Shia 974 (Chiite Réunion) - L'Histoire de l'Islam - Biographie de Bilal - Shia 974" Chiite à l'Ile de la Réunion

Aller au contenu

Menu principal :

L'Histoire de l'Islam > L'Histoire de l'Islam
Shia 974 ( Chiite à l'Ile de la Réunion )
L'Histoire de l'Islam

 

La biographie de Bilal (Ammar Nakshwani, Muharram 2010)

 

 

Notre St-Prophète saw est né en 570 après Jésus Christ c’est-à-dire lors de l’année de l’éléphant  - Amoul Fil.  Vous vous souvenez tous qu’Abraha était venu à la Mecque dans le but de détruire la Ste-Kaaba. Quand Abraha quitta Makka tandis que son armée était détruite par les oiseaux, il était accompagné de sa sœur et sa fille. La fille d’Abraha s’appelait Joumana. Elle était capturée comme prisonnière par les Khazhamaites qui la vendirent aux Bani Jouma’. Le chef de cette tribu était Khalaf. Khalaf décida que Joumana soit confiée aux soins d’un de ses esclaves personnels qui s’appelait Rabah. Son rôle était de garder le temple où se trouvaient les idoles[1]. (Les Arabes croyaient en un Dieu Unique mais ils étaient moushrik. Ils érigeaient une image à l’effigie de Dieu.) Joumana et Rabah se marièrent et eurent deux fils (Bilal et Khalid) et une fille (Goufra).  Ainsi, le grand-père maternel de Bilal était Abraha qui voulait détruire la Sainte-Kaaba.

 

La famille de Bilal vivait de façon prospère malgré le fait qu’ils étaient des esclaves. Plus tard, quand Khalaf mourut, son fils Oumayyah devint chef de la tribu et quand Rabah décéda, son fils Bilal devint le gardien du temple où étaient gardées les idoles. Oumayyah était un des aristocrates d’Arabie et il devint l’ennemi juré de Mouhammad saw quand il commença à prêcher l’Islam. Oumayyah était le maître de Bilal.

 

Chaque jour, Bilal se rendait au temple et s’asseyait près des idoles. Il raconte : « Quand je m’asseyais près des idoles, je me demandais comment je peux adorer ces idoles qui ne peuvent même pas se défendre. »

 

Quand Bilal était jeune, son meilleur ami était Ammar-e-Yassir. Un jour, quand il était avec Oumayyah, il vit qu’on emmenait Ammar-e-Yassir. Il en demanda la raison. On lui expliqua que c’était parce qu’Ammar croyait en l’Islam. Il questionna alors à propos de l’Islam et il apprit à ce moment-là que c’était une religion qui prétendait que Noirs et Blancs pourraient être égaux. C’était bien la première fois qu’il entendait de tels propos. C’était la première fois qu’il entendait qu’il était égal à son maître. Attirée par cette religion, Bilal alla rencontrer le Saint-Prophète saw en secret. Il fut tout de suite convaincu par le message de l’Islam. Mais Rassouloullah lui demanda de garder sa conversion secrète.

 

Un jour, Bilal était en face de Houbal. Il avait les clés du temple. Personne ne le voyait. Tout à coup, il cracha sur Houbal. En agissant ainsi, il voulait montrer son dégoût pour l’idole. Mais il y avait un homme qui espionnait Bilal.

 

Comme nous l’avons expliqué précédemment[2], Oumme Jamil, la femme d’Abou Soufiyane, dirigeait le Dar-oun-Nadwa, le Parlement Arabe. Elle avait l’habitude de dire que celui qui veut joindre son Parlement doit s’assurer que personne dans sa tribu ne rejoigne Mouhammad saw.

