Shia 974 (Chiite Réunion) - La modernité - Shia 974" Chiite à l'Ile de la Réunion

Aller au contenu

Menu principal :

Shia 974 ( Chiite à l'Ile de la Réunion )
Divers articles : La modernité

 

QUESTIONNAIRE

 

Comment définissez-vous la modernité ?

 

La modernité est, par définition, la qualité de ce qui est moderne, contemporain, qui correspond aux goûts et progrès techniques actuels, qui a la fraîcheur des derniers temps. Elle connote, dans l’ensemble, toute une évolution historique et un changement de mentalité, amenant des bouleversements profonds dans les mœurs et pratiques, dans les manières de la vie quotidienne, jusque dans le mode de pensée.

 

La modernité est un phénomène  de civilisation qui s’oppose au mode de la tradition, qui se veut en rupture (quelles que soient les significations du terme) avec ce qui précède, c’est-à-dire avec toutes les autres cultures antérieures ou habituelles.

 

 

Que dit l’Islam sur la modernité ?

 

Dans la Sourate 13, Le Tonnerre, Verset 11, Le Seigneur des mondes annonce :

 

‘’ En vérité, Allah ne modifie pas l’état d’un peuple tant qu’ils ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes.’’

 

Qui dit modification dit évolution, passer d’un état à un autre, sortir des ténèbres vers la lumière, progresser vers le bien, du pire au meilleur.

 

Dans la Sourate 27, Les Fourmis, Verset 15, il est dit :

 

‘’ Nous donnâmes une science à David et Salomon…’’

 

Ils étaient des Envoyés d’Allah et non pas des hommes ordinaires, saints et infaillibles, venus avec une science complète, pour guider les peuples, les instruire, les ramener vers le Droit Chemin, mais Le Seigneur leur a bénéficié encore d’une «science» dont il est question dans cette Sourate.

 

Dans la Sourate 3, La Famille d’Imrân, Verset 137, le Saint Coran proclame :

 

‘’ Il y a eu, avant vous, des lois …’’

 

L’homme a évolué dans le temps, de même que les Lois Divines apportées par les Prophètes d’Allah.

 

L’homme de l’âge d’Abraham n’est pas celui du temps d’Adam, car il y a eu évolution entre-temps, le Prophète Idriss ou Enoch ayant appris à écrire, à coudre, à fabriquer des objets en métaux, des armes de chasse et de défense, il a créé la balance et ses poids, a enseigné le mouvement des planètes….. L’Arabe de l’ère Islamique ne ressemble aucunement à son ancêtre qui vivait six cents auparavant à l’époque de Jésus Christ.

 

On admet, à l’avance, que les gens vivant avant le XVIIIe siècle européen se trouvaient dans l’obscurité en appelant celui-ci le siècle des lumières ou le siècle éclairé.

 

Ici apparaît l’immensité d’une parole de 8è Imam, Hazrat Ali Ibn Moussa Ar Ridha, que la Paix soit sur lui, lorsqu’un individu l’interrogea :

 

‘’ Pourquoi l’analyse des Versets du Coran augmente-t-elle leur fraîcheur ? ’’

 

L’Imam (as) répondit :

 

‘’ Dieu n’a pas fait descendre le Coran pour une époque déterminée ou pour un groupe particulier. Pour cette raison, le Coran est frais à toutes les époques et il le sera pour tous les peuples du monde, jusqu’au Jour de la Résurrection. ‘’

 

C’est probablement, pour cela, qu’Abdoullah Ibn Abbas avait déclaré :

 

‘’ Le temps interprète le Coran.’’

 

Sans prendre la place des commentateurs spécialisés, je dirai que ‘’le temps’’ désigne ici ces mêmes réflexions et savoirs nouveaux apparaissant au sein de la société humaine dans des domaines variés, offrant au commentateur un nouveau regard, ce qui, en définitive, fait sortir du Coran des sujets qui ne s’étaient jamais trouvés dans la pensée des commentateurs précédents.

