Shia 974 (Chiite Réunion) - Les Maassoumines - Shia 974" Chiite à l'Ile de la Réunion

Aller au contenu

Menu principal :

Shia 974 ( Chiite à l'Ile de la Réunion )
Les Maassoumines

 

IMAM ALI VU PAR LES AUTRES

 

Qorbân Ali Mehr

 

 Pour connaître une figure emblématique de l’histoire on a très souvent recours aux témoignages des personnes qui de près ont vécu avec lui ou grâce aux traits et aux critères précis qui se dégagent de leur portrait. L’importance des points de vu des autres sur un personnage relève aussi des manifestation de la dimension honorable de ces personnes. Ici, les pensées émises expriment la sagesse, l’éloquence :

 

 « Que disent les gens dans leurs éloges      Alors que saint Coran lui a déjà fait des louanges » (1)

 

En effet il ne s’agit de personne d’autre que le successeur du noble prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée), l’époux de sa fille bien aimée Fatima Zâhra (as), le prince des croyants Ali ibn Abou Talib (as). Le saint Coran qui passe pour le plus éloquent et le plus illustre des livres fait sublimement son panégyrique. Cependant, ce que vous allez lire concerne les propos des personnalités scientifiques et politiques. Chacun use de sa langue comme il peut pour faire couler des belles phrases sur les attributs et les mérites de celui qui a beaucoup apporté à l’Islam au moment les plus sensibles de sont histoire.

 

 

IMAM ALI IBN ABOU TALIB A TRAVERS LES PROPOS DES CALIFES

 

1- ABOU BAKR IBN ABI KOUHAFA

 

a- « Dieu et son prophète disent la vérité. Le noble messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) me dit la nuit de l’hégire- alors que nous étions hors de la grotte en partance pour Médine : « La main d’Ali et la mienne sont égales en justice ». (2)

 

b- Aicha dit : « J’ai vu Abou Bakr regarder avec ferveur le visage d’Ali (as). Je lui demanda : ô père ! Tu regardes trop le visage d’Ali (pourquoi ?) Il dit : ma fille ! J’ai entendu le messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) dire : « Regarder Ali est un acte d’adoration ». (3)

 

c- Il est rapporté de Hârith ibn A’oûr qu’un jour, le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance) assis parmi ses compagnon dit : « Je vais vous présenter Adam dans sa connaissance, Nouh dans son intelligence, Ibrahim dans sa sagesse. Peu après Ali ibn Abou Talib (as) fit son entrée dans l’assemblée. Abou Bark réagit : ô messager de Dieu ! Qui est cette personne que tu présentes comme étant l’équivalent de trois prophètes ? Ne le connais-tu pas, Abou Bakr, reprit le prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée)? Abou Bakr déclara : Allah et son messager sont les plus savants. Il s’agit d’Abou Hassan Ali ibn Abou Talib, dévoila-t-il enfin. Abou Bakr s’exclama : Félicitation, ô Abou Hassan. On peut trouver quelqu’un comme toi nulle part ailleurs ». (4)

 

d- Un jeune rapporte : « Abou Bakr, assis quelque s’écria quand il vit Ali ibn Abou Talib (as) venir de loin : « Qui aimerais voir le plus grand des hommes, le plus proche du prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée), celui dont les attributs sont inégalables et qui a le moins besoin de l’aide des gens. Oui c’est celui-là qui apparaît de loin là-bas. (5)

 

e- Il est rapporté de Qays ibn Hâzim : « Abou Bakr s’était rencontré avec Ali ibn Abou Talib (as). Abou Bakr le regarda et sourit. Imam Ali (as) lui demanda pourquoi il souriait ? Il répondit : J’ai entendu le messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) dire : « Personne ne pourra traverser le Pont si ce n’est celui dont Ali aurait délivré un passeport ». (6)

 

 

2- OUMAR IBN KHATAB

 

a- Il est rapporté d’Oumar ibn Khatâb : « Nous étions assis, Abou Bakr, Abou Oubeid, moi-même et un groupe de compagnons. Le noble prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) posa sa main sur l’épaule d’Ali ibn Abou Talib (as) et dit : « ô Ali : Tu es le premier des croyants qui a accepté l’Islam. Tu es pour moi ce que Hâroun était pour Moïse ». (7)

