Discours prononcés au Jardin d'Etat le 20 Octobre 2013 - Shia 974" Chiite à l'Ile de la Réunion

Aller au contenu

Menu principal :

Shia 974 ( Chiite à l'Ile de la Réunion )
Divers articles

Discours prononcés au Jardin d'Etat à l'occasion de la fête des personnes âgées
le
20 Octobre 2013


Dieu, Le Maître des mondes, déclare dans Son Livre, le Saint Coran, aux Versets 23 et 24 du Chapitre 17 Al Isrâ ou le Voyage Nocturne :

‘’ Et ton Seigneur a décrété : « n’adorez que Lui, et marquez de la bonté envers les père et mère : si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : ‘’Fi !’’ et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses.’’


‘’Et, par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité et dis : Ô mon Seigneur ! Fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit ! »‘’


Pour ne pas vous retenir trop longtemps, je voudrais, en quelques mots, attirer votre aimable attention seulement sur deux points :


- Le Seigneur des mondes donne l’ordre au Croyant et de la plus haute importance, parce qu’il s’agit de son Salut éternel, de n’adorer que Lui Seul, et de témoigner de la bonté envers ses parents, sans évoquer les devoirs auxquels celui-ci est soumis, certains constituent les piliers de la Religion. Voilà qui prouve le statut élevé des parents ! S’Il est Le Créateur Divin, les père et mère sont les créateurs humains par lesquels l’homme voit le jour dans ce monde.


- Pour une fin utile à la vie de cet être, dans ce monde comme dans l’autre, celui que Dieu appelle la meilleure de Ses créatures, le Saint Coran va plus loin dans ses commandements en prescrivant de ne point leur dire ‘’Fi.’’ S’il y avait un mot encore plus fort que celui-ci, Dieu l’aurait choisi. Ces deux alphabets pèsent lourds sur la balance de la Morale.


La bonté envers les parents se traduit par le respect, la politesse, l’amour, l’affection, le bon comportement, un langage qui n’infecte pas leurs oreilles ; se montrer tout petit, insignifiant en leur présence ; ne jamais les mépriser ou les tenir en piètre estime ; n’être jamais une épine dans leurs pieds ; avoir pour eux un regard gracieux qui baigne les prunelles ; ne hausser jamais le ton et parler avec eux à demi-voix ;  ne pas lever ses mains devant eux ; ne jamais les devancer en marchant, mais rester toujours derrière eux à l’image d’un serviteur. . . .


Enfant, notre vie commence dans la faiblesse et, devenant vieux, elle se termine dans la faiblesse. Cette voie lactée d’une blancheur éclatante qui couvre les cheveux était une fois noire comme de l’encre.


‘’La blancheur des cheveux est la lumière de Dieu,’’ dit le Prophète de l’Islam.


‘’Respecter une personne âgée c’est respecter Dieu,’’ dit-il en un autre endroit.


‘’Ceux qui respectent les personnes âgées, pour leur âge et leurs cheveux blancs seront, par Dieu, sauvés du grand effroi du Jugement Dernier,’’ dit encore le Saint Prophète de Dieu.


Article: Mulla Nissar

 

Menu

 

 

Rechercher sur le site

Accueil du site

Cours du Madressa

Divers Majaliss

 

Le Madressa

Activités du Madressa

Majaliss en vidéo

 

Les Majaliss

Cours Islamiques

Majaliss en audio

Suivez nous

Audios et Vidéo

Les Saints Prophètes

Calendrier Chiite

 

Nawhas et Qassidas

La Bibliothèque

Nous contacter

 

Création 

Référencement 

Shia 974    Copyright © 2008 / 2018 Tous droits réservés

Hébergement   

Retourner au contenu | Retourner au menu