 

Vous n’ignorez pas, non plus, les célèbres Hadith du Saint Prophète (saw) dans lesquels il déclare :

 

‘’ Acquérez la science, même s’il faut aller jusqu’en Chine ! ‘’

 

‘’ Acquérez la science du berceau jusqu’à la tombe ! ‘’

 

La Chine n’est pas terre d’Islam, mais le Messager d’Allah veut que le fils d’Adam se cultive, s’instruise, apprenne d’autres langues et d’autres sciences, car

 

‘’ la science est un trésor perdu du Croyant,’’ dit un autre Hadith.

 

La science au moment de sa mort n’est plus celle que l’homme avait apprise à l’époque où il tétait encore  sa mère, il y a une centaine ou des dizaines d’années !

 

‘’ N’est pas Musulman celui dont les deux jours sont identiques : le jour d’hier et celui d’aujourd’hui, ‘’ proclame un des Hadith.

 

Il est sans vie le Croyant qui ne se progresse pas, qui reste figé, comme le mort dans sa tombe ! Il est inutile à la société humaine comme une branche de l’arbre qui ne porte pas de fruits ! L’Islam réprouve l’ignorance qui est source de l’égarement.

 

 

Selon vous, la Religion Musulmane doit-elle s’adapter à la modernité ? Pourquoi ? Et a-t-elle le choix ?

 

Pour l’Islam, la Religion n’est pas cloîtrée entre les quatre murs de la Mosquée où, en sortant, on laisse Dieu sur le pas de la porte. Elle ne se limite pas seulement aux actes d’adoration et à la Prière, mais elle trace les grandes lignes des droits et devoirs de l’homme, elle est un code de vie, un mode de pensée, l’homme vit avec sa Religion, Allah est présent en tous lieux et en tout temps, à la maison comme au travail, au bord de la plage comme dans l’air, sur les bancs de l’école comme sur le terrain de sports.

 

L’homme respire sa Religion dès le ventre de sa mère quand celle-ci récite le Saint Qour’an, glorifie Le Seigneur, psalmodie les Noms Sacrés d’Allah, invoque son Maître, accomplit la Prière ou assiste dans les Rassemblements Religieux appelés Majelis,  le bébé grandit dès les premières heures de sa conception en écoutant les Paroles d’Allah, les Hadith du Prophète (saww) et des Imams (as).

 

L’Islam nous apprend que l’enseignement ne commence pas à la Maternelle, mais dès le sein de la mère, la première voix qu’on fait entendre aux oreilles du nouveau-né est celle de l’Appel à la Prière que le Musulman adulte entend cinq fois par jour. Voilà le premier enregistrement qui s’opère dans le cerveau-ordinateur du nourrisson.  

 

Au vu de ces quelques références que j’ai eu l’honneur de vous citer, l’Islam ne s’oppose pas à la modernité tant qu’elle ne la nuit pas. Mais il faut, d’abord, bien définir la modernité. Si la science progresse et se modernise, l’homme, dans le même sens, doit se diriger vers la perfection morale et spirituelle, alors qu’il s’attire vers la perversion et la déviation, vers l’immoralité et la débauche.

 

La Religion est vivante et éternelle. Elle n’a pas besoin de s’adapter à la modernité, il revient à la modernité de s’adapter à la Religion et de la suivre.

 

L’usage de la drogue, de l’alcool ou de la bombe atomique, le nudisme, les films de violence et de pornographie, la perversion, l’immoralité, l’incroyance ….ne doivent pas être justifiés sous prétexte qu’ils constituent la civilisation du siècle ! L’homme, au lieu de se civiliser, s’abrutit, s’approche de plus en plus de son ancêtre le singe d’où il croit descendre !

 

Non pas que la Religion n’a pas le choix, mais historiquement, c’est à l’Islam qu’on doit le développement remarquable des sciences et techniques : Mathématiques, philosophie, architecture, médecine, astronomie, ….

 

On peut être ingénieur, professeur, médecin, en portant ses vêtements décents ou son hijab et, aussi, tout en étant un bon Musulman ou une bonne Musulmane, sans besoin de faire découvrir son corps ou boire de l’alcool, danser et fumer la drogue ! Il faudra demander au chirurgien plutôt qu’à un politicien, celui qui, au lieu d’enlever ses vêtements, se couvre davantage sur la table d’opération, à cette infirmière qui se promène dans les couloirs des hôpitaux, en se coiffant d’un chapeau ou à ce cuisinier couronné d’un couvre-chef qui prépare le repas de ce même homme politique qui condamne le voile !