 

Un jour quand Oumayyah se rendait au Dar-oun-Nadva, quelqu’un vint le voir et lui dit : « Oumayyah, vous ne pouvez pas assister au parlement. » Il demanda « Pourquoi ? » Il répondit « Est-ce que vous ne savez pas à propos de Bilal ? Bilal a été vu en train de parler à Mouhammad et maintenant, il suit la religion de Mouhammad. » Quand Oumayyah entendit ceci, il fit demi-tour et partit interroger Bilal pour lui demander s’il avait vraiment accepté l’Islam. Bilal avoua que oui. Oumayyah était  très en colère et cria : « Je me suis occupé de toi, j’ai protégé ton père, comment oses-tu adhérer la religion de Mouhammad ? » Bilal répondit : « La religion de Mouhammad m’apporte la liberté tandis que ta religion m’apporte l’oppression. » Oumayyah, furieux, ordonna qu’on allonge Bilal, puis il le frappa violemment. Il força Bilal à admettre que Houbal est le Dieu. Mais Bilal continuait à dire « Ahad, ahad ». Le lendemain, on mit Bilal sur le sable chaud et on posa une grosse roche sur lui. Malgré ces tortures, Bilal continuait à dire : « Ahad, ahad ».

 

Oumayyah faisait des cauchemars concernant le fait que Bilal soit devenu musulman. Ne supportant plus ces cauchemars qui le traumatisaient, il ordonna aux enfants de la ville de lancer des cailloux sur Bilal.

 

Il y a des gens aujourd’hui en Occident qui disent qu’ils ne peuvent pas être religieux car c’est trop dur. Doivent-ils subir les mêmes mauvais traitements que Bilal ? Se rendent-ils compte que Bilal se faisait flageller pour son amour pour Rassouloullah ?

 

Même Amr al-Aas raconte qu’il passait à côté de Bilal quand il subissait ces tortures. Il dit à Oumayyah : « Tu as certes assez torturé cet homme ! » Mais Oumayyah ne mettait pas un terme à ce mauvais traitement.

 

Finalement, le Saint-Prophète saw vint voir Oumayyah et paya une rançon pour que Bilal soit libéré. Abou Bakr alla avec 5 onces[3] d’or et c’est comme cela que Bilal fut libéré de l’oppression.

 

Bilal émigra alors vers Médine. Quand les musulmans émigrèrent à Madina, Abou Soufiyane et Abou Jahal n’arrêtaient pas d’attaquer les périphéries de Madina car ils ne pouvaient pas supporter que Mouhammad saw ait pu arriver à Médine sain et sauf et que leur plan pour tuer Rassouloullah ait échoué. Ils continuèrent ainsi jusqu’en l’an 2 A.H., date à laquelle la bataille de Badr eut lieu. Au début, Oumayyah était assis dans la région de Makka et il ne voulait pas aller à la bataille de Badr. Un jour, un de ses compagnons alla le voir et lui dit : « Ô Oumayyah, prends un peu de eye-liner[4] et mets-en sur toi. » Oumayyah lui demanda : « Pourquoi ? » Il répondit : « Parce que tu agis comme une femme. Nous sommes en train de partir pour la bataille de Badr et toi, tu es assis là. » À ce moment-là, Oumayyah répondit : « Non, je vais vous rejoindre. »

 

À Badr, tandis que Bilal se battait, il vit Oumayyah de loin. (Au début de la bataille, Oumayyah était très protégé par Abda Rahman ibne Awf. En effet, même s’il était musulman, Abda Rahman ibne Awf essayait de protéger Oumayyah au début. Vous savez que ces nouveaux musulmans avaient des amis du temps du Jahiliyya.) Bilal et Oumayyah s’interpellèrent et se rejoignirent. Bilal réussit à attaquer Oumayyah et à se venger de lui lors de la bataille de Badr.