 

b- Il est rapporté d’Oumar ibn Khatâb : « Le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée)avait fait de Ali ibn Abou Talib (as) le guide des musulmans. Il dit en effet : « Quiconque je fut le maître, Ali est le maître. Seigneur, aime celui qui l’aimera. Déteste celui qui le détestera. Humilie celui qui tentera de l’humilier et assiste celui qui l’assistera. Seigneur ! Tu es mon témoin sur eux ». (8)

 

c- Il est rapporté d’Ibn Abbas qui dit : « Oumar et moi avancions dans une rue de Médine lorsqu’il me dit : « … ô Ibn Abbas… Je jure avoir entendu le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée)dire à Ali ibn Abou Talib (as) : « Quiconque aime Ali m’aime. Et quiconque m’aime aime Dieu. Et Dieu fera entrer celui qui l’aime dans son Paradis ». (9)

 

d- Oumar déclare : « Les femmes ne sont pas capables de mettre au monde un enfant comme Ali (as) ». (10)

 

e- Oumar ibn Khatâb dit : « Le plus lucide de nous dans l’arbitrage et le jugement est Ali ibn Abou Talib ». (11)

 

f- Oumar ibn Khatâb dit : « j’ai entendu le messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) dire : « Tout lien et relations seront rompus le Jour du Jugement, sauf mes liens et mes rapports avec les enfants d’Adam. J’aurai avec eux les mêmes rapports qu’ils ont avec leurs parents, en dehors des enfants de Fatima (as). En réalité je suis leur père ». (12)

 

 

3- OUSMAN IBN AFAN

 

a- Ousmane revint vers Ali ibn Abou Talib (as) et sollicita que ce dernier se retourne vers lui. Ali (as) se tourna vers lui. C’est alors qu’il se mit à le regarder. Le prince des croyants demanda : « que se passe-t-il Ousmane ? Pourquoi me regardes-tu ainsi ? J’ai entendu du noble prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) que te regarder est un acte d’adoration, répondit-il ».

 

b- Les propos d’Ousmane s’adressant à imam Ali ibn Abou Talib (as) : « … Je jure par Dieu que je n’aimerais pas rester en vie si tu venais à mourir. Car je ne vois pas quelqu’un d’approprié pour la succession. Je ne vois personne te refusant une voix dans le choix du calife après moi ». (14)

 

 

IMAM ALI A TRAVERS LES PAROLES DES SAVANTS MUSULMANS

 

Khôjeh Nasîrud Dîn affirme (15) : « Ali est le plus savant qui a toujours été avec le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée). Il était très généreux et paraissait le plus pieux et le plus dévoué  de tous après le messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée). Sa foi précédait celle de tous, son discours était le plus éloquent, son avis demeurait irréfutable et il reste le seul qui protégeait le Livre et pratiquait ses prescriptions. L’assistance et l’affection pour lui sont des obligations. Il était au même niveau que le prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée). Il est la source dont la plupart des savants tiennent leurs sciences. (16)

 

Sheikh Bahâoud Dîn Amilî propose une bonne affirmation au sujet des attributs d’imam Ali (as)  dans l’un de ces livres: «   c’était un noble et brave homme sur qui on peut tout dire sauf ce que les chrétiens disent de Jésus (as). C’est lui que le messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) avait désigné comme guide de la création. Il fut le plus honorable des créatures et le plus glorieux des hommes. Ali est le plus pur des enfants qui a grandi au sein des Qorayshites. Il est le secret de l’arche de Noé, l’aile sous le feu parlant et la combinaison du trône de Souleymane ». (18)

 

Ibn Abi Hadid, homme de lettre et poète Mou’tazili du septième siècle de l’hégire dit dans la préface de son livre « le commentaire de Nahjul Balagha » : « Les propos d’Ali ibn Abou Talib (as) sont proches des paroles du Créateur et loin des propos des créatures. Tous ont appris de lui l’art du discours et de l’écrit. Appréciez comment l’éloquence s’est laissée tenir en bride par cet homme. Admirez avec quel extraordinaire rythme les mots s’agencent et se soumettent à lui, tel une source qui sans effort jaillie des entrailles de la terre. Gloire à Dieu  qu’un jeune Arabe ait pu ainsi grandir dans une ville comme la Mecque sans rencontrer un savant, mais dont les propos sont plus élevés que ceux de Platon et d’Aristote réunis. Un enfant qui n’a pas vécu avec les sages, mais dont les attitude dépassent de loin celles de Socrate ». (19)

