettre un pied sur un autre est encore pire. Manger seul est Makrouh, tandis qu’il est Sounnah de prendre le repas avec les membres de sa famille et ses serviteurs, assis à même le sol. Il est, généralement, admis parmi les savants religieux, qu’il est Makrouh de manger en marchant et Sounnah de laver ses mains avant et après le repas, mais de ne pas les essuyer avant le repas.

Selon l’opinion de certains Oulémas - Savants religieux – il est Haraam (illicite) de manger dans les lieux où l’on mange Haraam, de même où l’on fait des actes Haraam. Il est, également, Haraam de se mettre à table avec les gens qui sont en train de médire les Musulmans ou de les accuser faussement de commettre des actes interdits.

Il est Sounnah de goûter un peu de sel avant et après le repas.

Dans un Hadith authentique qui émane de l’Imam Moussa Al Kazim (a.s), le Saint Prophète (saw) condamne trois types de personnes :

62. Celui qui mange seul ;

63. Celui qui voyage seul ;

64. Celui qui dort seul dans une maison vide.

Il est rapporté dans un Hadith digne de foi et de source sûre que l’Imam Ali Riza (a.s) demandait une assiette creuse vide, chaque fois qu’il s’asseyait pour prendre le repas, dans laquelle il mettait un peu de tous les mets délicieux et recommandait de les distribuer aux pauvres et nécessiteux.

Un autre Hadith authentique venant de l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) rapporte que la cause principale de la séparation du (Prophète) Yakoub (a.s) de son fils, pendant une si longue période, était la suivante :

Un jour, H° Yakoub (a.s) égorgea un agneau gras dont il en fit des Kababs (morceaux de viande rôtie). Un homme très pieux qui résidait dans son voisinage et avait jeûné ce jour sentit l’odeur de cette viande qui était rôtie au feu. H° Yakoub (a.s) oublia de la lui offrir. La même nuit, Allah envoya l’Ange Jibraïl (Gabriel) pour avertir Yakoub (a.s) qu’un malheur va, bientôt, lui arriver. «Sois, donc, prêt ! » Cette même nuit, H° Youssouf (a.s) vit un songe dont les conséquences sont évidentes. Ce qui amena H° Yakoub (a.s) d’envoyer ses serviteurs et esclaves, sur toutes les issues proches de sa maison, dans un rayon de trois miles, pour annoncer, matin et soir, que ceux qui ont besoin de nourriture, viennent à la table de H° Yakoub (a.s).

Dans un Hadith de source sûre, le Messager d’Allah (saw) déclare qu’il est maudit celui qui s’assied sur une table où les gens sont en train de boire de l’alcool.

Il ressort de plusieurs Hadiths que le Messager d’Allah a interdit de manger avec la main gauche, excepté celui qui y est obligé ou dont la main droite est malade.

Il appert d’autres Hadiths qu’il ne faut pas manger tout en étant couché à plat ventre, en s’appuyant sur un objet ou en s’allongeant.

D’un autre Hadith, il ressort qu’un jour, Ibadé Bassari, un leader des Soufis, qui figure parmi les Oulémas Sounnites, était assis en présence de l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) qui était en train de manger, tandis que sa main gauche s’appuyait sur le sol.

« Ne savez-vous pas que le Saint Prophète (saw) interdisait de s’appuyer de cette manière lors du repas, » lui fit remarquer Ibade.

L’Imam (a.s) souleva sa main et la posa, de nouveau, sur le sol. Ibade répéta les mêmes mots qu’il venait de prononcer. Lorsqu’il redit encore, une troisième fois, l’Imam (a.s) lui répliqua :

«Par Allah ! Le Saint Prophète (saw) n’a jamais interdit de poser sa main de cette façon sur le sol.»

D’après le Hadith, lorsque le Saint Prophète (saw) s’asseyait pour manger, il ne prenait que de ce qui se trouvait devant lui, et se mettait sur ses genoux à la manière du moment de la récitation de Tash-houd lors du Namaz. Il plaçait le pied droit sur le pied gauche de telle façon que le dos du pied droit touchait le creux de la plante du pied gauche et disait que je ne suis qu’un serviteur et mange comme les serviteurs, de même je m’assois comme les serviteurs.

L’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) affirmait que si une personne peut se servir de sa main droite, il est Makrouh, pour lui, de manger et boire, ainsi que de soulever un objet de sa main gauche.

Suivant un Hadith de l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) qu’on ne doit pas manger en marchant, sauf qu’on y soit obligé.

Dans de nombreux Hadiths authentiques, l’Imam Ali Amiroul Moaménine et les Ahl oul Bayt (a.s) affirment que si une personne désire que sa maison soit, fortement, bénie, qu’elle lave ses mains avant de manger. Ils ont affirmé aussi que le lavage des mains avant et après le repas écarte la pauvreté et guérit de nombreux maux du corps.

L’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) déclare que lavez-vous vos mains dans un seul ustensile pour que vos comportements restent vertueux.

Dans un autre Hadith authentique qui vient du même Imam (a.s), il déclare qu’il revient au maître de maison de laver, en premier, ses propres mains pour que les invités et autres ne ressentent pas de l’embarras pour laver les leurs et manger. A la fin, l’invité assis à gauche de l’hôte commence, d’abord, à laver ses mains, suivi, ensuite, des autres pour terminer sur celui-ci, car il est salutaire pour le maître de céans d’attendre, avec patience, son tour.

D’après un Hadith authentique, l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) déclare que lorsque vous vous lavez les mains avant de manger, ne les essuyez pas car tant qu’elles resteront humides, le repas recevra les bénédictions. Il ajoute, d’autre part, qu’il est souhaitable de frotter sur son visage les mains humides, dès qu’elles sont lavées, après avoir mangé, car cette action fait disparaître les taches de rousseur et accroît les subsistances.

Moufazzal Ibn Oumar relate que je me suis plaint du mal de mes yeux devant l’Imam Jaafar As Sadiq (a.).

« Lorsque vous avez fini de laver vos mains, après le repas, frottez-les sur vos sourcils et paupières en récitant trois fois ce Douà, » me répondit l’Imam a° :

VAL HAMDHOU LILLAHIL MOUH’SSINIL MOUJMILIL MOUN’I’MIL MOUTA-FAZZIL

(Toutes les Louanges appartiennent à Allah Qui fait du Bien, forme la Beauté, accorde les Bienfaits, traite avec Gentillesse).

Moufazzal raconte que depuis que j’ai suivi ces instructions de l’Imam (a.s), jamais plus, je n’ai eu ce mal des yeux.

Fazal bin Younous raconte que lorsqu’une fois l’Imam Moussa Al Kazim (a.s) vint chez lui, il lui tendit une serviette, pendant qu’il prenait le repas, pour qu’il la mette sur ses genoux. L’Imam (a.s) la refusa en disant que cette pratique est celle des non Musulmans.

Il est exposé dans un Hadith de source sûre que le Messager d’Allah (saw) énonça à l’Imam Ali (a.s) :

« Goûtez du sel avant chaque repas car celui qui goûtera du sel avant et après le repas, Allah le protègera de soixante dix fléaux dont la lèpre est le minime. »

Un Hadith authentique de l’Imam Mouhammad Al Bâqir (a.s) rapporte que le sel est le remède contre soixante dix maladies. Si les gens savaient les avantages du sel, ils ne se seraient jamais servis d’un autre médicament, pour se guérir, que du sel.

Il a ajouté, par ailleurs, qu’Allah avait envoyé un message au Prophète Moussa (a.s) lui demandant de prescrire à son peuple de goûter du sel avant et après chaque repas. S’ils n’obéissent pas à cet ordre, ils seront entourés de malheurs et maudiront, entre eux, les uns les autres.

D’après un Hadith, prendre du vinaigre au début du repas est bénéfique car il aiguise l’esprit.

Dans un autre Hadith, l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) fait savoir que « nous goûtons du sel au début du repas et terminons sur du vinaigre. »

Le même Imam (a.s) déclare dans un Hadith que « j’arrive, un jour, au palais de Saffah (un des califes abbassides), juste au moment où la nappe pour servir le repas (Dastarkhane) était déjà étalée. Il me prend la main et me tire de telle manière vers lui que mon pied alla se poser (involontairement) sur cette nappe. Je fus très consterné par cette action - Allah seul le sait – car mettre le pied sur le Dastarkhane signifie l’ingratitude envers Allah pour Ses Bénédictions.

Yaasir, le serviteur de l’Imam Riza (a.s), raconte, dans un Hadith authentique, que lorsque l’Imam (a.s) s’asseyait sur le Dastarkhane, il ne laissait personne, les jeunes comme les vieux, les esclaves et serviteurs, et les faisait asseoir avec lui.

Le Saint Prophète d’Allah (saw) formule que lorsque vous vous installez sur le Dastarkhane ou la nappe à servir le repas, enlevez vos chaussettes et chaussures, car c’est la meilleure Sounnah et le meilleur moyen de mettre les pieds au repos.

