Majalis de Mouliani Bashira Banou Vazir, 5 Moharram 1439 - Majaliss - Shia 974 - Chiite à l'Ile de la Réunion

Aller au contenu

Menu principal :

Les Majaliss > Majaliss de Saint Denis > Majaliss dames du mois de Moharram 1439 Ile de la Réunion
Shia 974 ( Chiite à l'Ile de la Réunion )

Majalis de Mouliani Bashira Banou Vazir
5 Muharram 1439 - Mardi 26 septembre 2017



Revenons à ce qu'Allah swt dit à Moussa (as). Nous avons vu 2 choses hier. Voyons la 3ème aujourd'hui.
Hier, nous avons insisté sur la sincérité (khoulous) de l'action. Quand quelqu'un fait une chose avec sincérité, quand on critique la chose, il est indifférent. Quand quelqu'un me dit que la chose que je fais ne lui plait pas, je continue à faire cette bonne action.
Si la personne fait les choses pour les autres, quand quelqu'un lui complimente, elle fait encore plus.

Allah swt dit à Moussa (as) : "Quand tu me demandes pardon, j'accepte ton pardon. De même, quand Ma créature se justifie, crois-le. Quand il te demande pardon, pardonne-le."

La 3ème condition du serment d'allégeance est que nous n'allons pas injurier les musulmans.

Le contrôle de la langue est très important.

Il y avait beaucoup de compagnons proches du Saint-Prophète (saw) à Madina mais seule une sélection de compagnons a eu l'opportunité d'aller à Karbala. En effet, les compagnons d'Imam (as) avaient 21 qualités dont le contrôle sur leur nafs. Ils ont abandonné leurs affaires et tout ce qu'ils avaient pour aider leur Imam.

Ce farsh-e-aza est un lieu d'ibadat.
On demande à Ayatoullah Mohammad Taqi Behjat : « Est-ce qu'il y a plus de çawaabs dans le namaz-e-shab ou dans le fait de faire azadari sur le farsh-e-aza ? » Il répond que le azadari est un acte meilleur et apporte plus de çawaabs. Les gens s'étonnent et demandent des explications.

Son père, Mehmoud Behjat, est tombé malade à 17 ans. Les médecins ne donnaient aucun espoir. Mais il reçoit une "révélation" qu'il ne mourra pas de suite et qu'il aura un fils Mohammad Taqi qui servira beaucoup la religion. Il est guéri. Il se marie et nomme son 3ème fils Mohammad Taqi mais ce dernier décède. Quand il a un 4ème fils, il l'appelle Mohamamd Taqi : c'est le fils dont on lui avait fait l'annonce.

Quand quelqu'un est sur le tapis de prière (moussalo), il est parfois sur le tapis physiquement mais son esprit est ailleurs. Il pense à autre chose. Il n'est pas concentré. Par contre, quand quelqu'un est en train de faire le azadari, il n'est pas uniquement là physiquement. Pour pleurer, pour faire le azadari, nous avons besoin du cœur. Notre corps ET notre âme sont tous les deux présents. Les larmes ne coulent pas si l'esprit et le cœur ne sont pas également présents.

Moulla Fateh Ali Sultan Abadi raconte : "Moulla Mohammad Sadiq Iraki est en difficulté. Il implore Imam-e-Zamana. Une nuit, il s'endort et voit en rêve un grand maydan où il y a une tente. Il demande à qui appartient la tente. On lui dit que c'est celle d'Imam-e-Zamana. Il s'approche de la tente et obtient l'autorisation de rencontrer Imam (as). Il y a d'autres tentes à l'extérieur. Imam (as) indique une tente et demande à Moulla Mohammad Sadiq de se diriger vers ma tente. J'ai transmis un amal à Moulla Mohammad Sadiq. Ce dernier se demandait si son rêve était vrai, il vient me voir et je lui transmets le même amal que je lui avais donné en rêve. »

Quel est ce amal ? Après le namaz Soubho, récitez "Ya fattaho" 70 fois en mettant la main droite sur la poitrine.
Moulla Mohammad Sadiq dit que grâce à ce amal, ses difficultés ont pris fin.

Quand nous venons au farsh-e-aza, notre valeur est très élevée. Un jour, un aalim demande à des jeunes de pleurer sur son kafan. Quelqu'un lui dit : "Mais vous ne savez pas combien ces jeunes commettent de péchés !" Le savant dit : "Ce qui importe pour moi, c'est qu'ils sont des Azadars d'Imam Houssain (as). Et les larmes qu'ils versent pour Houssain (as) vont me protéger dans l'au-delà."

Un jour, il y a 2 enfants qui viennent au majalis uniquement pour discuter. Le zakir est très perturbé. Il a envie de sermonner ces enfants.
Il voit en rêve Imam Houssain (as) qui demande à H. Abbas (as) de noter sur un cahier la liste des Azadars. Il demande à H. Abbas (as) de rajouter les noms des 2 garçons. Ce dernier ne comprend pas car ces 2 enfants ne faisaient que perturber le majalis. Imam Houssain (as) dit : « Ils ont travaillé pour les azadars. La nuit du 9 Moharram, quand tous les azadars étaient partis, il y avait un sucrier qui était par terre. Ils ont pensé que si quelqu'un vient et ne voit pas le sucrier, l'Imambargha se salira. Aussi, ils ont ramassé le sucrier. »


Compte-rendu réalisé par l'équipe de http://www.shia974.fr

 

Menu

Les Majaliss

 

Rechercher sur le site

Accueil du site

Mosquée de Saint-Denis à la Réunion

Divers Majaliss

 

Le Madressa

Mosquée de Saint-Paul à la Réunion

Majaliss en vidéo

 

Les Majaliss

Mosquée de Saint-Pierre à la Réunion

Majaliss en audio

Suivez nous

Audios et Vidéo

Mosquée de Saint-André à la Réunion

Calendrier Chiite

 

Nawhas et Qassidas

Mosquée de Mamoudzou à Mayotte

Nous contacter

 

Création 

Référencement 

Shia 974    Copyright © 2008 / 2017 Tous droits réservés

Hébergement   

Retourner au contenu | Retourner au menu