 

Ibn Abi Hadid déclare à propos des qualités d’Ali ibn Abou Talib (as) : « le verbe était l’une de ces qualités. C’est comme nous pouvons dire que le jour est illuminé et la lune brille ». Il affirme encore : « La jurisprudence est l’une des sciences dont le fondateur est imam Ali (as). Tout jurisconsulte en islam jouit forcement des avantages de son savoir dans le domaine. L’exégète du saint Coran est une autre branche des sciences islamiques dont la base est d’Ali ibn Abou Talib (as). La plupart des œuvres de commentaire sur le saint Coran sont d’Ali (as) et d’Ibn Abbas. Tout le monde sait qu’Ibn Abbas était permanemment avec lui. Il puisait de lui les sciences de l’exégète du saint Coran, jusqu’au jour qu’il dit : « Que penses-tu du niveau de ta connaissance par rapport à celui d’Ali (as) ? Une goutte d’eau par rapport à la mer, répondit-il ». (20)

 

Ibn Abi Hadid dévoile au sujet de l’engouement que toutes les tendances idéologiques (musulmans comme non musulmans) ont sur imam Ali (as) : « Que dire de l’homme pour qui les juifs et les chrétiens éprouvent de l’estime, malgré le fait qu’ils n’ont pas accepté l’islam. Celui pour qui les philosophes vouent respect et considération en dépit de leur indifférence pour la religion. Celui pour qui les empereurs romains et occidentaux ont rêvassé dans les temples et les sanctuaires. L’homme dont les sultans turcs et daïlamites se sont inspirés de l’image comme motif pour leurs épées personnelles ». (21)  « Que dire de celui dont toutes les qualités s’attribuent et dont toutes les tendances prennent leur source.  Que dire de celui dont tous s’arrachent l’origine de leur groupe. Bref imam Ali (as) était pétrit de toutes les qualités qu’on peut imaginer ». (22)

 

Ibn Hajar Asqalâni rapporte (23) : « Un sage Arabe déclara lorsque imam Ali (as) fit son entrée dans la cité de Koufa : « Je jure par Dieu c’est toi qui fais honneur au califat car on ne peut pas dire qu’il (le califat) t’a honoré. C’est toi qui as élevé le califat et non l’inverse. Il avait plus besoin de toi que toi de lui ». (24)

 

On demanda à Khalil ibn Ahmad (25) : « Qui est le plus courageux entre Ali d’une part, Anbassa (26) et Bastâm (27) d’autre part ? Comparez Anbassa et Bastâm avec les humains car Ali est au-delà des humains ». (28)

 

Khatib Khârazmi de Khalil ibn Ahmad (29) soutient que imam Ali (as) est le digne successeur de la science de la prophétie : « c’est le prince des croyants, le plus brave et le digne des sciences de la prophétie. Il est la forteresse, le calife digne de confiance, le plus savant de tout ce qu’il y a dans cette terre et dans les cieux. Il est le frère du prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée), son cousin et son consolateur. Ses enfants sont les enfants du prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée), sa chair, son sang et ses os sont ceux du prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée). Sa science est celle du prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée). Faire la paix avec lui, c’est comme faire la paix avec le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée)et le combattre s’assimile à combattre le noble prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée). Il est le fleuve des qualités, la mer des mérites dans ce monde. et le caveau du monothéisme et de la justice ressortent de ses paroles. L’esprit saint (l’ange Gabriel) le couvrait de la tête au pieds et témoignait de ses qualités ». (30)

 

Mas’oûdi (31), un savant musulman de renom dit : « les éléments suivants font partie des critères de distinction des qualités et de mérites entre les compagnons du noble prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) :

1- primauté dans la foi.

2- Assistance au prophète paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa famille.

3- Les liens et les rapports avec lui.

4- Loyauté et dévotion dans sa cause.

5- Niveau de connaissance du saint Coran.

6- Le Djihad dans la voie de Dieu.

7- La piété et ascétisme.

8- Honnêteté dans le jugement.