Les Traditions authentiques rapportent que lorsque le Saint Prophète (saw) prenait le repas en communauté, il demandait aux invités de le commencer avant lui et de le finir après lui pour qu’ils puissent manger davantage.

Dans un Hadith digne de foi, Séma’a Ibn Mehran raconte que j’ai demandé à l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) «  que si l’heure du repas coïncide avec celui du Salat, par lequel faut-il, donc, commencer ?

65. Si l’heure du Salat est à son tout début (Awwal Time), mangez d’abord ; mais si l’heure du Salat s’est, partiellement, écoulée et que si vous craignez qu’en prenant votre repas, le moment favorable du Salat (Temps du Fazilat) sera dépassé, alors, dans ce cas, accomplissez le Salat avant tout, répondit l’Imam (a.s).

 

 

V. – Les Prières à réciter à l’heure du repas

 

Le Saint Prophète (saw) déclare que lorsque le plateau de la nourriture est posé sur le Dastarkhane, quatre mille anges descendent du ciel pour l’entourer. Si celui qui prend le repas prononce BISMILLAH, avant de le commencer, alors, les anges proclament : « Qu’Allah répande Ses Bénédictions sur vous et qu’Il accroît vos subsistances ! »

Au Satan, ils déclarent : « Ô le dévié ! Tu ne pourras pas le vaincre ! »

De même, lorsqu’il prononce ALHAMDOULILLAH, à la fin du repas, les Anges proclament qu’il fait partie des «Shakérines » ou les Reconnaissants (ceux qui remercient Allah et Lui adressent des Louanges). Allah lui a donné des Bienfaits et il L’a remercié.

S’il ne prononce pas Bismillah au moment du repas, alors les Anges s’adressent au Satan : « Ô le dévié ! Viens et partage sa nourriture ! »

Lorsque le Dastarkhane est levé, tandis qu’il ne prononce pas Alhamdoulillah, alors les Anges déclarent qu’il est ingrat, qu’Allah lui a donné des Bienfaits, mais il L’a oublié.

Abdoullah Ibn Abbas dit dans un Hadith authentique que lorsque le Dastarkhane est étalé, vous prononcez Bismillah et lorsqu’on l’enlève, prononcez Alhamdoulillah.

Hazarat Amiroul Moaménine, l’Imam Ali (a.s) déclare que celui qui prononcera le Nom d’Allah au début du repas et Le remerciera à sa fin n’en sera pas questionné Le Jour du Jugement.

En se référant au Hadith rapporté par l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s), celui qui récitera le Doua suivant au moment de prendre la première bouchée :

BISMILLAAHI VAL HAMDOULILLAAHI RABBIL AALAMIÎNE

(Au Nom d’Allah, toutes les Louanges à Allah, Le Seigneur des Mondes)

Allah effacera tous ses péchés avant que celle-ci parvienne à sa bouche.

Dans un autre Hadith, il est raconté que lorsque le Dastarkhane était étalé devant le Saint Prophète (saw), il récitait le Doua suivant :

SOUB’HANAKA ALLAHOUMMA AH’SSANA MAA TOUBLINA,

SOUB’HANAKA MAA AK’SARA MAA TOU’ATINA, SOUB’HANAKA MAA AK’SARA MAA TOU’AFINA, ALLAHOUMMA VAS’SEAA ALAYNA, WA ALAA FOQRA-Î AL MO’AMININA WAL MO’AMINATI WAL MOUSLIMINA WAL MOUSLIMATI

(Gloire à Toi Ô Allah ! Par quelle grande épreuve Tu nous as éprouvé, Gloire à Toi, combien de Bienfaits innombrables Tu nous as accordés, Gloire à Toi, combien de nos péchés Tu as pardonnés, Ô Allah ! Accrois nos subsistances et celles des Croyants et Croyantes, Musulmans et Musulmanes défavorisés !)

D’après un autre Hadith, lorsque le repas était présenté devant le quatrième Imam, Hazarat Ali Zaynoul Abidine (a.s), il récitait le Doua suivant :

ALLAHOUMMA HAZÂ MIN’K, WA MINN FAZ’LIK, WA ATA’IIK, FA BARRIK LANA FIHI, WA SAWIGH-NAHOU, VAR’ZOUK-NAHOU KHAL’FANN, IZA AKKAL’NAHOU, WA ROUBBA MOUH’TAJIINE ILAYHI RAZAK’TA, FA AH’SANNETA, ALLAHOUMMAJ AL’NA MINASHSHAKIRINE

(Ô Allah ! Cette nourriture est de Ta part, de Ta Bienfaisance, de Ta Faveur, Bénis-la ! Accepte-la pour nous ! Lorsque nous l’aurons terminée, donne-nous-en encore une autre ! Ô Allah ! Combien sont-ils dépendants de Ta Subsistance ceux auxquels Tu l’offres et quelle Bonne Subsistance ! Ô Allah ! Range-moi parmi les Reconnaissants !)

Et lorsqu’on enlevait le Dastarkhane, il récitait le Doua suivant :

AL HAMDOU LILLAAHILLAZI HAMALANA FIL BARRII WAL BAHAR, WA RAZAK’NA MINATTAYYIBATI, WA FAZZAL’NA AALA KAÇIRIM MINE KHAL’KEHII MIMMANN KHALAKA TAF’ZILA

(Toutes les Louanges appartiennent à Allah Qui nous offre le transport sur la terre comme sur l’eau, Qui nous donne de la Meilleure Subsistance Pure, et, parmi toutes les créatures qu’Il a créées, Il nous a énormément honorés sur certaines.)

Dans un Hadith authentique, l’Imam Jaafar As Sadiq (a.s) affirme qu’un jour, l’Imam Ali, Amiroul Moaminine (a.s) déclara que : « si quelqu’un commence son repas par BISMILLAH, je me porte garant que cette nourriture ne lui sera pas du tout nuisible. »

Ibn Kawa fit remarquer à l’Imam (a.s) que « justement, la nuit dernière, j’avais mangé en disant Bismillah, cependant j’eus un malaise.

66. Tu avais pris plusieurs sortes de menu. Tu récitas Bismillah sur certains,

tandis que tu le négligeas sur d’autres, » lui répondit l’Imam (a.s).

Dans un Hadith digne de foi, un homme se plaignit d’un malaise à l’Imam Sadiq (a.s), en raison de la nourriture.

« Tu n’as, peut-être, pas récité Bismillah, lui demanda l’Imam (a.s).

67. Si, dit-il, je l’ai récité, néanmoins je souffre.

68. Lorsque tu converses pendant le repas, récites-tu, ensuite, Bismillah, avant de reprendre la nourriture ? Lui questionna l’Imam (a.s).

69. Non, répondit-il, je ne récite pas une seconde fois.

70. Voilà la source de ton malaise, lui expliqua l’Imam (a.s). A partir de maintenant, tâche de redire Bismillah, si tu veux encore continuer ton repas, interrompu par la conversation.

Dans un autre Hadith de source sûre, le même Imam (a.s) déclare que s’il y a plusieurs plats de nourriture sur la nappe, récitez Bismillahsur chacun d’eux.

« Si j’oublie, que dois-je faire, dans ce cas ? Demanda quelqu’un de l’assistance.

71. Récites, lui dit le 6è Imam (a.s) :

BISMILLAAHI A’ALA AWWALIHII WA AAKHIRIHII »

(Je commence au Nom d’Allah et je termine sur Son Nom)

Suivant un autre Hadith authentique, l’Imam (a.s) citait le Doua suivant, à chaque fin de repas :

ALLAHOUMMA HAZA MIN’K WA BI MOUHAMMADINE RASSOULIK SAWALLALLAAHOU ALAYHII WA ALIHII WASALLAM. ALLAHOUMMA LAKAL HAMDHOU SWALLI ALAA MOUHAMMADINE WA AALII MOUHAMMAD

{Ô Allah ! cette nourriture est de Ta part et de celle de (H°) Mouhammad (saw), Ton Messager, qu’Allah répande Sa Miséricorde sur lui et sur sa Sainte Postérité ! Ô Allah ! Toutes les Louanges sont à Toi, répands Ta Miséricorde sur (H°) Mouhammad et sur la Descendance de (H°) Mouhammad !}

Hazarat Amiroul Moa’ménine (a.s), le Commandeur des Croyants, déclare que, lors du repas, pensez à Allah, et ne bavardez pas trop, car cette nourriture est le Bienfait d’Allah ; il vous est, donc, obligatoire qu’avant de dépenser Sa Bienfaisance, que vous Le rappeliez par des Louanges et des Grâces !