 

La pratique de la leçon de morale journalière qu’on enseignait à l’école primaire dans les années 60 fut supprimée, pour une raison ou une autre, justifiée ou non, et deux ou trois générations perdirent ces leçons qui furent rangées dans les dédales de l’Histoire.

 

Aujourd’hui, on fait marche arrière, on fait appel à la Tradition, on reconnaît les faiblesses de cette modernité tant criée, nos enfants perdirent le sens du respect, de la politesse, de l’humanité, du civisme, de l’hygiène, des valeurs de la République ……Le couteau se tourna contre nous ! On se croyait ‘’ éclairé,’’ mais la lumière n’existe que pour celui qui n’est pas privé de la vue.

 

Heureusement que nos Medersas purent conserver leur rythme traditionnel, la forme  suivit le cours du vent, mais le fond garda intact son rituel, le poisson ne quitta pas son eau, il survécut, malgré tous les déchets qui y furent déversés. La victoire revient toujours à la Religion car elle est enseignée par Allah, Le Créateur de l’homme, Qui connaît mieux que quiconque autre, ce qui est bien pour lui.  

 

Parti seulement avec 313 Musulmans, à la Bataille de Badr, en l’an 2 de l’Hégire, 15 ans après son Appel à la Mecque, l’Islam se retrouve, aujourd’hui, avec 1,5 milliards d’individus. Voilà l’une des preuves qu’il s’adapte mieux à la modernité, cet Islam qui a été perçu comme un châtiment divin en Occident, que ses habitants le considéraient incompatible avec leur civilisation, leur culture et leurs valeurs, cet Islam est, à présent, adopté par ce même peuple qui, hier encore, l’appelait ‘’Moyen-âge.’’

 

Si on ne parlait que du voile, le sujet brûlant de notre siècle, de nombreux individus se convertissent à l’Islam, malgré ses restrictions et les Lois qui en découlent ! On porte de plus en plus le Hijab, de nos jours, plutôt que dans les années précédentes ! Ces mêmes dames qui se plaisaient à vivre librement, avec une tenue vestimentaire de l’ère préhistorique, préfèrent s’enfermer dans le Tchador à cette époque dite de modernité où souffle le vent de l’exhibitionnisme et de la libéralisation des mœurs.   Le célèbre écrivain libéral anglais Bernard Shaw avait bien prédit, en disant que ‘’ la Religion de Mohammad sera acceptable, demain, en Europe. ‘’

 

Les choses matérielles peuvent subir des transformations selon la formule ‘’ rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme,’’ mais pas les Lois universelles qui ne subissent aucun changement, elles restent immuables, tels que le vol, le crime, le mensonge, l’adultère, l’inceste, la médisance, la fausse accusation, l’hypocrisie, l’arrogance, l’injustice, le despotisme, etc. …d’un côté comme aussi la politesse, le respect, la décence, les bonnes manières, le bon comportement, les règles de la civilité, et ainsi de suite …de l’autre côté.

 

L’homme conduit sa voiture. Assis sur le volant, il est son maître et ne doit pas se laisser guider par son véhicule. Il doit connaître et suivre son code de la route. Si non, il perd sa voiture en même temps que sa vie. De même, la Religion plante des panneaux de signalisation sur la voie de l’homme, ce qu’il doit faire et ne pas faire pour mener une bonne vie ici-bas comme dans l’Au-delà, ils le mettent en garde contre les fossés et les endroits dangereux.

 

La voie bitumée a pris place de la voie en terre, elle s’est modernisée, mais les panneaux restent tels quels, ils ont changé, peut-être, de forme et de couleur, ou certains nouveaux sont venus s’y ajouter, avec la création de nouvelles structures, mais le code de la route est immuable, il est construit pour sauver les vies humaines et non pour embellir les routes, qu’il y ait moins d’accidents, qu’il y ait moins ou pas de morts !

 

 

Pensez-vous que la modernité est un moyen de faire progresser la Religion ?

 

La Sourate 43, L’Ornement, nous révèle en ses Versets 22 et 23 :

 

‘’ Mais plutôt ils disent : Nous avons trouvé nos pères suivre une voie (un mode de vie) et nous nous conduisons sur leurs traces !