9- Modestie.

10- Le savoir et la connaissance.

 

Ali ibn Abou Talib (as) est celui qui excédait le plus dans l’ensemble de ces qualités… Le foisonnement de ces qualités en lui a poussé le sceau des prophètes (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée) à dire : « Tu es mon frère, ô Ali ! » « Tu es pour moi ce que Hâroun était pour Moïse », « Quiconque je fut le maître, Ali est le maître. Seigneur, aime celui qui l’aimera. Déteste celui qui le détestera. Humilie celui qui tentera de l’humilier et assiste celui qui l’assistera. Seigneur ! Tu es mon témoin sur eux ». (32)

 

Abdoullah ibn Oumar déclare : « Il y a trois mérite en Ali (as) que si j’avais seulement l’un, cela m’aurait été suffisant que des chameaux au pelage rouge (dont la valeurs est bien considérable) : 1- Il est le mari de la fille unique du messager de Dieu(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée). 2- Il fut le porte-étendard victorieux lors de la bataille de Kheibar. 3- La mise en application du verset de Najwâ ». (33)

 

Nous avons aussi des propos des savants contemporains sur l’éloquence et la grandeur d’imam Ali (as) Sheikh Mouhammad Abda dit dans le sommaire de son commentaire sur la voie de l’éloquence (Nahjul Balagha) : « Personne de tous les peuples arabes n’en disconvient pas qu’après le saint Coran et les propos du noble prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée), les propos d’imam Ali (as) sont d’une éloquence et d’une signification profonde. (34)

 

Taha Houssein part de ce même principe pour affirmer : « Après le sain Coran et les propos du prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée), je ne connais pas de réponse plus convaincante que les paroles d’imam Ali (as) ». (35)

 

Shakib Irsâne le locuteur connu sous le surnom de Amir-ul- Bayâne, un célèbre écrivain de notre époque était présent dans une assise organisée en son honneur lorsqu’un des orateurs dit dans son discours : « Deux personnages historiques sont plus digne de porter le nom d’Amir-ul-Bayâne : le premier est imam Ali ibn Abou Talib (as) et le second est Shakib Irsilâne. Ayant entendu une telle déclaration, Shakib, très contrarié se leva et dit à la télévision : « Qui suis-je par rapport à Ali ibn Abou Talib (as) ? Je n’atteins pas le niveau des lacets de ses chaussures ». (36)

 

Mouhammad Farid Wajdî, un savant Egyptiens dit : « Imam Ali (as) rassemblait en lui tellement de qualités qu’aucune autre personne. Connaissance large, courage exacerbé, éloquence fluide. A cela s’ajoute la noblesse de caractère et d’ascendance. Des attributs qu’on trouve rarement à la fois sur une personne. C’est ce même Ali (as) qui avait des compagnons qui, à cause de leur amour pour ce bas monde, s’étaient faits un vide entre eux et lui ». (37)

 

Nous terminerons avec l’assertion de Oumar ibn Abdou Aziz et Anas ibn Mâlik : « Si le Créateur d’Ali laisse paraître la réalité de son être, les gens deviendront mécréants car tous le concevraient comme un dieu et viendront se prosterner devant lui. Ce point suffit juste pour que certains arrivent souvent à douter s’il est de Dieu ou de la création ». (38)

 

Anas ibn Mâlik (39) rapporte : « après la bataille de Kheibar, les gens avaient pris l’habitude de porter  leur enfants sur le dos pour se tenir près de la route. Dès qu’il voyait Ali (as) apparaître, il le montrait du doigt et demandait à l’enfant : « aimes-tu cet homme qui vient là-bas ? si l’enfant répondait par l’affirmative, il avait droit au baiser de son père. Dans le cas contraire il laissait tomber l’enfant en lui disant d’aller rejoindre sa mère ». (40)

 

 

IMAM ALI DANS LA PENSEE DES SAVANTS NON MUSULMANS

 

L’étonnement que suscite la profondeur des paroles de savants non musulmans au sujet d’imam Ali (as) suffit pour comprendre que c’est un homme sans pareil. La véracité de leur propos traduit clairement leur bonne foi. Voici quelques exemples d’affirmations des savants non musulmans sur imam Ali (as) :

 