Dans un autre Hadith authentique, l’Imam Zaïnoul Abidine (a.s) exprime que celui qui récitera le Doua suivant, lors d’un repas, je me porte garant que la nourriture ne lui fera aucun dommage :

ALLAHOUMMA INNI AS’ALOUKA BISMIKA KHAYRIL AS’MAAII MINAL

ARZI VAS-SAMAAII, ARRAHMANIR RAHIIM, ALLAZI LA YAZOURROU MAA’HOU DA’AA

(Ô Allah ! Je Te demande par Tes Noms qui sont les meilleurs parmi les noms qui remplissent la terre et les cieux, Tu es Le Très Miséricordieux, Le Tout Miséricordieux, ce sont des Noms que personne ne peut se servir pour une cause injuste).

Il ressort d’un autre Hadith qu’un homme se plaignit du mal de son estomac devant l’Imam Jaafar as Sadiq (a.s). L’Imam (a.s) lui dit de frotter (passer) sa main sur le ventre, après avoir terminé le repas, en récitant le Doua suivant :

ALLAHOUMMA HANIA’NIÎHI, ALLAHOUMMA SAWWIGHANIIHI, ALLAHOUMMA AMRIA’NIIHI

(Ô Allah ! Fais que cette nourriture soit saine pour moi ! Ô Allah ! Qu’elle soit facilement digestible ! Ô Allah ! Qu’elle soit abondante et parfaite !)

 

 

VI.- Les manières à observer après le repas

 

                   Il ressort d’un Hadith authentique formulé par l’Imam Riza (a.s) qu’après le repas, allongez-vous, tout de suite, et posez votre pied droit sur le pied gauche.

                   Le Messager d’Allah (saw) déclare que si quelqu’un trouve des morceaux de pain tombés sur le sol, qu’il les enlève et les mange et il verra un bienfait inscrit sur le Registre de son Compte. Et, s’il trouve, par contre, des morceaux de pain tombés sur un sol impur, qu’il les enlève et les lave d’abord, qu’il les mange ensuite après les avoir rendus purs, il recevra sur son Registre soixante dix bienfaits.

                   Dans un  Hadith authentique, l’Imam Ali, Amiroul Moaminine (a.s), le Prince des Croyants, affirme que : mangez la nourriture tombée sur la nappe ou le Dastarkhwane car elle constitue un remède, surtout pour celui qui en cherche la guérison.  

                   Mouawyah bin Wahab relate, dans un Hadith, que nous venions de prendre un repas avec H° Imam Jaafar Sadiq (a.s). Lorsque le Dastarkhwane fut soulevé, quelque chose en tomba et l’Imam le consomma. Il déclara ensuite qu’une telle nourriture dissipe la pauvreté et accroît la descendance.

                   Dans un Hadith digne de confiance, l’Imam Riza (a.s) exprime que lorsqu’on prend un repas à l’intérieur de sa maison et que des restes tombent sur le sol, on doit les enlever tout, un par un. Mais, si, par contre, on mange dans les bois ou les endroits forestiers, qu’on  laisse tel quel pour les animaux et les oiseaux tout ce qui y est tombé.

                  D’un Hadith authentique, il apparaît qu’un jour, H° Imam Houssain (a.s) partait aux toilettes, lorsqu’il vit un morceau de pain tombé sur le sol qu’il ôta et le remit à son serviteur en lui demandant de le purifier avant de le lui rendre lorsqu’il en revient. Au moment de son retour, il le lui réclama.

« Je l’ai mangé, dit-il.

72  Va, je t’affranchis sur la Voie d’Allah ! » lui répondit l’Imam (a.s).

Quelqu’un lui questionna sur la raison de cette libération.

« J’ai appris de mon grand-père, le Messager d’Allah (saw), lui dit l’Imam en réponse, que si quelqu’un aperçoit un morceau de pain se traîner sur le sol, il l’enlève, le purifie et le consomme, Allah le libèrera des châtiments de l’Enfer avant que celui-ci parvienne jusque dans son estomac. Je ne souhaite pas, donc, garder quelqu’un à mes services celui à qui Allah a déjà accordé sa liberté, » ajouta-t-il.

                   Il ressort d’une Tradition que celui qui consommera les résidus de Dastarkhwane sera à l’écart de diverses maladies dont la folie, la lèpre, les taches blanches et la jaunisse.

                   Dans un Hadith digne de confiance, l’Imam Jaafar Sadiq (a.s) affirme que boire le reste du verre ou manger le reste de l’assiette d’un Croyant constitue un remède contre soixante dix maladies.

                   Dans un autre Hadith, le 6è Imam (a.s) déclare qu’après le repas, je lèche mes doigts d’une telle manière que mon serviteur pense que je le fais par avidité, alors qu’il n’en est rien.

                   Dans un Hadith véridique, Yassir et Nadir, les serviteurs de l’Imam Riza (a.s), affirment que l’Imam les faisait toujours savoir à l’avance qu’au moment des repas, même s’il arrive et se tient debout en face d’eux, tant qu’il ne les quitte pas, ils doivent rester assis et ne doivent pas se lever par respect.

Il arrivait, souvent, que l’Imam appelait l’un d’eux et qu’un autre répondait que celui-là est encore en train de prendre son repas, il disait, tout de suite, que laissez-le terminer son repas, et l’Imam ne demandait jamais un service à ses serviteurs au moment où ils étaient en train de manger.  

 

 

VII.- L’importance des Galettes, du Sattou (un mets préparé à partir de la farine de céréales),

de la Viande, du Ghee (beurre ou margarine), des Produits d’origine animale, du Vinaigre et de la friandise

 

Dans un Hadith authentique, le Saint Prophète (saw) déclare : « Respectez les Rotli ou le pain car ils sont le produit du travail de nombreux anges des cieux et des habitants de la terre qui les ont préparés pour vous. »

Dans un autre Hadith, dit-il, « respectez les Rotlis ou le pain.

73  Comment respecte-t-on les Rotlis ? Demandèrent les gens.

74  Lorsque les Rotlis sont exposés devant vous, mangez-les et n’attendez personne, ni rien d’autre. »

D’un Hadith digne de confiance, il ressort de l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) que

« Ne posez jamais les Rotlis sous un récipient de service de table. »

Le Saint Prophète de l’Islam (saw) déclare, dans un Hadith, que « lorsque la viande et les Rotlis sont exposés ensemble devant vous, commencez par les Rotlis ou le pain ; apaisez, d’abord, votre faim par ceux-ci et consommez, ensuite, la viande. »

D’une source digne de foi, l’Imam Ridha (a.s) affirme que le Messager d’Allah a déclaré que « faites cuire des Rotlis de petite forme car ils constituent, pour chaque groupe, une source de bénédictions. »

Plusieurs Hadiths authentiques révèlent qu’on ne doit pas trancher les Rotlis au moyen d’un couteau, comme en ont l’habitude certains groupes de gens, mais de les découper avec les mains.

Dans des Hadiths dignes de foi, l’Imam Ridha (a.s) déclare : « L’importance des Rotlis faits d’orge sur les Rotlis de blé est semblable à celle de nous, les Ahl al Bayt sur toutes les autres créatures. Un seul Prophète n’est passé dans ce monde sans qu’il n’ait fait des Douas pour ceux qui consomment des Rotlis faits d’orge ou du porridge d’orge et de boisson à base d’orge. Celui qui prend des Rotlis faits d’orge ou une boisson à base d’orge n’aura jamais un mal d’estomac. Les Rotlis ou toute autre nourriture préparée à partir de l’orge constituent le repas de tous les Prophètes et des gens vertueux. Allah a consacré les Rotlis faits d’orge comme nourriture des Prophètes. » Il a, d’autre part, formulé que « pour les personnes atteintes de la tuberculose ou maladie pulmonaire, il n’y a aucun remède et aucun repas aussi meilleurs que les Rotlis faits d’orge et le riz. »

Dans une autre Tradition, l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) déclare que dans les diarrhées, il n’y a aucun remède efficace que les Rotlis faits d’orge. Ils ont la vertu d’éliminer toute maladie du corps.

L’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) déclare que le Sattou (mets à base de certaines farines de céréales) est préparé suivant la Révélation Divine. En conséquence, il augmente le poids, fortifie les os, il est l’aliment des Prophètes. Le Sattou sec fait disparaître ou diminue les tâches blanches et lorsqu’il est mélangé à l’huile d’olive, il fait remonter le poids, développe les os, rafraîchit le teint et rend plus vif le visage, il augmente la vigueur sexuelle. Si trois cuillères de Sattou sont prises à jeun, elles constituent un remède efficace contre le phlegme et la maladie biliaire.

Dans un autre Hadith, l’Imam (a.s) dit que le Sattou apaise la soif, guérit les problèmes de l’estomac, régularise les fonctions de la bile, nettoie l’estomac, il forme le remède contre soixante maladies, y compris l’hypertension.