 

Plus tard, durant la même année, le St-Prophète saw décida d’instaurer le salat[5]. Les musulmans cherchaient une méthode pour appeler à la prière. Certains suggérèrent de mettre une cloche comme chez les chrétiens ; d’autres ont recommandé de hisser un drapeau sur le toit de la mosquée. Rassouloullah n’était pas d’accord avec ces deux propositions. L’adhan vint alors d’Allah swt au Prophète saw qui le transmit à Bilal. Le prophète saw demanda à Bilal de monter et réciter l’adhan. Les Arabes étaient racistes et certains ne supportaient pas que Rassouloullah dise à Bilal de réciter l’adhan. Le Saint-Prophète saw voulait détruire le racisme. Certains Arabes sont venus voir le Saint-Prophète saw et lui ont dit : « Bilal dit "as-hadou". » Mouhammad saw répondit alors : «  Le "as-hadou" de Bilal est "ash-hadou" aux yeux d’Allah. »

 

Dans Rissalatal Houqouq, Imam Zainoul Abidine A.S. parle du droit du muezzin. Son droit est que vous lui donniez une bonne nouvelle car il vous transmet la bonne nouvelle et que vous le respectiez.

 

Bilal fut donc le muezzin  du Saint-Prophète saw et le premier trésorier de l’histoire islamique à Makka. C’est lui qui gérait la trésorerie publique, l’argent pour les pauvres, les orphelins etc.

 

Le Saint-Prophète saw avait l’habitude de dire : « J’aime beaucoup Bilal ». Bilal avait l’habitude de dire : « J’aime beaucoup les akhlaqs de Mouhammad saw. » Le Saint-Prophète saw était un homme jovial et il plaisantait avec ses compagnons.

 

Rappelez-vous le moment où Bilal fit passer les femmes juives devant les cadavres des membres de leurs familles à Khaybar[6]. Le St-Prophète saw était triste et a guidé Bilal.

 

Mouhammad saw a aidé Bilal dans chaque domaine de sa vie. Bilal raconte qu’un jour, il croisa une vieille dame en train de pleurer. Elle expliqua à Bilal qu’elle a demandé au Saint-Prophète saw si elle entrera au Paradis. Mouhammad saw lui a répondu : « Je suis désolé mais il n’y aura pas de vieille dame au Paradis. » Bilal lui dit : « Ne vous inquiétez pas, je vais aller voir le Saint-Prophète saw. » Il alla voir Rassouloullah et lui dit : « Cette vieille dame pleure. Dites-lui qu’elle ira au Paradis. » Le Saint-Prophète saw répondit : « Il n’y aura pas non plus de "Noirs" au Paradis. » Bilal alla voir Abbas, l’oncle du Saint-Prophète saw et lui dit : « Vous êtes l’oncle de Mouhammad saw, vous êtes le frère de Hamza, vous êtes le fils d’Abdoul Mouttalib, allez voir le Saint-Prophète saw. » Abbas alla voir Rassouloullah et lui dit : « Dites-leur qu’ils iront au Paradis. » Le Saint-Prophète saw répondit : « Vous êtes pareil. Il n’y aura pas de vieux non plus au Paradis. » Le Saint-Prophète saw voulait plaisanter avec eux. Il leur dit d’un ton rassurant : « Quand j’ai dit qu’il n’y aura pas de vieux, je voulais dire que tous les gens du Paradis auront une apparence jeune. Quand j’ai dit que personne ne sera "noir", je voulais dire que personne n’aura un cœur "noirci" par ses péchés. Tous seront purs. Vous allez tous avoir la lumière de la pureté au Paradis et vous allez redevenir jeunes. »

 

Bilal raconte : « Le Saint-Prophète saw n’était jamais hautain malgré son statut de chef[7].

 

Le jour de Ghadir, le Saint-Prophète saw désigna Bilal pour rappeler les gens vers l’avant. En faisant usage de Bilal comme modèle, le St-Prophète saw voulait montrer aux Arabes que chacun d’entre eux était bienvenu dans la religion islamique. Bilal était témoin de cette wilayah. C’est pour cela qu’après le décès de Rassouloullah, il était l’un des proches compagnons d’Imam Ali A.S.