 

De même avant toi Nous n’avons envoyé personne avertir une cité sans que les opulents (injustes) ne disent : Nous avons trouvé nos pères suivre une voie et nous suivons leurs traces ! ‘’

 

Ce Verset et bien d’autres nous expliquent que le Coran déteste le traditionalisme aveugle où l’on cherche à perpétuer, de génération en génération, les croyances, les coutumes, les usages et les idées transmises par la tradition et que la société doit conserver à tout prix.

 

L’arrivée de 124.000 Prophètes et Messagers, la succession des Lois et Livres célestes témoignent que l’ancien a cédé la place au nouveau, à chaque étape.

 

Je laisserai à Bernard Shaw, cité plus haut, de vous répondre à ma place :

 

‘’ J’ai, toujours, tenu en haute estime la Religion de Mohammad à cause de son étonnante vitalité. Elle est la seule Religion qui m’apparaît apte à s’adapter aux changements des circonstances, à la variété des situations et à l’évolution des époques.’’

 

Je ferai miennes les paroles du Martyr Mourtaza Moutahari qui déclare :

 

‘’ Puisque les lois sont promulguées en fonction des besoins de l’homme et que les besoins sociaux de l’homme sont évolutifs, comment les lois sociales pourraient-elles, dès lors, être immuables ?

 

Cette question est pertinente et la réponse en est que l’un des miracles de l’Islam est justement le fait qu’il a promulgué des lois immuables pour les besoins immuables de l’homme et des lois souples et élastiques pour ses besoins provisoires et changeants.’’

 

 

Selon vous, comment ont évolué les mœurs face aux religions ?

 

Comme je viens de vous démontrer, par des exemples concrets, par des Versets du Coran et quelques Hadiths, que les mœurs ont évolué difficilement face à la Religion apportée par les Prophètes. En fait, à l’origine, la Religion n’était qu’unique, elle ne peut pas être différente d’un Prophète à un autre et qui émanait d’un Seul et Unique Dieu. Il est impensable et inadmissible que Dieu autorise aux uns à boire de l’alcool, à se marier entre eux, les frères et sœurs, à voler et à tuer, et interdise ces mêmes faits aux autres ! Ou qu’Il ordonne de prier, de jeûner, de donner l’aumône à certains tandis qu’Il en dispense le reste de l’humanité !

 

Il est vrai que certaines Lois ont subi des changements, dans leur forme, par rapport à leur période, pour prendre leur aspect définitif  à l’apparition du Sceau des  Prophètes, Hazrat Mouhammad (saw), et devenir une Loi éternelle pour toutes les époques jusqu’à la fin du temps.

 

Les gens s’accrochaient aux traditions de leurs ancêtres et ne voulaient pas suivre les Envoyés de Dieu qu’ils tuaient à la fin du compte ! Le Saint Coran en cite moins d’une trentaine de Prophètes et Messagers tels Adam, Noé, Abraham, Moise, Jacob, Zacharie, Jonas, Jean et Jésus, que la Paix soit sur eux tous, qui ont beaucoup souffert de la part de leurs peuples et des rois qui les gouvernaient, certains comme Nemroud et Pharaon, se proclamant, eux-mêmes, être des dieux !

 

 

Pensez vous que les religions peuvent-elle être un facteur de modernité ?

 

Certes, la Religion est un facteur de modernité. Les gens sont partagés en deux mondes : celui des rigides pour lesquels, les vieilles coutumes dépassées constituent des rites religieux qu’il faut préserver et celui des ignorants qui ont les yeux fixés sur le monde occidental afin de pouvoir imiter toute nouvelle mode et toute nouvelle coutume qu’ils appellent modernité et exigences de l’époque.

 

A l’appui de mes explications, je citerai Martyr Mourtaza Moutahari :

 

‘’ L'Islam est une religion progressiste, et il veut que ses adeptes soient progressistes eux aussi. Le Noble Coran a recouru à une parabole pour persuader les Musulmans de continuer de marcher en avant sous la lumière de l'Islam.

 

Il dit que les adeptes de Mohammad sont comme un grain semé dans le sol. Il fait d'abord sortir sa pousse, puis il devient robuste, il grossit, il se dresse sur sa tige. Il grossit si rapidement que les semeurs sont saisis d'admiration.