D’un autre Hadith digne de foi, il ressort que l’Imam Mouhammad Taqi (a.s) a exprimé que « lorsque le sang des menstrues ou les règles ne s’interrompent pas chez une femme, elle doit consommer le Sattou pour y remédier. »

Dans un second Hadith, l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) déclare que « de tout ce qu’on peut accompagner avec les Rotlis pour manger, dans ce monde comme dans l’autre, la viande en est la meilleure. N’avez-vous pas entendu Allah dire, en louant le Paradis :

« Wa lahmé tay-rim mimmà yash-tahoune »:

“ (Ils auront à apprécier) de toute sorte de chair d’oiseaux qu’ils désireront. “

- Sourate Al Waqi’â ou l’Evènement, Verset 21 -

D’autre part, on rapporte dans un Hadith que Abdoul Aala et Moussamma’a s’adressèrent à l’Imam (a.s) en disant que nous avons entendu dire que le Saint Prophète (saw) a déclaré que « Allah déteste la maison qui se remplit de la viande. » L’Imam (a.s) leur répondit que ces propos sont exacts, mais ils ne signifient pas, à cet endroit, ce que le commun des mortels croit. Ils veulent dire qu’Allah déteste cette maison où l’on consomme de la chair humaine en faisant la médisance. »

Il appert aussi d’une Tradition fiable dans laquelle l’Imam Jaafar Sadiq (a.s) déclare que « la consommation de la viande développe la chair du corps. Celui qui n’a pas consommé ou n’a pas trouvé de la viande durant quarante jours, il doit se confier à Allah pour acheter de la viande au crédit et la manger. Allah règlera sa créance. »

L’Imam Mouhammad Baqir (a.s) déclare que les Banî Israïl se plaignirent devant (le Prophète) H° Moussa (a.s) de l’affection de la chute des cheveux très répandue chez eux, Allah révéla à Son prophète de leur demander de manger de la viande de vache, mélangée à de la betterave.

D’un Hadith de source sûre, il apparaît qu’une personne se dirigea chez l’Imam Riza (a.s) pour l’informer que sa famille évite de manger la viande de l’agneau

en citant comme prétexte qu’elle provoque la folie, les maux de tête et autres douleurs similaires. L’Imam (a.s) lui répondit que si Allah, Le Très Noble, Le Très Puissant, préférait la viande d’un autre bétail à celle de l’agneau, Il n’aurait jamais envoyé le petit d’une brebis comme animal de sacrifice à la place du Prophète Ismaïl (a.s).

H° Imam Ja’afar Sadiq (a.s) déclare que la viande des oiseaux et celle de la vache éliminent l’affection de la chute des cheveux et les pellicules. Il affirme, en outre, que le lait de vache est un remède, son huile la guérison et sa viande seule la maladie.

Dans des Hadiths authentiques, il est formulé que si une personne désire que sa colère s’adoucisse et que sa tristesse et son angoisse se dissipent, il doit se nourrir de la chair de perdrix.

H° Imam Moussa Al Kazim (a.s) dit que la chair de Chakkor (perdrix des hauts lieux) fortifie les genoux et constitue un remède contre la fièvre.

Dans un Hadith digne de confiance, l’Imam Mouhammad Taqi (a.s) déclare : la viande de Asfaroud (ou Sand-grouse, un oiseau de la famille de pigeon, connu comme Qata en arabe) est bénéfique. Mon père la préférait et disait qu’elle est propice contre la jaunisse dont celui qui en souffre doit la manger cuite au four ou grillée.

Dans un Hadith de source sûre, il est rapporté qu’on demanda à l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) sur la consommation de la viande crue.

« C’est le plat des animaux, » répondit-il.

L’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) déclare que « trois choses détériorent le corps humain et, souvent, elles peuvent entraîner la mort de l’individu :

75  manger de la viande séchée au soleil qui dégage une odeur fétide ;

76  prendre un bain après s’être rassasié ;

77  avoir des rapports sexuels avec une vieille dame.

Dans un autre Hadith se rapportant au 6è Imam (a.s) il appert que : trois choses font grossir le corps bien qu’elles ne concernent pas l’alimentation :

- porter des vêtements de Katan, sentir le parfum et appliquer le Nourah (la crème dépilatoire à base d’arsenic et de la chaux vive),

et trois autres qui font partie de l’alimentation font l’amaigrir :

- la viande sèche, le fromage et les bourgeons des dattes.

Deux choses ne sont que très bénéfiques : l’eau tiède et la grenade, tandis que deux autres sont, plutôt, nuisibles : la viande asséchée et le fromage.

Dans un Hadith de source sûre, l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) affirme que : la viande cuite dans du lait est un plat spécial des Prophètes.

Dans une narration authentique, on rapporte que, parmi tous les fruits, le Saint Prophète (saw) aimait énormément la grenade.

De source sûre, il ressort que l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) aimait fortement la confiture faite de raisins secs.

De nombreux Hadiths vantent les mérites du bouillon fait de viande dans lequel des Rotlis ou du pain sont trempés. De même, un grand nombre de Hadiths louent les Kababs qui sont supposés efficaces contre la faiblesse et la fièvre et donne un teint rosé à la peau.

La viande des “ pommettes “, le cerveau et la langue de la chèvre sont aussi vantés, se trouvant près de la tête et loin des ordures.

H° Amiroul Moaménine (a.s), le Prince des Croyants, nous recommande de manger du Harissà (espèce de potage fait de blé moulu et bouilli jusqu’à consistance dans lequel sont ajoutés de la viande, du beurre et des herbes) qui donne une force d’adoration égale à celle de quarante jours. Le plateau de nourriture céleste qu’Allah avait envoyé à Son Messager (saw) contenait aussi le Harissà.

Haroun Ibn Mawqif raconte qu’un jour, l’Imam Moussa Kazim (a.s) m’appela chez lui et nous mangeâmes ensemble. Son Dastarkhwane contenait de Halwà (friandise préparée à partir de lait et des œufs) en abondance, ce qui m’étonna beaucoup. L’Imam (a.s) me fit savoir que nous et nos Shias sommes nés de la friandise, c’est pourquoi, nous apprécions énormément le Halwà.

L’Imam Ja’afar Sadiq (a.s) déclare dans un Hadith que celui qui consomme du poisson, le soir, et ne prend pas de dattes ou du miel, par la suite,

Lorsque l’Imam (a.s) mangeait du poisson, il récitait :

« Allahoumma Bharriq lana fihi wa abdilna Khayram Min’hou »

(Ô Allah ! accorde-nous Tes Bénédictions dans ceci (ce poisson) et, à sa place, donne-nous encore mieux !)

Abdoul Aala relate qu’un jour, j’eus l’occasion de manger avec l’Imam Ja’afar Sadiq (a.s), à son domicile. Un Biriyani au poulet dont l’intérieur était rempli de dattes et de l’huile fut exposé devant nous.

H° Ali (a.s) recommande de ne pas consommer du poisson tous les jours car il fait maigrir le corps.

Une personne se plaignit du nombre insuffisant de ses enfants auprès de l’Imam Riza (a.s). L’Imam (a.s) lui demanda de réciter constamment l’ISTIGHFAR et de manger des œufs de poule avec des oignons.

Dans un Hadith authentique, l’Imam Jaafar Sadiq (a.s) déclare que le jaune d’œuf de poule est bénéfique et élimine le désir de consommer de la viande qui comporte de nombreux méfaits que ne contiennent pas les œufs.

L’Imam Ali Amiroul Moaménine (a.s) affirme qu’il n’y a pas de meilleure chose que le vinaigre pour accompagner les Rotlis au repas, car il constitue un remède contre la maladie biliaire et la nausée et protège (ou fait ravir) le cœur.

Il ressort de nombreux Hadiths des Maassoumines (a.s) qu’il n’y a pas de meilleure chose que le miel pour se guérir, car il est le remède de toutes les maladies. Réciter le Qur’an et mâcher le Koundour (sorte de gomme à mastiquer à base de genévrier) remédient le phlegme et fortifie la mémoire.

L’huile d’olive est très recommandée quant à sa consommation et son utilisation pour le massage du corps à cause de ses vertus méritoires. De nombreux Hadiths révèlent que le Saint Prophète (saw) et les Elus d’Allah s’en servaient pour manger les Rotlis. De même, les olives ont des qualités louables. On dit qu’elles dégagent du corps tout ce qui lui est nuisible.

Une Tradition rapporte que si un individu ne possède que mille Dirhams et qu’il les dépense à l’achat du sucre, il ne sera pas considéré comme “ Moussréfine “ (parmi ceux qui gaspillent l’argent inutilement et sans but).

On relate que l’Imam Moussa Al Kazim (a.s) prenait des friandises avant d’aller se coucher. Le sucre est, en tout cas, possède de nombreux avantages et guérit contre le phlegme.

De nombreux Hadiths relatent les mérites du beurre ou le ghee, surtout celui qui provient de la vache, mais il est abominable aux personnes âgées ayant plus de cinquante ans. Le ghee provenant de la vache apporte la guérison.

On rapporte que le lait est l’aliment des Prophètes. Une personne se présenta devant l’Imam Jaafar Sadiq (a.s) et raconta qu’il se sentit mal après avoir bu du lait.