 

Vous vous souvenez qu’Imam Ali A.S. dit à ses compagnons : « Ceux qui me soutiennent, qu’ils viennent chez moi demain la tête rasée.[8] » Le lendemain, Ammar, Abou Zahr, Salman et Mickdad se sont présentés chez Imam Ali A.S. la tête rasée et ont dit : « Nous sommes prêts à nous battre. » Imam Ali A.S. dit : « S’il y avait 40 comme vous, je me serais battu. J’avais besoin de plus de personnes mais vous êtes les seuls à avoir répondu présents. »

 

Certains se demandent pourquoi Bilal n’étaient pas parmi ceux qui se sont présentés chez Imam Ali A.S. la tête rasée. Après le décès de Rassouloullah, Bilal n’a plus jamais récité l’adhan. C’était une façon pour lui de protester contre les événements de Saqifa. Il était le muezzin du St-Prophète saw mais il décida d’arrêter de réciter l’adhan à cause des injustices qui avaient eu lieu pour montrer qu’il n’était pas d’accord avec les décisions prises. Bilal dit : « Je suis l’homme qui a été choisi le jour de Ghadir. »

 

Notre 6ème Imam A.S. a dit « Qu’Allah swt bénisse Bilal. Il nous a aimé, nous les Ahloul Bayt et il était  l’un des serviteurs pieux d’Allah. »

 

Quand Rassouloullah décéda, le 2ème calife vint voir Bilal et le prit par le manteau. Il lui dit : « c’est Abou Bakr qui t’a libéré alors que tu étais un esclave.  Et maintenant tu ne lui prêtes pas serment d’allégeance ? » Bilal répondit : « S’il m’a libéré pour plaire à Allah swt, alors laisse Allah s’occuper de la récompense. Et s’il m’a libéré pour lui-même, je viendrai le servir tout de suite. Mais s’il m’a libéré pour que je laisse l’homme choisi à Ghadir, c’est quelque chose que je ne ferai pas. »

 

Cheick Ja’far Toussi dit dans Ikhtiyar-ar-Rijaal que Bilal était un compagnon pieux d’Amiroul Moeminine. Et c’est pour cela que Bilal dit à propos du 1er calife : « Par Allah, je ne l’ai pas suivi et si Allah ne m’avait pas sauvé, ils se seraient mis debout sur mes membres tels des hyènes. Allah est énormément Bon, Allah est Tout Honorable. Vous ne me verrez pas suivre des innovateurs car je ne suis pas un homme d’innovation. »

 

Savez-vous ce qu’ils ont fait à Bilal ? Ils l’ont exilé à Damas en Syrie. Et c’est pour cela que la tombe de Bilal se trouve en Syrie. Il y mourut seul 7 ans après le décès du Saint-Prophète saw.

 

 

Traduit par une Kaniz-e-Fatema Fi Sabilillah

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

[1] Une des idoles qui se trouvaient dans ce temple était Houbal, l’idole de la pluie.

[2] http://www.shia974.fr/fatima_est_fatima_dr_ali_shariati.html

[3] 1 once = 28,35g

[4] Crayon pour les yeux, Kohl

[5] La prière

[6] http://shia974.fr/le_concept_de_lamitie_en_islam.html

[7] Contrairement aux chefs de ce monde

[8] http://www.shia974.fr/biographie_de_miqdad.html

 

 

Menu

 

 

Rechercher sur le site

Accueil du site

Cours du Madressa

Divers Majaliss

 

Le Madressa

Activités du Madressa

Majaliss en vidéo

 

Les Majaliss

Cours Islamiques

Majaliss en audio

Suivez nous

Audios et Vidéo

Les Saints Prophètes

Calendrier Chiite

 

Nawhas et Qassidas

La Bibliothèque

Nous contacter

 

Création 

Référencement 

Shia 974    Copyright © 2008 / 2017 Tous droits réservés

Hébergement   

Retourner au contenu | Retourner au menu