L’une des déclarations stupéfiantes sur imam Ali (as) est celle de Shabli Shamil, un fervent partisan du matérialisme : « Imam Ali ibn Abou Talib (as) est le grand des grands. C’est un spécimen unique dont pareil n’a été vu ni à l’Est, ni à l’Ouest, ni au Nord, ni au Sud, ni dans le passé, encore moins de nos jours ». (41)

 

Georges Gerdok, un chrétien écrit dans son livre « imam Ali ibn Abou Talib (as), la voie de la justice » (après avoir fait les éloges sur les prouesses de ce dernier) : « ô monde ! Que se serait-il passé si tu avais rassemblé toutes tes forces et toutes tes capacités pour faire naître à chaque époque une personne sage, intelligente, illustre et courageuse comme Ali (as) ». (43)

 

Il continue en disant : « Quand bien même imam Ali ibn Abou Talib (as) n’a pas régné sur les gens comme les tyrans le font, il a toujours été un guide intrinsèque dans les cœurs des gens purs. Ses caractéristiques en tant qu’un modèle lui ont été attribuées pour qu’il règne dans les cœurs ». (44)

 

Washington arnik, un éminent savant américain le qualifie de « lion de Dieu » en disant : « Ali est issu de la plus noble tribu arabe, les Qorayshites. Il avait trois qualités sublimes à savoir le courage, l’éloquence et la munificence. C’est son courage qui lui a fait mérité le titre de « lion de Dieu », un surnom que le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa descendance purifiée)lui avait donné ». (45)

 

Docteur Boulis Salâma, un homme de lettre chrétien assimile imam Ali (as) d’étoile brillante de la science et de la littérature : « Imam Ali (as) était arrivé à un niveau où un écrivain réputé s’inspirerait de ses pas et un jurisconsulte centrerait ses recherches sur ses traces. Il ne tenait pas compte des exceptions et sortait ses jugements convenablement. Il ne faisait aucune distinction entre le maître et l’esclave et manifestait toujours sa tristesse face aux orphelins et aux misérables ». (46)

 

Madame Delafois, une Française déclare : « Les musulmans ont infiniment du respect envers Ali (as). Et c’est tout à  fait normal parce qu’en plus des services énormes qu’il a rendus à l’Islam dans ses batailles, il était l’expression de la noblesse, d’équités et des qualités incomparables. Il a laissé une descendance pure. Ses enfants ont suivi sa voie et ont été  injustement assassinés dans la protection des intérêts de l’Islam. C’est lui qui a détruit toutes les idoles que les Arabes associaient à Dieu, pour le remplacer par le culte du monothéisme qu’il s’est efforcé de transmettre. Son attitude frisait la justice à tout moment et il n’a jamais fléchi face à la mise en application des principes de loi divine. Il se comportait équitablement avec les musulmans ». Elle continue en ces termes : « Laissez couler les larmes mes yeux ! Laissez vos larmes s’associer aux sanglots afin de se lamenter pour les enfants du prophète paix et bénédiction de Dieu sur lui et sa famille qui ont été assassinés injustement ». (47)

 

Georgie zaydan, un écrivain chrétien affirme : « Mon entendement ne me laisse pas dire que Jésus est au dessus d’Ali (as). Ma religion ne me permet par de dire que Ali (as) est plus élevé que le Messie ». (48)

 

Le Docteur Boulis Salâma, un poète libanais qui a écrit près de 3500 vers de poésie rien que pour imam Ali, imam Hassan et imam Houssein (as) et un livre de 300 pages sur la fête de Ghadir dit : « Je suis un chrétien, mais j’ai une vision avertie. Je ne suis pas fermé dans la perception des choses. Je suis un chrétien qui parle d’une grande personnalité sur qui les musulmans dise : « Dieu est satisfait de lui et peut-être le respecte. Les chrétiens parlent de lui entre eux et profitent des lumières de ses enseignements et s’inspirent de son modèle dans la permanence de sa foi. Les gens de Dieu aimeraient adorer Dieu comme lui en suivant les voies qu’il a suivies pour atteindre la perfection atteinte par lui. L’histoire est pleine des gens nobles. Mais on peut dire que Ali (as) est le plus noble d’eux tous ». « Ali ! Ta personnalité est l’étoile la plus élevée de la constellation. Elle est marquée par une lumière qu’aucun nuage n’arrive à ternir. O maître des lettres ! Ta manière de s’exprimer est à l’image de l’océan qui dans ses vagues consolide et unit les âmes ».(49)