« Votre désagrément ne vient pas du lait, mais de ce que vous avez pris avec le lait, » lui répondit l’Imam (a.s).

L’Imam Moussa Al Kazim a° déclare que celui qui n’arrive pas à avoir d’enfants doit boire du lait mélangé à du miel.

Une personne se plaignit auprès du 7è Imam a° de la perte de ses forces. L’Imam lui recommanda de boire beaucoup de lait car il forme la chair et fortifie les os.

L’Imam Ali Amiroul Moaménine a° dit que le lait est un remède.

Dans un autre Hadith, on rapporte que le lait de la chamelle constitue un remède pour toutes les maladies. Des Narrations relatent les mérites du lait de l’ânesse.

L’Imam Mouhammad Baqir a° déclare qu’il aime le fromage. Une Narration rapporte que manger du fromage le jour est néfaste, tandis que le soir, il est bénéfique, aussi une source de la naissance d’un enfant.

Dans un Hadith authentique l’Imam Moussa Al Kazim a° dit que si quelqu’un souhaite que le lait caillé ou une boisson sucrée ne lui fait pas de mal, il doit le prendre avec du fromage.

L'Imam Ali Amiroul Moaminine (as) déclare que la consommation de la pulpe ou l'amande de noix durant l'été accroît la chaleur dans l'organisme, elle est sujette à des lésions cutanées, des boutons et des pustules sur le corps humain, tandis que durant l'hiver, celle-ci réchauffe les reins et allège la dureté du froid dans le corps. La pulpe de noix consommée avec du fromage est un remède, mais dévorés séparément, ils sont, chacun, la source de maladie.

 

 

VIII. - Avantages des céréales, des fruits et légumes, ainsi que de tous les produits alimentaires.

 

        H° Imam Ja'far Sadiq (as) informe que le riz est la bonne nourriture, il ouvre les intestins et guérit la dysenterie.

        Il est rapporté d'une Tradition digne de foi qu'un homme se plaignit devant l'Imam Ja'far Sadiq (as) du mal de ventre. L'Imam (as) lui conseilla de prendre un peu de riz, de bien le laver, le sécher à l'ombre, le piler et  manger une petite poignée de cette farine chaque matin.

        Il ressort d'une Tradition authentique formulée par le Messager d'Allah (swt) que soixante dix Prophètes ont prié pour la Bénédiction du pois chiche ou les graines de '' Tsana.''

        Certaines Traditions authentiques déclarent que les lentilles ou les graines de '' Massour '' adoucissent le cœur et facilitent les pleurs (on verse  plus facilement les larmes).

        Suivant d'autres Traditions, les légumes frais (et les pois et fèves) accroissent la moelle des genoux, développent le cerveau et produisent du sang frais dans le corps.

        On rapporte qu'un homme se plaignit à l'Imam Moussa Al Kadhim (as) des taches blanches sur son visage. L'Imam (as) lui conseilla de faire entrer les graines de '' Arad '' ou une sorte de lentilles noires dans ses aliments.

        Soulayman Ibn Ja'far  relate qu'un jour, il arriva chez l'Imam Ar Ridha (as) et vit une quantité de dattes fraiches déposées devant lui, qu'il était en train de  manger admirablement. L'Imam (as) demanda à Soulayman de s'approcher et de lui tenir compagnie dans cette nourriture.

        « Que je vous sois sacrifié, Ô mon Maître ! Vous en avez pris assez, lui dis-je.

Tu as raison, me répondit le fils du Messager d'Allah, j'adore beaucoup les dattes, car le Saint Prophète (saw), le Prince des Croyants, l'Imam Ali (as), l'Imam Hassan (as), l'Imam Houssain (as), l'Imam Zayn al Abidine (as), l'Imam Mouhammad al Bakir (as), l'Imam Ja'far As Sadiq (as) et mon cher père, l'Imam Moussa Al Kadhim (as), ils appréciaient tous ce fruit. Tous ceux qui jurent leur foi pour nous ont du goût pour les dattes, car ils sont créés à partir du reste de notre argile, tandis que nos ennemis prennent plaisir à boire de l'alcool.

        Il est rapporté dans un autre Hadith que celui qui, chaque soir, avant de dormir, mangera  sept dattes de Madinah, appelées AJWAH, ne souffrira pas des parasites ou des vers intestinaux, ceux-ci seront éliminés.

        De nombreux Hadiths de source sûre révèlent que cinq fruits sont venus du Paradis : la grenade (surtout aux graines transparentes), le coing, la pomme, le raisin de vert très clair et les dattes toute fraiches.

        Un Hadith de l'Imam Ja'far As Sadiq (as) nous indique qu'il est Makrouh ou détestable, de peler les fruits.

        Dans une autre narration, il est rapporté que du poison couvre chaque fruit, il est, donc, demandé de bien laver les fruits avant de les dévorer.

        Abou Akkassa relate qu'il se rendit chez l'Imam Mouhammad Al Bakir (as) et vit des raisins déposés devant lui. L'Imam (as) me dit que les vieillards et les enfants prennent les baies de raisin, une par une, tandis que d'autres gens, croyant que leur ventre ne se remplira pas aussi vite, avalent ce fruit, par trois ou quatre. Vous pouvez les manger, deux par deux, c'est recommandé (Moustahab).

        Deux narrations de l'Imam Ali, Amiroul Moaminine (as), nous rapportent que vingt et un (21) grains de raisins secs, de couleur rouge vermeil et propres, consommés au petit déjeuner, constituent le remède à toute maladie, à l'exception de la mort.

        Un Hadith de l'Imam Ali (as) nous informe qu'il existe cent vingt (120) sortes de fruits, mais la grenade en est le meilleur. Vous devriez manger la grenade, car  elle satisfait l'affamé et se constitue un digestif pour celui qui a le ventre plein. Elle était le meilleur fruit du Saint Prophète (saw) qui ne la partageait pas avec les autres durant sa consommation (les raisons seront communiquées ultérieurement, dans les Hadiths qui vont suivre).

        Se référant à de nombreuses autres Traditions de source sûre, la grenade contient un grain venant du Paradis. Lorsqu'un incroyant ou un athée se met à manger ce fruit, un ange  enlève ce grain pour qu'il ne puisse l'avaler. C'est pourquoi, il est demandé de manger la grenade, seul (terminer la grenade entière sans la partager).

        Dans un autre Hadith, l'Imam Moussa Al Kadhim (as) indique que celui qui mange une grenade, le matin, à jeun, le vendredi, verra son cœur illuminé durant quarante jours, et, s'il en mange deux, cette illumination durera quatre vingts jours, tandis qu'elle persistera cent vingts jours, s'il en dévore trois. D'autre part, il sera protégé des tentations sataniques et, celui qui est couvert de ces tentations sera loin de désobéir Allah en transgressant Ses Lois (loin du Diable, loin du péché !). Celui, donc, qui ne péchera pas entrera, directement, au Paradis.

        L'Imam Moussa Al Kadhim (as) déclare que la pomme protège celui qui la croque de tous types de poison, de l'effet magique, de l'influence de Djinn, et des mucosités telles la glaire. Aucun autre fruit ne possède une action aussi rapide.

        Dans une autre Tradition, on trouve que la farine de la pomme sèche appelée ''Sattou'' arrête le saignement du nez. Il n'y a point de remède aussi efficace que cette farine pour la guérison contre l'effet du poison dans l'organisme humain. Si les gens savaient les avantages de la pomme, ils ne chercheraient aucun médicament pour leurs maladies, à l'exception de ce fruit.

        H° Ali (as), le Prince des Croyants, nous fait part des bienfaits du fruit du coing :

il fortifie un cœur fatigué;

il fait reprendre le poids perdu;

il purge l'estomac;

il développe l'intelligence;

il intensifie l'ardeur de l'homme découragé.

         Imam Ja'far As Sadiq (as) indique que le fruit du coing rend la peau nette et le teint clair, de même il offre une beauté particulière aux enfants qui vont naître.

        Il appert d'autres Traditions authentiques que celui qui mange le coing, à jeun, le matin, Allah bénira sa langue de la sagesse durant une période de quarante jours. Allah n'a envoyé nul Prophète sur la terre sans que son corps ne dégage une odeur du coing. Il est indiqué aussi que la tristesse d'une personne affligée disparaît, en consommant le fruit du coing, de la même manière qu'une main essuie la sueur du front.

        Imam Ja'far As Sadiq (as) déclare dans un Hadith que le fruit du goyavier nettoie l'estomac et procure la force. Il doit être consommé, de préférence, le matin, à jeun, plutôt qu'après le repas, à ventre plein.

        Dans un  Hadith véridique, l'Imam Ar Ridha (as) exprime que la figue purifie la mauvaise haleine que dégage la bouche et fortifie les os. Elle fait pousser les cheveux et guérit diverses maladies. Elle ne nécessite aucun médicament après s'être consommée. Parmi tous les fruits, la figue ressemble beaucoup à celui du Paradis.      