 

C'est là une analogie avec la société que le Coran vise. Ce que le Coran désire, c'est le développement. Il veut poser la fondation d'une société qui s'épanouit, se développe et s’étend continuellement. ‘’

 

De nouveaux problèmes surgissent, les conditions de vie changent, alors, il faut qu’il y ait, à toutes les époques, des savants religieux qui ont une parfaite connaissance des Lois Islamiques et qui se chargent de prendre en considération des situations nouvelles qui surviennent afin de pouvoir satisfaire les besoins des Musulmans.  

 

L’Islam a cette particularité qu’avec l’aide de ‘’ l’Ijtihad ‘’ qui constitue sa force motrice, il peut s’adapter toujours aux progrès continuels de la civilisation.

 

Ijtihad = la déduction des règlements à partir de leurs sources originelles (le Coran, les Hadiths et les Traditions des Imams)  par des savants éminents en théologie appelés Moujtahid.

 

Avez-vous quelques exemples à nous citer sur ce sujet à savoir des évolutions dû à la modernité ?

 

En Islam, certaines règles sont appelées recommandées et autorisées tandis que d’autres, détestables ou interdites.

 

Par exemple, si manger avec la main est conseillée, il n’est nullement interdit de manger avec la cuillère, la fourchette et le couteau.

 

Il n’est pas interdit de porter un bonnet africain, des chaussures européennes, un jean américain,  mais l’Islam, tout en recommandant certaines couleurs sans les exiger ou certaines coutures, n’admet pas une tenue vestimentaire indécente ou qui n’est pas appropriée à l’homme ou bien à la femme ou encore elle est indigne à son rang, à son genre ou à sa fonction.

 

L’Islam ordonne de ne pas perdre son identité, de ne pas se soumettre aveuglément aux autres, d’en être ensorcelé, de considérer un âne étranger mort un cheval !

 

La machine électrique peut remplacer le couteau traditionnel pour égorger l’animal, mais le Nom d’Allah doit être prononcé, sans quoi, la viande devient illicite à la consommation.

 

L’Islam suit la modernité sans changer le fonds.

 

‘’ Apprenez à vos enfants le tir à l’arc et la nage,’’ dit un Hadith. Les temps ont changé et le fusil, le pistolet ont remplacé la flèche. De nos jours, l’enfant doit apprendre à manier l’arme de son époque.

 

L’Islam divise en 5 parties les heures de la Prière obligatoire. Le Saint Prophète (saw) avait accompli, de son vivant, ces Prières en 3 fois, rassemblant les Prières de midi et de l’après-midi, à l’heure de midi, bien qu’elles soient distinctes et celles du soir, après le coucher du soleil, de la même manière que précédemment, sans rien y modifier, à l’exception de l’horaire.

 

Dès que Madina a retrouvé sa stabilité, le Prophète (saww) a fondé l’Etat Musulman avec la création des ‘’Droits de l’homme,’’ des ‘’Droits de la femme et des enfants,’’ le monde a attendu des siècles pour les comprendre et les adopter au nom de la modernité.

 

L’Islam encourage l’homme à acquérir la science de son temps, à suivre l’évolution, l’enfant doit être plus instruit que son père et dépasser son époque !  

 

L’Islam condamne d’importer l’immoralité et la perversité des autres, au nom de la civilisation, de croire que les Musulmans doivent être occidentalisés extérieurement et intérieurement, physiquement et spirituellement.

 

‘’ L’homme ne doit pas devenir esclave de la modernité car il n’est point de progrès qui ne tourne à sa complète servitude ; le confort nous enchaîne,’’ dit une citation.

 

 

Mulla Nissarhoussen RAJPAR

 

 

Menu

 

 

Rechercher sur le site

Accueil du site

Cours du Madressa

Divers Majaliss

 

Le Madressa

Activités du Madressa

Majaliss en vidéo

 

Les Majaliss

Cours Islamiques

Majaliss en audio

Suivez nous

Audios et Vidéo

Les Saints Prophètes

Calendrier Chiite

 

Nawhas et Qassidas

La Bibliothèque

Nous contacter

 

Création 

Référencement 

Shia 974    Copyright © 2008 / 2017 Tous droits réservés

Hébergement   

Retourner au contenu | Retourner au menu