 

Jabarân Khalil Jabarân, un poète et philosophe chrétien déclare : « Ali (as) était une âme complète et une source où coulaient les mélodies de l’éternité sous les cieux d’Arabie. Et comme il était au-delà de leur temps, les Arabes de pouvaient pas le connaître encore moins s’imprégner de sa connaissance. Tout ce qu’on n’a pu dire de lui n’est qu’une goutte d’eau par rapport à la mer ou un grain dans le désert.  Selon moi, le fils d’Abou Talib est le premier saint relié à la mémoire du monde avec qui il a cohabité et s’est consolidé. Il est le premier qui a porté dans les oreilles les mélodies de l’univers. Des mélodies jamais entendues jusqu’ici. Une mutation s’est opérée entre ses dires et l’obscurantisme d’antan. Ainsi celui qui se lie à lui exprime son ascension vers la lumière et celui qui lui voue inimitié prouve qu’il vit encore à l’époque de l’obscurantisme ». (50)

 

Souleymane Kitâni le décrit ainsi : « Malgré la fluidité des plumes sur le portrait d’Ali (as) et ses gloires, malgré la réalité qui le dégage des personnages mythiques, beaucoup de choses restent encore inédites sur sa gloire et son héroïsme. En effet, Ali (as) est au-delà de ce que les écrivains ont pu dire sur lui. Les mots et les expressions ne suffisent pas pour exprimer ses qualités… Tout ce qu’on dit sur imam Ali ibn Abou Talib (as) souffre des limites du temps et de l’espace. Les mots utilisés sont limités aussi bien dans le sens que dans le contexte. Beaucoup de plumes ont confiné les réalités de ce grand personnage dans des termes et des idiomes dépourvus de vitalité. Elles n’ont pas pu s’envoler de l’espace de la Mecque avec elle ». (51)

 

Nous dirons en guise de conclusion que tout ce qui a été dit est un exemple de milliers d’articles dédiés à la même personne. Les avis qui ont été émis ne sont qu’une infime partie de ce qu’on a pu dire sur lui jusqu’aujourd’hui. Ali (as) est un phénomène unique que le monde n’a jamais connu et ne connaîtra jamais. Ce qui a été dit, ce que nous disons et ce qui sera dit ne sera qu’une simple goutte d’eau par rapport à l’océan de la grandeur et des mérites du maître des monothéistes.

 

 

NOTE

 

1-Que disent les gens dans leurs éloges      Alors que saint Coran lui a déjà fait des louanges

 

2- Ibn Maghâzili, Manâqib, hadith 70, page 129 ; Ibn Asâkir, commentaire sur Ali dans tarikhul Damashq, t42, p379 ; Qandouzî Hanafi, Sheikh Souleymane, Yanâbi’ul mawadda, Bâb manâqibu Sab’oûn, p 277 ; Moutaqqi Hindi, Kanzul Oummal, t11, p604.

 

3- Ibn Kathir, Bidâya wa nihâya, t7, p358 ; Souyouti, Tahrkhul Khulafâ, p172 ; Ibn Maghâzili, Manâqib, p210 ; Ibn Asâkir, commentaire sur Ali dans tarikhul Damashq, t42, p350

 

4- Manâqibu Jawârazmi, chap 7, p47

 

5- Ibn Asâkir Tarikhul Amirul Mouminin, t3, p70, hadith 1100 ; Manâqibu Jawârazmi, chap 14, p98

 

6- Askalâni ibn Hajar, Sawâ’iqul Mahraka, p 126 ; Ibn Maghâzili Shâfi’i, Manâqib Ali, p210, 119

 

7- Qandouzî Hanafi, Sheikh Souleymane, Yanâbi’ul mawadda, t2, p146

 

8- Qandouzî Hanafi, Sheikh Souleymane, Yanâbi’ul mawadda, t2, p146

 

9- Ibn Asâkir, commentaire sur Ali dans tarikhul Damashq, t47, p292

 

10- Qandouzî Hanafi, Sheikh Souleymane, Yanâbi’ul mawadda, t65, p448

 