        Elle est efficace contre la colite, déclare un autre Hadith, de même que contre les hémorroïdes. Elle guérit des maux et douleurs dont souffrent les orteils et stimule la puissance sexuelle.

        Ziyad Kandi raconte qu'une fois, lorsqu'il rendit visite à l'Imam Moussa Al Kadhim (as), il aperçut une cuvette remplie d'eau placée devant lui, dans laquelle étaient trempées des prunes.

        «Je souffre de la fièvre, me dit l'Imam (as), les prunes fraîches font baisser la température, elles sont un remède contre les nausées. Les prunes sèches, ajouta-t-il, régularisent la tension du sang et remédient à toutes les maladies.

        Suivant une Tradition authentique, l'Imam Ja'far As Sadiq (as) demanda aux gens de ce que disent les médecins à propos de la pamplemousse. Ils répondirent que les médecins nous prescrivent de le consommer avant le repas. L'Imam (as) leur recommanda de ne le manger qu'après le repas.

        Imam Ja'far As Sadiq (as) fait savoir que la pulpe du fruit du jujubier développe la chair et donne l'embonpoint. Sa pelure façonne la peau et son noyau forme les os. Il adoucit les reins, régularise les fonctions rénales, purge l'estomac, guérit les hémorroïdes, consolide les articulations et remédie à la calvitie.

        Imam Ar Ridha (as) indique que manger le melon, à jeun, le matin, provoque la paralysie. Le Messager d'Allah (swt) le consommait, accompagné de dattes sèches ou, parfois,  du sucre.

        Dans une Tradition digne de foi, l'Imam Ja'far As Sadiq (as) déclare que le Messager d'Allah (swt) portait à ses lèvres et à ses yeux tout fruit qu'il voyait la première fois et récitait :

'' Allahoummà  kamà  aray-tana  awwalahà  fii  afiyyatine fa  arînà  a'akhirahà  fiî  afiyyatine. ''

(Ô mon Allah ! Comme Tu nous as montré son début dans cette période de santé et de Salut, de même, Tu feras nous voir sa fin dans ce même état sain et salutaire !)

        Le Saint Prophète (saw) recommande que celui qui prononcera la formule de '' Bismillah'' au moment de la consommation d'un fruit, celui-ci ne lui causera aucun mal.

        Imam Ja'far As Sadiq (as) rapporte qu'on n'a jamais offert un repas à l'Imam Ali, Amiroul Moaminine (as), sans qu'il ne comporte des légumes. Il a aussi déclaré que le cœur  du Croyant est ''vert,'' il se penche, donc, vers les légumes verts. Il ajoute, en outre, que celui qui mâche sept feuilles d'endive le soir, avant de se coucher, sera à l'abri de colite ou du mal de ventre et celui qui désire avoir une  progéniture abondante doit manger les feuilles d'endive en quantité.

        Un autre Hadith invoque que l'endive verte (une spécialité qui se cultive dans les pays froids ou sur les montagnes) est un excellent légume.

        Aucune feuille de cette endive n'existe sans qu'elle ne porte une goutte d'eau paradisiaque, il est, donc, recommandé de ne pas l'écraser avant de la mâcher.

        Les feuilles de l'endive sont les meilleures parmi les salades et légumes, leur consommation est une bonne cause pour la naissance des enfants mâles qui seront d'une beauté admirable.

        Leur supériorité est telle sur toutes les plantes potagères comme celle qui est la nôtre,  les Ahl oul Bayt, sur tous les êtres humains.

        Une personne souffrait de fièvre et de mal de tête. L'Imam (as) lui conseilla d'écraser les feuilles d'endive jusqu'à ce qu'elles deviennent une pâte, de l'étaler, ensuite, sur du papier, l'arroser de l'huile de la violette, puis l'appliquer sur le front, elle sera guérie de la fièvre comme du mal de tête.

        Imam Ja'far As Sadiq (as) évoque dans un Hadith qu'il n'y a aucune plante comestible aussi excellente et bénéfique, sur la terre, que le pourpier. C'est le légume le plus apprécié par H° Fatima Az Zahra (as).

        Un autre Hadith préconise de manger la laitue qui purifie le sang.

        Dans une Tradition citant l'Imam Ja'far As Sadiq (as), elle recommande de manger la sauce préparée avec les épinards qui possèdent quatre avantages : ils purifient la mauvaise haleine buccale, font débarrasser les gaz nocifs du corps, guérissent les hémorroïdes et la dysenterie et, celui qui en consomme régulièrement, sera à l'abri de la maladie de la lèpre et de la calvitie.

        Il ressort des déclarations de l'Imam Ja'far As Sadiq (as) qu'Allah (swt) avait enseigné deux méthodes aux Juifs pour éviter la calvitie : consommer la betterave et enlever les veines de la viande.

        Imam Ar Ridha (as) conseille de donner au malade comme nourriture les feuilles de betterave qui n'ont que des vertus bénéfiques, sans effets indésirables Elles soulagent le malade et améliorent la qualité de son sommeil. Cependant les racines de betterave provoquent la mélancolie dépressive.

        Le Saint Prophète (saw) avait demandé à l'Imam Ali, Amiroul Moaminine (as), de ne pas omettre de manger la citrouille, car elle développe la mémoire et accroît la sagesse (c'est un booster).

        En se référant à un Hadith de l'Imam Ja'far As Sadiq (as), on aperçoit que le radis possède trois qualités : la consommation de ses feuilles  éliminent les gaz nocifs du corps, ses graines facilitent la digestion et ses racines guérissent la maladie de flegme.

        Une Tradition de source authentique émanant de l'Imam Ja'far As Sadiq (as) et de l'Imam Moussa Al Kadhim (as), déclare que la carotte stimule la puissance sexuelle et guérit certaines maladies comme les hémorroïdes et la dysenterie.

        Un  autre Hadith digne de confiance recommande et insiste de manger régulièrement le navet qui prévient contre la lèpre et la calvitie, deux maladies qui demeurent en chaque personne.

        Un Hadith de source sûre fait apparoir que le Saint Prophète (saw) mangeait la concombre avec du sel.

        Et l'Imam Ja'far As Sadiq (as) nous conseille de manger la concombre en commençant par la partie qui forme sa racine, elle contient plus d'avantages.

        De nombreuses Traditions émanant de l'Imam Ja'far As Sadiq (as) nous révèlent que l'oignon purifie la mauvaise humeur buccale, guérit la maladie du flegme, réduit la fatigue et la paresse, fortifie les muscles et veines, consolide les mâchoires, stimule la puissance sexuelle, il constitue un remède pour l'accroissement de la progéniture, embellit la peau et remédie à la fièvre.

        Un Hadith du Messager d'Allah (swt) nous enseigne que, durant votre voyage, mangez, avant tout, les oignons cultivés dans la région que vous visitez, pour que vous soyez à l'abri des maladies du pays.

        Une autre Tradition véridique rapporte les paroles de l'Imam Mouhammad Al Baqir (as) que le Saint Prophète (saw) avait recommandé de ne pas manger de l'ail, avant de pénétrer dans nos Mosquées, à cause de sa mauvaise odeur, mais celui qui ne se trouve pas à l'intérieur de la Mosquée ou ne s'y dirige pas, il peut le consommer.

        En se fondant sur une Tradition de l'Imam Mouhammad Al Baqir (as), il apparaît que le plus grand piège du Satan est de vous faire manger de l'argile ou de la terre. La consommation de la terre donne naissance à de nombreuses maladies dans le corps, telles les démangeaisons et la dysenterie ou, même, les hémorroïdes, provoque la mélancolie dépressive, réduit la force des articulations des pieds, et, en raison de la diminution de sa force physique, l'homme se trouve incapable d'accomplir les bonnes oeuvres. Il sera, en conséquence, interrogé le Jour du Jugement Dernier et recevra son Châtiment.

        L'Imam Moussa Al Kadhim (as) déclare que quatre choses font partie des tentations du Satan : manger de la terre ou de l'argile, jouer régulièrement avec de la terre, couper les ongles au moyen de ses dents et s'amuser avec sa barbe.

 

 

IX  -     L'accueil des Croyants chez soi : ses bienfaits et ses manières

 

                   Il est rapporté de l'Imam Ja'far As Sadiq (as) que lorsqu'un Croyant vient vous rendre visite à votre domicile, servez-lui une bonne nourriture. S'il le refuse, offrez-lui une boisson. S'il ne l'accepte pas non plus, alors lavez ses mains avec de l'eau parfumée ou juste avec de l'eau naturelle.

                   Imam Ja'far As Sadiq (as) déclare, par ailleurs, dans un  Hadith qu'une personne est déméritée (c'est-à dire qu'elle perd toutes ses récompenses spirituelles) lorsqu'elle considère insignifiant ce qu'elle possède et se refuse de  l'offrir à son visiteur.

                   Dans une autre Tradition digne de confiance, l'Imam (as) spécifie que lorsqu'un Croyant vient chez vous de lui-même, offrez-lui ce que vous possédez, mais quand il est votre invité, prenez soin de rendre sa visite agréable.

                   Se référant à un Hadith, de source sûre, rapporté par Houshsham qui raconte qu'une fois, il arriva chez l'Imam Ja'far As Sadiq (as), en compagnie de Ibn Abî Yafour, au moment où l'Imam (as) demanda qu'on lui apporte le petit déjeuner. Houshsham lui fit savoir qu'il n'en mangera que très peu. En ce moment, l'Imam (as) lui expliqua que  l'amitié d'un Croyant se mesure par le volume du repas qu'il aura pris chez son frère. Plus son amitié est forte, plus il en mangera. De nombreux Hadith vont dans ce sens.

                   Le Messager d'Allah (swt) déclare que le '' Walimà '' ou le repas somptueux offert en des occasions solennelles, est Sounnah ou recommandé au moment de cinq évènements principaux : le mariage, le Aqiqà ou le premier rasage de la tête du nouveau né, le Khatnà ou la circoncision, l'achat ou la construction d'une nouvelle maison, au retour d'un grand voyage.

                Cependant, il faut noter que le Saint Prophète (saw) a réprouvé la présence à un Walimà où seuls les riches sont invités et les pauvres ignorés.

                D'un Hadith digne de foi, il appert que le visiteur qui arrive dans une ville est l'hôte de son frère Croyant jusqu'au jour où il quitte cette ville. Ce visiteur n'est pas autorisé à accomplir des jeûnes recommandés (non obligatoires) sans prévenir son hôte qui lui a accordé son hospitalité, car les repas que celui-ci lui aura préparés pourraient être gaspillés. De même, il n'est pas, non plus, permis à l'hôte de pratiquer les jeûnes recommandés, sans en informer, au préalable, son invité, car celui-ci pourrait être gêné et rester affamé par honte.

                 Le Saint Prophète (saw) demande au Croyant de ne pas résider chez son hôte aussi longtemps que celui-ci se trouve en difficulté pour faire face aux dépenses et que sa présence soit une source de soucis d'argent.

                Ibn Yafour raconte  qu'une fois, il vit un visiteur à la résidence de l'Imam Ja'far As Sadiq (as) qui se leva pour accomplir une tâche quelconque, mais l'Imam (as) le lui empêcha et se leva pour l'effectuer,  lui-même, à sa place.

                 '' Le Messager d'Allah (swt) a  défendu, expliqua-t-il, qu'on demande à son invité d'exécuter un travail, quel qu'il soit. ''

                 Le cinquième Imam, H° Mouhammad Al Baqir (as), déclare que l'indolence et le manque de politesse relèvent aussi de la défaillance à ne pas être reconnaissant envers celui qui vous a satisfait (ou rendu un service). Demander une tâche quelconque à son invité est contraire aux bonnes manières et aux règles de comportement. Accueillez bien votre invité, à son arrivée, et aidez-le à déballer ses bagages convenablement, mais ne l'aidez pas à préparer ses valises, à son retour, car c'est un signe de l'avarice égoïste. Offrez-lui, à son départ, une nourriture délicieuse qui lui servirait durant son voyage, car c'est une marque de générosité et de virilité.

                 Une autre Tradition, de source digne de foi, nous rapporte que le Saint Prophète (saw) a recommandé d'accompagner son invité, au moment de son départ, au moins jusqu'au seuil de sa maison, car ceci constitue l'un de ses droits.

                 Imam Mouhammad Al Baqir (as) nous enseigne que lorsque vous arrivez chez quelqu'un, vous vous installez à l'endroit qu'il vous a réservé, car  il sait mieux les problèmes intérieurs de sa maison.

                 Le Messager d'Allah (swt) a déclaré que huit catégories de personnes doivent se haïr si elles sont déshonorées :

–      celui qui se joint à une table sans y être invité;

–      celui qui espère un bienfait de son ennemi;

–      l'invité qui donne des ordres à son hôte;

–      l'avare, le radin ou le mesquin qui espère être gratifié par les autres;

–      celui qui s'immisce dans la conversation ou la confidence de deux personnes, sans leur permission;

–     celui qui ne respecte pas les gens de l'Autorité ou  qui sont au Pouvoir;

–     celui qui assiste à une réunion à laquelle il n'est ni apte ni idoine;

–     celui qui parle à une personne qui ne lui témoigne aucune attention.

                   Il a formulé dans un autre Hadith : n’invitez à votre table que ceux avec qui vous êtes liés d'amitié pour l'Amour d'Allah.

                   Imam Mouhammad Al Baqir (as) soutient que celui qui fait nourrir d'une façon complète et suffisante un Croyant, à qui il est lié d'amitié, pour l'Amour d'Allah est, à mes yeux, meilleur que celui qui donne à manger aux dix pauvres.

                   Il affirme aussi, en outre, que le Saint Prophète (saw) commençait le repas, en premier, lorsqu'il était assis avec ses convives et terminait, le dernier, afin que ceux-ci ne restent pas sur leur faim.

                   Hazrat le Messager d'Allah (swt) a énoncé que celui qui distribue de l'eau à boire à un groupe de personnes ne doit boire cette eau qu'en dernier.

                   Il est indiqué dans un autre Hadith que celui qui dépense mille Dirhams pour un repas et seul un Croyant en mange, cette dépense ne signifie pas la prodigalité.

                   Il relève de nombreuses Traditions que le convive apporte sa propre subsistance (son propre Rozî), par la Grâce d'Allah, lorsqu'il arrive chez son hôte et celui-ci bénéficie du Pardon de ses péchés dès que son invité a terminé son repas.

                   Imam Ali, Amiroul Moaminine (as), a annoncé que celui qui se rend joyeux en entendant la voix de son visiteur verra tous ses péchés effacés, même s'ils  remplissent terres et cieux.

                   Hazrat le Messager d'Allah (swt) a déclaré : je laisse ce testament en demandant à vous tous,  aux  présents comme aux absents, de ne jamais refuser l'invitation d'un Musulman, même s'il faut parcourir cinq miles, car l'acceptation d'une invitation fait partie des devoirs religieux. Si un Croyant me conviait juste pour déguster un gigot de mouton (ne possédant rien d'autre pour l'accompagner), je ferais honneur à son repas.

                   Il a ajouté, par ailleurs, que celui qui décline l'invitation de son frère Croyant sera privé d'innombrables bénédictions (c'est la pire des pertes).

 

 

X. - Se curer et se nettoyer les dents - Ses bienfaits et manières

 

                   Le sixième Imam, H° Ja'far As Sadiq (as), déclare que l'Ange Jibraïl apporta au Saint Prophète (saw) un Miswak (pour brosser les dents), un Khilal (pour curer les dents) et une corne (à l'exemple de la ventouse pratiquée sur la peau pour effet par révulsion)) et lui dit : le Khilal (le curage des dents) sert à renforcer les racines dentaires, à procurer une meilleure santé aux dents et à augmenter le Rozî (sa subsistance accordée par Allah).

                   Imam Ja'far As Sadiq (as) affirme, dans un autre Hadith, que le Saint Prophète d'Allah (swt) a prohibé l'usage de la tige du grenadier et du tout autre arbre fruitier ou à fleurs pour le Khilal, car cela pourrait entraîner la calvitie.

                   Imam Amiroul Moaminine (le Prince des Croyants), H° Ali (as), exprime que  l'emploi de la brindille du bois de Jhaw (un arbre dont les jets servent à confectionner des paniers : il s'agirait, peut-être, de l'osier) pour le Khilal pourrait causer la pauvreté et la stupidité.  

                   Une autre Tradition venant du Messager d'Allah (swt) atteste que l'un des droits de l'invité que son hôte doit observer consiste à lui fournir le Khilal, car la chose que les Anges détestent le plus est d'apercevoir des résidus alimentaires  demeurés entre les dents d'une personne.

                   Dans un Hadith, digne de confiance, formulé par H° Imam Ja'far As Sadiq (as), il appert que les particules de nourriture déposées sur les mâchoires peuvent être avalées mais celles enfoncées entre les dents doivent être enlevées et crachées.

                   En se référant encore au Hadith de l'Imam Ja'far As Sadiq (as), le résidu enlevé au moyen du Khilal ne doit pas être avalé car ceci peut causer certaines blessures internes.

 

 

XI. - L'eau : ses variétés et ses bienfaits

 

        Nombreuses Traditions dignes de confiance rapportent que  l'eau est la seule meilleure boisson dans ce monde comme dans l'autre.

        Imam Ja'far As Sadiq (as) déclare que celui qui se réjouit et éprouve une vive satisfaction  en buvant de l'eau dans ce monde, Allah (swt) le fera déguster joyeusement  la boisson du Paradis.