11- Abi Noue’im, Hâfiz, Hilliyat ul Aoliyâ, t1, p61 ; Souyouti Tarikhul Khulafâ, p 170 ; Ibn Kathir, Bidâya wa nihâya, t7, p360 ; Belarzi, Insâbul ashrâf, t2, p97 ; Tazkirat ul Hâfiz, t2, p820

 

12- Qandouzî Hanafi, Sheikh Souleymane, Yanâbi’ul mawadda, t57, p320

 

13- Ibn Kathir, Bidâya wa nihâya, bab fadhâ’ilul Ali t7, p358 ; Souyouti, Tahrkhul Khulafâ, p172 ; Ibn Asâkir, commentaire sur Ali dans tarikhul Damashq, t42, p350

 

14- Abdoul Fatâh, Abdoul Maqsoûd, imam Ali ibn Abou Talib (à l’époque de Ousmane), p202

 

15- Mouhammad ibn Fakhr ul Dîn connu sous le nom de Khôjeh Nasrul Dîn I’zâm ul Rijâl 7ème siècle hégire, un savant iranien, il est né en 597 à Qom et est décédé à Bagdad en 672 (Majâlis ul Ashâq, p323 ; Tarikul Haqâ’iq, t2, p291, Dictionnaire DehKhoudâ, t13, 19931)

 

16- Un groupe de penseurs, récits de Ghadir, p 281

 

17- Mouhammad ibn Houssein Amili, connu sous le nom de Sheikh Bahâ’i, savant réputé de l’époque du Shah Abbas en 953 hégire. Il est né à Ba’labak et est décédé en 1031 hégire (I’lâm ul Raz Kouli, t3, p889 ; Majma’ul Soufahâ, t2, Dictionnaire Dehkhoudâ, t3, p4426)

 

18-  Un groupe de penseurs, récits de Ghadir, p 281

 

19- Ibn Asâkir, Traduction sur imam Ali ibn Abou Talib  dans tarikhul Damashq, t2, p80

 

20- Ibn Abi Hadid, commentaire de Nahjul Balâgha, t1, p11

 

21- Ibn Abi Hadid, commentaire de Nahjul Balâgha, t1, p16

 

22- Ibn Abi Hadid, commentaire de Nahjul Balâgha, t1, p28

 

23- Abou FAdhl SHahâbud Dîn Ahmad ibn Ali Asqalâni (né en 773 et port en 852) Historien et compilateur de hadith, Egyptien d’obédience Shâfi’ite (Dictionnaire Dehkhoudâ, t1, p269)

 

24- Mourtadha Moutahhari, bref aperçu sur Nahjul Balâgha, p19

 

25- Abou Sa’id, un compilateur de Hadith  né en 291 et port en 378 (Dic Dehkhouda, t6 ; p8727)

 

26- Ibn Sahîm Koulabi, un grand guerrier. Il devint gouverneur d’Andalousie en 103. il y fit de nombreuses conquêtes (Al Bayân ul Maghrib), t2, p27 ; dic Dehkhouda, t10, p14464)

 

27- Bastâm ibn Qays ibn Mas’oûd, un grand chevalier arabe de l’époque de l’ignorance ; de même qu’on s’inspirait de ses prouesses chevaleresque pour faire des proverbes(Dic Dehkhouda, t3, p4145)

 

28-  Mourtadha Moutahhari, bref aperçu sur Nahjul Balâgha, p119

 

29- Mouwaffaq ibn Ahmad connu sous le nom de Akhtab Khawârazm un savant (revu Daneshwarân, t4, p1 ; dic Dehkhouda, t6, 8674)

 

30- Mourtadha Moutahhari, bref aperçu sur Nahjul Balâgha, p16

 

 

Menu

 

 

Rechercher sur le site

Accueil du site

Cours du Madressa

Divers Majaliss

 

Le Madressa

Activités du Madressa

Majaliss en vidéo

 

Les Majaliss

Cours Islamiques

Majaliss en audio

Suivez nous

Audios et Vidéo

Les Saints Prophètes

Calendrier Chiite

 

Nawhas et Qassidas

La Bibliothèque

Nous contacter

 

Création 

Référencement 

Shia 974    Copyright © 2008 / 2017 Tous droits réservés

Hébergement   

Retourner au contenu | Retourner au menu