        '' Quelle est la saveur de l'eau ? Demanda quelqu'un à l'Imam (as).

-  Le goût de la vie,'' lui répondit-il.

        Dans un autre Hadith, H° Amiroul Moaminine, Imam Ali (as) expose que l'eau de ZamZam est la meilleure parmi toutes les eaux de la terre, tandis que l'eau de Barhout (située au Yémen) est la pire des eaux, car elle est hantée par les âmes des Kafirs ou des mécréants qui y sont châtiées jour et nuit par la colère céleste.

        Hazrat Imam Ja'far As Sadiq (as) affirme que l'eau de ZamZam est un remède pour toutes les maladies.

        H° Imam Ali, Amiroul Moaminine (as), nous conseille de boire de l'eau de pluie, car elle nettoie et purifie le corps et guérit toutes les douleurs et maladies.

        Une Tradition appartenant à l'Imam Ja'far As Sadiq (as)  proscrit la consommation de grêles, ces grains de glace qui tombent du ciel.

        Par contre, une autre Tradition rapporte que la consommation de grêles est bénéfique pour le corps (ces deux Traditions nous paraissent contradictoires, mais elles peuvent être formulées en deux occasions différentes, seul le médecin est compétent pour le spécifier).

        Imam Ja'far As Sadiq (as) déclare que le garçon dont le mal de gorge a été guéri par l'eau du fleuve Euphrate sera parmi ceux qui sont nos amis, les Ahl oul Bayt.

        Il dit, en un autre endroit, que deux affluents du Paradis se jettent régulièrement dans l'eau  d'Euphrate et que, si une grande distance me séparait de ce grand cours d'eau, j'irais, pour me guérir, au bord de ce fleuve.

        Il ressort de nombreuses Traditions que  le Saint Prophète de l'Islam (saw)  a prohibé de se baigner, pour se guérir, dans les eaux chaudes des montagnes qui sentent l'odeur du soufre, leur chaleur étant celle de l'Enfer.

Imam Hassan (as) et Imam Houssain (as) ont déclaré que notre Wilayat (la qualité de Maître) et notre amitié furent annoncées à toutes les eaux: celles qui les ont acceptées devinrent fraîches et douces et celles qui les ont rejetées se transformèrent en eaux salées et amères.

        Le Commandeur des Croyants, Imam Ali (as), énonce que l'eau du fleuve Nil qui est situé en Egypte affaiblit le cœur et le rend insensible.

        H° Imam Ja'far As Sadiq (as) exprime : l'eau fraîche atténue la température du corps, arrête les vomissements, fait digérer les aliments dans l'estomac et forme un antidote contre la fièvre. Il dit, par ailleurs, que l'eau bouillie est bénéfique contre tous les maux du corps et n'est nuisible en aucun cas.

        En se référant au Hadith de l'Imam Ali Ibn Moussa Ar Ridha (as), il appert que l'eau bouillie à sept reprises et dans sept différentes vaisselles guérit la fièvre et fortifie les plantes des pieds et les mollets des jambes.

        Un médecin, du nom d’Ibn Abî Tayfour, relate qu'une fois, je me suis rendu chez l'Imam Moussa Al Kadhim (as). Je lui ai conseillé de boire de moins en moins d'eau. L'imam (as) m'expliqua que l'eau n'est nuisible, en aucun cas, elle aide l'estomac à digérer les aliments, atténue la colère, accroît l'intelligence et apporte remède aux vomissements.

 

 

XII.    - Les manières pour boire l'eau

 

        Imam Ja'far As Sadiq (as) déclare que si quelqu'un se rappelle à l'Imam Houssain (as), à sa famille et ses compagnons, en buvant de l'eau, et maudit ses assassins et ses persécuteurs, Allah Le Très Haut fera inscrire sur son Registre d'Actions cent mille bonnes œuvres, lui fera pardonner cent mille péchés, le fera élever de cent mille fois son rang, lui fera accorder les récompenses de cent mille personnes affranchies dans la Voie d'Allah et, le Jour du Jugement, Allah le fera présenter dans un bien-être agréable.

        En buvant de l'eau, il est meilleur de réciter :

'' SALAWAATOULLAAHI   Â'ALAL   HOUSSAIN  (a.s)  WA  AHLEBAYTIHI   WA  AS'HABIHI  WA  LAA'NATOULLAAHII  Â'ALA  QATALATIHII  WA  AA'DAA'ÎHII ''

(Que les Bénédictions d'Allah soient sur Houssain -as-, sur sa Famille et ses partisans et que les malédictions d'Allah soient sur ses meurtriers et ses ennemis)

        Dans une autre Tradition citant toujours l'Imam Ja'far As Sadiq (as), il est rapporté que, parfois, une personne assoiffée n'a point fini de boire l'eau, tandis qu'Allah le déclare comme habitant du Paradis. Cela arrive lorsqu'elle avale cette eau à petites gorgées et s'arrête, souvent, en adressant, chaque fois, des Louanges à Allah. Par cette action de louer Allah, Le Seigneur des mondes, lui rend obligatoire le Paradis.

        Encore dans un autre Hadith, l'Imam (as) affirme que si une personne, en buvant de l'eau, durant la nuit, récite trois fois l'Invocation suivante, cette eau ne lui fera aucun mal :

ALAYKAS SALAM  MIM  MAA'Ï  ZAMZAM   WA MAA'ÏL  FOURATE

(Salutations sur l'eau de ZamZam et sur l'eau d'Euphrate !)

        H° Imam Ja'far As Sadiq (as) recommande d'éviter de boire de l'eau avec excès, car elle est la source de nombreuses maladies ainsi que  de se précipiter à faire de remèdes, tant que vous pouvez vous résister aux maux et douleurs.

        H° Imam Ali Ridha (as) informe que boire beaucoup d'eau après le repas n'est pas nuisible. Toutefois, il faut éviter de s'abreuver abondamment le ventre creux.

        Il ajoute, en outre, que  si quelqu'un avale deux cuillerées de nourriture et ne boit pas d'eau, je m'étonne s'il n'a aucun problème d'estomac.

        Nombreux Hadiths rapportent qu'il est conseillé de boire de l'eau en position debout et qu'il est, particulièrement,  meilleur de l'avaler en trois gorgées. Il est recommandé de boire debout, le jour, et assis, le soir.

        Dans une Tradition, de source sûre, Imam Ja'far As Sadiq (as) exhorte à ne pas boire d'eau en station debout, à ne pas tourner autour des tombes et à ne pas uriner dans des eaux stagnantes. Si une personne effectue ces actions et qu'elle se voit affectée d'un malheur, qu'elle se haïsse elle-même !

        Ibn Bab'wayh explique qu'il s'agit, dans ce Hadith, le fait de boire de l'eau  durant la nuit.

        Dans un autre Hadith, il est constaté que quelqu'un vint questionner à l'Imam Ja'far As Sadiq (as) sur une personne qui avale son verre d'eau d'un seul trait, sans interruption, l'Imam (as) lui répondit que le plaisir se trouve dans son action contraire. Les gens disent, ajouta-t-il, que le fait d'avaler de l'eau sans reprendre l'haleine signifie : s'abreuver comme un chameau assoiffé. L'Imam (as) lui expliqua que l'expression    '' boire de l'eau comme un chameau,'' veut dire boire sans prononcer le Nom d'Allah.

        Une Tradition nous demande de boire l'eau en trois gorgées, lorsqu'elle est apportée par un serviteur et, en une seule fois, quand elle l'est d'un homme libre.

        H° Imam Mouhammad Al Baqir (as) déclare que, parmi les bonnes manières, il est recommandé de boire l'eau en prononçant '' BISMILLAH '' au début et '' ALHAMDOULILLAH '' à la fin, car Satan s'accroche à ces deux moments.

        H° Le Messager d'Allah a prohibé de souffler sur l'eau à boire.

        H° Imam Ja'far As Sadiq (as) déclare que souffler sur l'eau est Makrouh ou détestable en présence d'une autre personne qui désire boire de cette eau, cette dernière pourrait détester un tel geste.

        Il est rapporté que le Messager d'Allah (swt) buvait de l'eau dans des ustensiles en verre qui lui venaient de la Syrie en guise de cadeaux ou, parfois, dans des vases en bois ou en peau et s'il ne trouvait aucun récipient, il se servait du creux de sa main pour se désaltérer.

 

 

Menu

 

 

Rechercher sur le site

Accueil du site

Cours du Madressa

Divers Majaliss

 

Le Madressa

Activités du Madressa

Majaliss en vidéo

Mentions légales

Les Majaliss

Cours Islamiques

Majaliss en audio

Suivez nous

Audios et Vidéo

Les Saints Prophètes

Calendrier Chiite

 

Nawhas et Qassidas

La Bibliothèque

Nous contacter

 

Création 

Référencement 

Shia 974    Copyright © 2008 / 2018 Tous droits réservés

Hébergement   

Retourner au contenu | Retourner au menu